Le 5 février 2006, l'émission Panorama sur la VRT éclairait du jour au lendemain la Belgique entière sur un vaste réseau de matches truqués au sein de notre football. Le programme allait immédiatement après être diffusé par la RTBF. Ce n'était pas la première fois qu'on parlait du Chinois Zheyun Ye, qu'on disait impliqué dans le trucage de certaines rencontres en essayant de prendre pied dans des clubs en difficulté. Dès le mois de juin 2005, Sport/Foot Magazine avait commencé l'enquête (ses journalistes Jan Hauspie et Christian Vandenabeele reçurent d'ailleurs le prix Dexia 2006 pour leur premier reportage).
...

Le 5 février 2006, l'émission Panorama sur la VRT éclairait du jour au lendemain la Belgique entière sur un vaste réseau de matches truqués au sein de notre football. Le programme allait immédiatement après être diffusé par la RTBF. Ce n'était pas la première fois qu'on parlait du Chinois Zheyun Ye, qu'on disait impliqué dans le trucage de certaines rencontres en essayant de prendre pied dans des clubs en difficulté. Dès le mois de juin 2005, Sport/Foot Magazine avait commencé l'enquête (ses journalistes Jan Hauspie et Christian Vandenabeele reçurent d'ailleurs le prix Dexia 2006 pour leur premier reportage). " J'ai été alerté par les premiers articles sur le sujet et par les rumeurs qui circulaient ", explique Chris Van Den Abeele, journaliste à Panorama. " Si mon voisin gagne au Lotto, je vais le féliciter. Par contre, s'il gagne chaque semaine, je vais mener une enquête. J'ai commencé mon travail en novembre 2005 et après trois semaines, je n'avais toujours rien. J'étais découragé mais ma direction m'a dit de prendre mon temps et que ce n'était pas grave si on ne découvrait rien. Ce n'est que la quatrième semaine que j'ai commencé à avoir des éléments probants. Avant que la justice ne se saisisse du dossier, il y avait un grand scepticisme vis-à-vis du reportage. J'étais tout à fait nouveau dans le milieu sportif. Je provenais de la rédaction du journal télévisé. Il y a eu un réflexe logique au sein de mes collègues qui se sont dit - Voilà le gars ambitieux qui veut se faire un nom. J'aurais reçu davantage de crédibilité si j'avais été présent dans le domaine sportif depuis plusieurs années ". Il ne pensait pas lever un si gros lièvre : " Ce n'est qu'au fil des semaines que je me suis rendu compte de l'ampleur de l'affaire. Je me suis même dit que la VRT allait se retrouver dans une position délicate car elle détenait les droits télés du championnat belge. J'en ai parlé avec mon rédacteur en chef qui m'a conseillé de continuer et de bien vérifier mes informations ". Le reportage dénonçait toute une série de pratiques et donnait une liste de noms sans fournir de preuves : " La tâche du journaliste est de dire ce qu'il sait mais il doit en être certain. Par contre, ce n'est pas sa tâche de le prouver. C'est le rôle de la justice. Moi, j'étais certain de ce que j'avançais. Pour chaque nom cité, j'avais au moins trois sources indépendantes, sans connexion entre elles. On aurait pu sortir 50 noms mais pour certains, on n'avait pas assez de sources ". " La justice a repris le dossier mais j'ai l'impression qu'il y a une enquête à deux vitesses ", explique Chris Van Den Abeele. " Le dossier Lierse est bien ficelé mais j'ai mes doutes sur celui de La Louvière. Certains fonctionnaires m'ont confirmé que l'enquête n'avait pas été exemplaire à certains points de vue ". Jan Hauspie : " Je pense que le Lierse va être sanctionné car on a prouvé qu'il s'agissait d'un problème structurel. Par contre, je ne sais pas ce qui va ressortir du volet louviérois. S'il n'y a rien, soit la justice a mal travaillé, soit elle n'a pas pu trouver des preuves ". D'autres enquêteurs se sont également plaints de certaines pressions politiques... Le porte-parole du parquet fédéral, Lieve Pellens nous a confirmé que l'enquête avançait : " La juge d'instruction Sylviana Verstreken va clôturer son dossier dans les prochains jours ". Celui-ci sera étudié et la citation devant la chambre du conseil sera alors lancée. Si le volet des matches truqués est en passe de clôture, il n'en est pas de même du volet louviérois et une demande sera introduite pour scinder le dossier en deux : les matches truqués d'un côté et les fraudes financières de la RAAL de l'autre. Ce dernier volet sera approfondi. Si le dossier est scindé, La Louvière ne devrait plus apparaître dans le scandale des matches truqués. " Si on scinde le dossier, c'est qu'on a établi qu'il n'y avait aucun lien entre les matches truqués et les fraudes financières ", ajoute Pellens. Gilbert Bodart serait donc le seul Loup à payer les pots cassés pour trucage. " Peu de monde devrait finalement être inculpé dans l'affaire des matches truqués. Même Pietro Allatta ne le sera pas. Par contre, il le sera pour menaces envers l'agent Harald Svain ", continue un membre proche de l'enquête. Dès le mois d'avril, les premiers noms tomberont et un procès pourrait intervenir en été. " Dès la fixation devant la chambre du conseil, tous les avocats et intervenants auront accès au dossier. 