Aarst a d'autres problèmes... mais moins graves
...

Aarst a d'autres problèmes... mais moins gravesOle-Martin Aarst: "Oui, la motivation est de retour. La saison passée, j'ai vraiment vécu une passe difficile de ma carrière. J'étais totalement dégoûté de mon métier et ai failli tout plaquer. Je ne jouais pas et quand j'ai rejoué, je me suis gravement blessé. La première semaine à l'hôpital a été très dure. Je commençais à réaliser que j'allais en avoir pour un bon bout de temps. Après, j'ai réussi à prendre plus de recul. éa n'a pas été évident mais j'y suis parvenu. J'ai détourné mon attention du football. Cette expérience m'a vraiment permis de relativiser et elle a constitué une coupure totale. Il était temps que je me concentre sur les choses importantes et, paradoxalement, c'est une grave blessure qui m'a aidé à le faire. Maintenant que je suis rétabli, je rencontre d'autres problèmes. Je préfère toutefois cela. Le Standard avait de grosses ambitions en début de saison mais elles se sont vite réduites à néant. Il y avait un gros problème de motivation dans le groupe. Le fait que Robert Waseige ait été remplacé par Dominique D'Onofrio n'a pas constitué le véritable déclic. Les problèmes se situaient bien plus au niveau de l'ambiance. On s'est relâché. Je pense que désormais la confiance est revenue. Ce qu'on doit faire, c'est s'entraîner plus tactiquement et parvenir à obtenir une équipe de base. On a de très bons attaquants et la concurrence va être fort présente. Moreira, Lukunku et Goossens sont d'excellents joueurs et je vais devoir me battre pour mon club et pour être titulaire. Je dois encore beaucoup travailler car je suis encore loin d'être à 100 %. Côté objectif, il reste la Coupe de Belgique... Mais il ne faut pas se voiler la face, ça va être très difficile.Claeys est désormais bien dans sa têteGeoffrey Claeys: Il n'y a pas eu de véritable déclic. éa a plutôt été un travail de jour en jour. Maintenant, je me sens bien dans ma peau et dans ma tête. Ce qui n'avait pas été le cas pendant deux ans! En début de saison, j'ai joué quelques bons matches et ça a surpris les dirigeants et Lorenzo Staelens. Moi aussi, d'ailleurs! Dès lors, j'ai commencé à être titulaire et j'ai l'impression de m'améliorer. Je sais désormais que mon avenir se situe à Mouscron mais je dois évidemment encore fournir beaucoup d'efforts car la concurrence est là. Le club peut compter sur moi. Mon objectif est clairement d'être titulaire toute la saison et de m'épanouir à Mouscron. Avant, j'avais un gros problème de mental. J'avais véritablement peur de jouer, de mal faire. La cause n'a jamais été l'entraîneur. Hugo Broos avait confiance en moi et avec Staelens, c'est actuellement similaire. C'était moi le noeud du problème car ça clochait dans ma tête. Le temps était nécessaire pour que je retrouve toutes mes sensations. Ce travail ne s'est évidemment pas effectué en un jour. éa a duré des mois et beaucoup de matches ont été nécessaires à ce regain de confiance. Cette expérience a été très difficile et je ne la souhaite à personne. Et maintenant, toutes mes craintes se sont envolées! Je suis réellement libéré quand je joue. J'ose beaucoup plus et stresse beaucoup moins. L'ambiance dans le groupe est excellente et cela m'a aussi beaucoup apporté. Je pense que le pire pour un footballeur est de perdre sa confiance. Maintenant, je vais faire mon possible pour Mouscron et je pense également pouvoir conseiller les jeunes. Des joueurs tels que Pecqueux, Charlet, Mongu Nkoy et bien d'autres constituent l'avenir du club. Avec l'expérience que j'ai vécue, je suis capable de les aider. Je me suis souvent posé trop de questions et il ne faut pas que cela leur arrive. Notre entraîneur parle beaucoup avec les jeunes et se rend très bien compte que c'est la carte à jouer cette saison. Il faut les lancer. Un équilibre s'est installé à Mouscron et on arrivera à terminer dans la première partie du classement.Baré est déçu par beaucoup de clubsYves Baré: Non, absolument pas et c'est bien dommage. Je dirais qu'à mon âge, on devient un peu plus philosophe. Par contre, on a pu remarquer une nette diminution des transferts cette saison. Le budget des clubs a diminué à cause des nouvelles exigences pour l'obtention de la licence et ceux-ci sont enfin plus prudents. Je suis quand même attristé par la situation du football en Belgique. Tout le monde doit se réveiller! C'est vraiment dommage de voir des stades aussi peu remplis. La situation devrait vraiment évoluer car elle n'est pas claire. Le métier de manager a forcément très peu évolué. éa reste une profession un peu floue et pour beaucoup de gens, c'est un mot encore fort péjoratif. C'est pour cela qu'une série de règles sont indispensables. En Belgique, des clubs continuent à travailler avec des personnes qui n'ont aucune licence. Et en plus, ils ne sont pas pour une réglementation de la profession. Mais il y a aussi des clubs très corrects. Les clubs se plaignent souvent des managers mais ça devrait être l'inverse. Quand il y a des problèmes, on est souvent mis en cause. On pourrait être également être souvent déçu et je pense sincèrement qu'on amène généralement une petite pierre à l'édifice. Je suis prêt à bien travailler avec tout le monde.Cette saison, notre groupe a transféré un jeune joueur de 19 ans du GBA, Jelle Van Damme, à l'Ajax d'Amsterdam. Il y a évidemment le partenariat entre les clubs qui a facilité les choses mais nous avons livré un très bon travail. En tout cas, c'est magnifique pour lui. Il vient de jouer cinq rencontres d'affilée dont deux en Ligue des Champions. Le championnat hollandais a vraiment pris une longueur d'avance sur nous. Leurs scouts ratissent littéralement le pays...Tim Baete