Dugardein n'a toujours pas la grande gueule
...

Dugardein n'a toujours pas la grande gueuleUn an après, avez-vous changé de point de vue, en espérant peut-être un départ?Steve Dugardein: Non. Je ne me montre pas plus qu'avant. Je ne recherche absolument pas les caméras. On va dire que je n'ai pas une grande gueule, peut-être à mon détriment. Je ne parle pas assez de moi. Je fais tout le temps passer le collectif avant ma propre personne. En tout cas, je ne frappe jamais dans l'oeil des dirigeants des autres clubs car je n'ai jamais reçu de véritables offres. J'ai, à mon avis, l'étiquette d'un clubman. En fait, je n'éprouve aucune frustration vis-à-vis du fait que j'ai toujours évolué à Mouscron. Je m'y suis habitué. Si un jour, l'occasion se présentait, j'entamerais les négociations. Mais actuellement, je souhaite toujours honorer mon contrat à Mouscron. Il me reste cinq ans. Une chose est certaine, je ne m'en irai pas pour le simple plaisir de partir. Il me faut des garanties. Pour l'instant, je n'ai pas de plan d'avenir et je n'en fais que très rarement. Carpe diem. En plus, tout peut aller très vite en football. Une blessure et tout tombe à l'eau. Je n'ai pas à me tracasser pour le renouvellement de mon contrat car le club m'a à nouveau fait totalement confiance. J'ai vraiment envie que cette saison, on obtienne une place européenne, même s'il ne nous reste qu'un mince espoir. Ce championnat est peut-être celui de la transition. Le point négatif est le nombre de blessés mais il a eu pour conséquence l'émergence de certains jeunes. Je pense qu'on parviendra à coller au subtop.Ernst veut que ses Loups soient plus cruelsDans quel état d'esprit avez-vous quitté le Standard et quel sentiment avez-vous actuellement à l'égard de votre ancien club?Didier Ernst: En fait, le Standard et moi ne nous étions pas entendus sur la durée de prolongation de mon contrat et sur les chiffres. Mon manager Didier Frenay s'est alors empressé de me trouver un nouvel employeur. Ce fut difficile étant donné la crise financière qui a un peu tout bouleversé au niveau du marché des transferts. Finalement, un contact a été établi avec La Louvière. Ce sont eux qui ont fait le premier pas et on a directement trouvé un terrain d'entente. éa m'a fait mal au coeur de quitter le club le plus important de ma carrière. J'y ai passé dix ans! Actuellement, je souffre aussi de les voir jouer. J'avais mal pour eux quand ils étaient en difficulté en début de saison. Maintenant, il est quand même temps de tourner la page avec le Standard. Cet épisode était effectivement un tournant important de ma carrière. Je comptais en fait partir à l'étranger et je le souhaite toujours. J'avais quelques petits contacts, rien de très concret. Mais à 32 piges, on pense différemment que quand on n'a que 20 ans. J'ai désormais une famille et j'aspire à la stabilité. Peut-être qu'en fin de saison, j'aurai des propositions intéressantes. Je vois à long terme. Je suis en mesure de signer un contrat de trois ans dans un club qui me fait confiance. Je suis bien en Belgique et je ne veux pas me précipiter pour signer n'importe où. Mon objectif premier est d'assurer le maintien le plus rapidement possible avec La Louvière. Il faut que nous arrêtions d'être trop respectueux envers nos adversaires, comme face aux Rouches en Coupe. On a trop souvent peur de l'adversaire et cela lui donne confiance.De Condé continue d'assumer ses choixC'était à l'époque où vous veniez d'être loué à Alost par le Sporting de Charleroi. Vous considériez ce club comme un nouveau tremplin à votre carrière mais finalement, vous vous êtes retrouvé à Lommel. Considérez-vous qu'actuellement vous avez progressé et espérez-vous encore un transfert?Dimitri de Condé:j Je pense que je progresse encore chaque jour. A Lommel, ce n'est pas tout le temps facile mais je considère avoir trouvé mon rythme. On dit souvent que ma carrière a été dictée par des mauvais choix. Ce n'est absolument pas vrai. Je trouve que, dans chaque club dans lequel j'ai évolué, j'ai laissé une impression positive. Mes choix, je les assume complètement. Je pense qu'on m'apprécie pour ce que je suis et j'ai prouvé que j'avais les qualités pour évoluer plus haut. A 28 ans, je ne pense pas être fini et continue à croire en un transfert dans un club renommé. Une chose est claire: je ne baisserai jamais les bras. J'ai quand même déjà évolué au Standard et à Charleroi. Pour ce qui est de Lommel, je vais tout donner. Je partirai peut-être en fin de saison mais mon objectif actuel est le maintien de mon club. L'équipe peut encore évoluer. Je dois dire qu'on est tous un peu surpris de retrouver l'équipe aussi bas. On a eu beaucoup de problèmes. Un changement d'entraîneur n'est jamais facile à assumer. De ce fait, un manque de confiance s'est un peu installé au sein du noyau. Maintenant, il faut prendre un maximum de points. J'espère qu'il n'y aura pas trop de blessés car le noyau est assez petit. On vise encore les dix premières places du classement.Tim Baete