80 % vont demander qu'il y ait des devoirs complémentaires d'enquête ", ajoute Lieve Pellens. Par contre, la porte parole refuse de citer le nombre et le nom des inculpés. " Il y a des inculpés mais la juge d'instruction a demandé de ne pas communiquer leur nom ". La juge Verstreken en a pourtant dévoilé certains : Laurent Fassotte, Marius Mitu, Cliff Mardulier et Bodart ont été inculpés de corruption passive. Dans le dossier des fraudes financières chez les Loups, l'avocat Laurent Denis est inculpé d'abus de biens sociaux en tant qu'auteur ou co-auteur ; l'ex-président Filippo Gaone de faux et usage de faux, détournement de fonds et abus de biens sociaux et Pietro Allatta de faux et usage de faux, abus de biens sociaux et menaces sous ordre ou conditions. Le football belge est-il complètement nettoyé ? Sans doute que non. Les accusations visant le club de Renaix, déjà mis en cause précédemment, lors de son match contre Eupen (0-5) montre qu'il convient de rester sur ses gardes. D'autres clubs de D1 seraient également encore impliqués. Ce mercredi, en tout cas, la commission de contrôle de l'Union Belge se réunit pour poursuivre le jugement du volet lierrois de l'affaire Ye. Marius Mitu, Igor Nikolovski et Laurent Fassotte ne seront pas présents puisqu'un juge a interdit le mois dernier à l'Union Belge de les juger en matière disciplinaire en attendant un jugement sur le fond, ce qui pourrait prendre un an ou deux. Les autres inculpés dans ce volet lierrois peuvent être jugés par l'UB au niveau disciplinaire comme l'a estimé un autre juge en janvier dernier dans l'arrêt Paul Put. n Laurent Fassotte (ex-Lierse) joue désormais à Sprimont, leader de la D3 B. Inculpé pour corruption passive. n Marius Mitu (ex-Lierse, limogé par Anderlecht) a dû s'exiler en Ukraine, au Metallurh Donetsk. Inculpé pour corruption passive. n Yves Vanderstraeten (ex-capitaine du Lierse) a mis un terme à sa carrière. Il est entraîneur des gardiens à Berlare, P1 de Flandre orientale. " Je tiens à dire que je n'ai pas été cité dans l'émission de la VRT. Pour le reste, pas de commentaires. On a assez écrit sur cette affaire. Les gens qui ont dit et écrit n'importe quoi ne se rendent pas compte de tout le mal qu'ils ont fait. J'estime que j'ai été largement assez puni : j'ai perdu mon boulot, je ne suis plus footballeur, mes enfants ont souffert aussi. C'est assez : stop, je n'en dirai pas plus ". n Laurent Delorge (ex-Lierse, limogé par Anderlecht) a pris le chemin des Pays-Bas. Il joue pour ADO La Haye, dernier du championnat néerlandais. Il y a disputé 21 matches et inscrit quatre buts. n Hasan Kacic (ex-Lierse), a reçu son transfert international et évolue en Croatie, au NK Pula. n Nineslav Milenkovic (ex-Lierse) n'a pas été licencié par son employeur actuel, le Germinal Beerschot, après que l'affaire ait éclaté. n Cliff Mardulier (ex-Lierse) joue à Schoten en Promotion. Est en contact avec Roda JC. Inculpé pour corruption passive. n Archie Thompson (ex-Lierse, pas de poursuites), est retourné en Australie. Il fait partie du noyau des Melbourne Victory. n Igor Nikolovski (ex-Lierse), a arrêté sa carrière. n Gunter Van Handenhoven (ex-La Louvière, aujourd'hui à Lokeren), Wagneau Eloi (ex-La Louvière, aujourd'hui à Roulers) et Laurent Montoya (ex-La Louvière, sans club actuellement) ont été sanctionnés par l'Union Belge pour avoir levé le pied lors de l'ultime rencontre du championnat 2004-2005, Lierse-La Louvière 7-0. Malgré le nombre élevé de paris sur cette rencontre, ils ont toujours nié que c'était dans le cadre de l'affaire Ye et disent avoir levé le pied pour manifester leur mécontentement à leur président Filippo Gaone, qui leur devait encore des primes et des salaires. n Mario Espartero (ex-La Louvière) a été sanctionné par l'Union Belge dans la même