Lendvai est enfin sur pieds
...

Lendvai est enfin sur piedsMiklos Lendvai: Ce fut un moment très difficile à vivre. Un vrai calvaire! Heureusement que tout mon entourage m'a aidé. Ma famille m'a beaucoup soutenu. Je suis également allé voir quelques matches de Charleroi. Attention, sans ma femme! Quand je vais au stade, c'est pour être parmi les vrais supporters, dans le kop. Chaque fois, ils me demandaient si ma blessure se guérissait et quand j'allais remettre les crampons. Fatalement, je me posais les mêmes questions. Maintenant, ça va beaucoup mieux moralement. J'ai donc recommencé à m'entraîner. Cela fait vraiment du bien. Quand je pense que c'est mon objectif depuis presque un an et demi! D'ici quatre à cinq semaines, je serai complètement opérationnel. Pour le moment, je fais encore partie du noyau B. J'espère en tout cas qu'on va parvenir à sauver Charleroi. C'est mon seul objectif. Je n'envisage aucun départ. Je suis contrat jusqu'en 2005. Contrairement à d'autres, je n'ai pas vécu tous les événements difficiles. De fait, je ne me sentais pas trop concerné étant donné ma blessure.Ban accuse l'adjointZoran Ban: Non, tout va bien financièrement. J'ai un bon contrat fixe à Mouscron. Je suis vraiment à l'aise et par chance, je n'ai jamais eu de problèmes d'argent. Mon seul manque est footballistique! Il n'y a aucune raison qui cautionnerait ma situation actuelle. On a parlé d'une bagarre à l'entraînement, mais ce sont des bêtises. C'est tout à fait illogique. Quand on place un joueur dans le noyau B, il faut avoir une solution pour lui. J'ai toujours été sérieux à Mouscron. Maintenant, quand je m'entraîne, je ne peux même plus espérer jouer quelques minutes. C'est dur moralement le jour du match. En plus, cette décision n'appartient même pas à l'entraîneur, ni au président. Monsieur Detremmerie a toujours été honnête avec moi et j'ai beaucoup de respect pour lui. C'est l'adjoint Gilles Vandenbrouck qui est responsable de ma situation. Je me pose également des questions concernant l'avenir de la carrière de Lorenzo Staelens. C'est bizarre et risible le fait que ce soit son adjoint qui décide. Dans tous les clubs par lesquels je suis passé, je n'ai jamais observé pareille action. Staelens doit comprendre qu'être entraîneur, ce n'est pas seulement les entraînements pendant la semaine et le match le week-end. Vandenbrouck est un homme jaloux, égoïste et toujours pessimiste. Il ne comprend même pas qu'un joueur puisse connaître un passage à vide. C'est réellement ridicule. Récemment, je lui ai demandé le pourquoi de sa décision. Il n'a pas été capable de me répondre objectivement. Il faut qu'il se comporte comme un homme. Il joue avec ma famille et ma carrière. Au mercato, j'ai eu des contacts pour partir à l'étranger mais j'ai tout refusé. La plupart du temps, ce fut des propositions de contrat pour six mois. Mais ça n'est pas possible, j'ai une famille! En plus, je veux encore aider Mouscron. J'ai encore un an de contrat et j'espère qu'on trouvera un accord. En tout cas, cela met un évidence le manque de professionnalisme du staff technique. Je me pose des questions sur sa valeur. Je pense qu'il n'a pas la capacité d'évoluer avec un club de D1. Fouhami espère partirKhalid Fouhami: Oui, je n'en paye pratiquement plus. Je pense qu'il est nécessaire de remettre les choses dans leur contexte. Les journalistes se sont souvent servis de cela pour prétexter un manque de discipline de ma part mais c'est totalement inexact. Ces amendes étaient la conséquence de nombreuses divergences avec Alphonse Constantin et de rien d'autre. Tous ces problèmes m'ont beaucoup pesé sur le moral. Avec le nouveau directeur Pierre François, tout se passe beaucoup mieux. Il met les joueurs dans les meilleures situations. On le voit beaucoup moins. J'ai toujours été sérieux au Standard et beaucoup de monde avait tendance à dire le contraire. Je ne suis plus un gamin et ai quand même une certaine expérience. Je compte 30 sélections avec le Maroc. Actuellement, étant donné le fait que je ne joue plus, je ne suis fatalement plus appelé. Je n'ai jamais douté de mes qualités. Quand je connais un passage à vide, je n'arrête jamais de travailler. Cet hiver, j'ai eu des contacts en France avec un club de Ligue 1 et un de Ligue 2. J'espère vraiment partir à la fin de la saison. Ma situation est trop pesante. En plus je suis en fin de contrat. Une chose est certaine, je ne me suis jamais bien senti au Standard. éa arrive. Il faut un an pour comprendre tout ce qui se passe dans ce club. Au début de cette saison, j'ai été déçu par Robert Waseige. Je m'étais bien préparé mais j'ai aligné quelques mauvaises performances. Il ne m'a pas donné une seconde chance quand Filip Susnjara était lui en difficulté. Il a directement demandé un autre gardien à la direction. Tout cela est personnel mais c'est dommage qu'il soit parti aussi vite. C'est un très bon entraîneur. Il laissait beaucoup de liberté et considérait les joueurs comme des adultes. Mais la plupart ne l'ont pas compris. C'est triste... Je pensais qu'on jouerait pour le titre. En tout cas, je vous félicite pour votre magazine. Il est extraordinaire et je le lis donc chaque semaine. Tim Baete