affaire et est versé dans le noyau B du Brussels. Il ne s'entraîne plus avec les Coalisés mais est toujours payé. " Il n'est pas question qu'il revienne dans le noyau, vu qu'il n'a toujours pas reçu le feu vert de l'assurance pour reprendre les entraînements ", explique son président Johan Vermeersch. " Il s'est blessé à un orteil en avril 2006, et depuis octobre, c'est l'assurance qui le paye. Il est sous contrat au Brussels jusqu'en juin mais je suis incapable de dire s'il retrouvera notre noyau pro. C'est lui qui a les cartes en mains. En tout cas, le fait qu'il ne soit pas dans le groupe cette saison n'a rien à voir avec les matches truqués. Il n'y a eu que des rumeurs le concernant ". n Jonathan Bourdon (ex-Westerlo) dont on avait relevé une bourde contre Mons mais qui ne fut jamais inquiété par la justice, évolue à Couillet (D3B) et travaille comme magasinier dans un garage Alfa Romeo : " On a juste relevé une erreur pour me clouer au pilori. Ce n'était pas Westerlo qui était pointé du doigt mais juste moi. Toute cette affaire combinée à l'arrivée de Ronny Gaspercic a conduit à mon départ. J'ai cassé mon contrat mais le fait d'avoir été cité dans l'émission Panorama ne m'a pas fait du bien. Les clubs étaient réticents à l'idée de m'engager. Je suis toujours en procès contre certains journalistes néerlandophones. J'ai été sali et ces gens-là ne comprennent pas qu'il s'agit de notre métier. Ils ont tué mon avenir et ils ont mis tout le monde dans le même sac. Depuis, j'ai pris un peu de distance par rapport à la D1. Quand je regarde le Week-end sportif, j'ai une boule ". n Laurent Wuillot (ex-Brussels) qui avait révélé avoir refusé 200.000 euros pour fausser une rencontre et qui en avait fait part à l'Union Belge, préfère oublier toute cette histoire. Il refuse toute interview et évolue à Peruwelz (D3A). n Olivier Suray (ex-Mons et Allianssi) est désormais joueur/entraîneur à Morialmé (P2 namuroise). n Geoffray Toyes (ex-La Louvière) a vécu une période difficile avec Mouscron. Ces accusations l'ont atteint mais il se reconstruit avec les Hurlus. Il est un des piliers de la défense. n Dusan Belic (ex-Saint-Trond), a fui le Limbourg pour un exil canadien. Il porte le maillot des Serbian White Eagles. n Paul Put (ex-Lierse), considéré comme l'intermédiaire entre Ye et les joueurs, a été licencié par Mouscron, il y a un an. Il n'a pas retrouvé d'embauche. n Gilbert Bodart (ex-La Louvière) est le seul inculpé dans le volet louviérois. Il a retrouvé de l'emploi à Wevelgem City, 3e de la Promotion A. A été radié de la Fédération. Inculpé pour corruption passive. n Patrick Deman (ex-entraîneur adjoint du Lierse) a été blanchi par l'Union Belge après avoir tout raconté. Il a quitté le monde du football et travaille dans une entreprise privée. n Albert Cartier (ex-entraîneur de La Louvière) a toujours nié en bloc les accusations contre lui et a porté plainte contre la VRT. Il est toujours en poste au FC Brussels. n Chris Benoît (ex-manager sportif de La Louvière) a renoué avec ses activités au Congo : " Je m'occupe de la détection des jeunes talents de la diaspora congolaise. Je travaille également au développement de la cellule commerciale, économique et sportive du Daring Club Motema Pembe. Je conserve également ma librairie à Bruxelles et je suis en contact avec un club de Ligue 2 pour devenir directeur général ". Il est également en procès avec La Louvière et réclame six mois de salaire impayés et un an de contrat. n Laurent Denis (ex-avocat de La Louvière) a connu une période délicate durant laquelle il fut viré de son cabinet d'avocats bruxellois. Reste toujours actif dans le monde du football. Inculpé d'abus de biens sociaux en tant qu'auteur ou co-auteur. n Filippo Gaone est toujours président de La Louvière. Inculpé pour faux et usage de faux, détournement de fonds et abus de biens sociaux. n Pietro Allatta voyage entre l'Ile Maurice (détection de talents, projets sportifs) et la Belgique. Toujours agent de joueurs. Inculpé pour faux et usage de faux, abus de bien sociaux et menaces sous ordre et conditions. Et récemment pour calomnie et diffamation vis-à-vis d'Anderlecht. n Stéphane Pauwels (ex-manager sportif de La Louvière) a porté plainte contre la VRT suite à l'émission Panorama. Il est aujourd'hui consultant pour la RTBF et recruteur pour Monaco. n Frederico Avellino, agent de joueurs, a été inculpé de corruption active privée et menaces. par stéphane vande velde