Les choses sérieuses recommencent pour nos clubs : demain, le Cercle Bruges accueille (à Gand) les Finlandais du TPS Turku au tour préliminaire de l'Europa League. Ce sera sans OlegIachtchouk, opéré du genou droit. " J'en souffrais depuis un an. Je ressentais une gêne et éprouvais du mal à courir, mais j'ai mordu sur ma chique. Cependant, je ne pouvais pas y aller à fond et ma condition physique a baissé. Je pensais qu'avec des vacances reposantes, je serais remis sur pied. A la reprise, au moindre effort, la gêne réapparaissait. C'était une friction : l'os frotte sur le tendon et provoque une inflammation. On m'a averti que, sans opération, je risquais de compromettre ma saison. J'avais déjà souffert du même mal à l'autre genou, et depuis qu'il a été opéré, je ne ressens plus rien. Cela, c'est la bonne nouvelle. La mauvaise, c'est que je ne rejouerai pas avant la fin août ou le début septembre. "
...

Les choses sérieuses recommencent pour nos clubs : demain, le Cercle Bruges accueille (à Gand) les Finlandais du TPS Turku au tour préliminaire de l'Europa League. Ce sera sans OlegIachtchouk, opéré du genou droit. " J'en souffrais depuis un an. Je ressentais une gêne et éprouvais du mal à courir, mais j'ai mordu sur ma chique. Cependant, je ne pouvais pas y aller à fond et ma condition physique a baissé. Je pensais qu'avec des vacances reposantes, je serais remis sur pied. A la reprise, au moindre effort, la gêne réapparaissait. C'était une friction : l'os frotte sur le tendon et provoque une inflammation. On m'a averti que, sans opération, je risquais de compromettre ma saison. J'avais déjà souffert du même mal à l'autre genou, et depuis qu'il a été opéré, je ne ressens plus rien. Cela, c'est la bonne nouvelle. La mauvaise, c'est que je ne rejouerai pas avant la fin août ou le début septembre. " D'ici là, l'aventure européenne du Cercle sera peut-être déjà terminée ! " Qui sait ? C'est un match-piège contre ces Finlandais en pleine compétition alors que nous n'avons pas encore entamé le championnat. "Outre Iachtchouk, TonySergeant (blessé à la cheville lors du premier mach amical) et HonourGombami (sur la touche depuis plusieurs mois) ont également dû déclarer forfait pour le stage à Lisbonne, la semaine dernière. Le Cercle a pu bénéficier des installations de l'académie du Sporting dans le cadre des accords de collaboration entre les deux clubs. " Je m'y étais déjà rendu l'an passé ", poursuit Iachtchouk. " Les terrains sont en parfait état. Le seul problème, cette année, était la chaleur, d'après ce que m'a raconté SergeiSerebrennikov. Il y a deux ans, on était allé à Blackburn, car le club anglais était partenaire du Cercle. " Le groupe a peu changé ( JelleVossen est retourné à Genk et deux Portugais sont arrivés). C'est surtout au niveau de l'entraîneur qu'il y a du changement : " Comme tout le monde, j'ai été surpris par le départ de GlenDeBoeck. Je me trouvais en Ukraine et j'ai eu du mal à les croire : De Boeck venait de resigner pour quatre ans. Je savais qu'il ne resterait pas éternellement au Cercle - il avait déjà été courtisé par Genk mais les Limbourgeois avaient alors opté pour HeinVanhaezebrouck - mais je ne m'attendais pas à ce qu'il boucle ses valises. Faut-il s'en offusquer ? Je n'ai pas à juger les choix d'autrui. Lors de la reprise des entraînements, cependant, cela m'a fait drôle. On se fréquentait depuis dix ans : j'ai joué avec lui à Anderlecht, et lorsqu'il est devenu entraîneur au Cercle, il m'a emmené dans ses bagages. Désormais, c'est BobPeeters le patron. La première prise de contact a été sympa. Il a établi des règles qu'il entend voir respectées. Pour le reste, on doit encore appendre à se connaître. Cela prendra peut-être un peu de temps. " Le Cercle doit sa participation à l'Europa League à son statut de finaliste de la Coupe, face à une La Gantoise qualifiée pour la Ligue des Champions. Un parcours rocambolesque. Il y eut d'abord ce huitième de finale à Zulte Waregem, reporté à plusieurs reprises en hiver. " Certains, à la fédération, semblaient reprocher aux dirigeants de Zulte de ne pas faire le maximum pour déblayer le terrain. Mais si cela avait été fait, la pelouse aurait été impraticable pour le restant de la saison. Les intempéries avaient placé la commission du calendrier face à des problèmes insolubles. "Il y a eu ensuite le quart de finale contre Anderlecht, que la fédération aurait voulu faire jouer en une manche au stade Constant Vanden Stock. " Depuis quand décide-t-on de changer le règlement en cours de compétition ? Je n'avais jamais vu cela ! Même pas en Ukraine... " Cela aurait pu être un match très spécial pour Iachtchouk, mais il n'y a pas participé. " Une petite blessure m'a privé des deux matches disputés dans un délai très court : le samedi et le mardi. C'était encore plus stressant dans la tribune. Après la défaite 2-1 concédée au Parc Astrid, je ne pensais pas que l'on serait capable de renverser la tendance au retour : la pelouse du stade Jan Breydel était complètement gelée et ne favorisait pas l'équipe appelée à prendre l'initiative. Mais on a inscrit le but nécessaire et suffisant. "Après avoir éliminé Anderlecht, la demi-finale contre Roulers ne devait être qu'une formalité. Elle semblait pliée après le 3-0 du match aller. " On l'a sans doute pensé. Et on en était encore plus convaincu après avoir ouvert la marque au Schiervelde. Roulers devait alors inscrire cinq buts pour se qualifier. Inconsciemment, on s'est dit que plus rien ne pouvait nous arriver. Roulers n'avait plus rien à perdre et a lancé toutes ses forces dans la bagarre. Finalement, on a été heureux d'entendre le coup de sifflet final. "Puis l'apothéose... qui a tourné à la confusion. " On n'était pas prêt pour la finale. Il y avait plusieurs blessés, et surtout, on avait perdu le rythme. Les play-offs II nous ont été fatals. On avait terminé la compétition depuis trois semaines, alors que Gand était allé jusqu'au bout dans les play-offs I. Une semaine plus tôt, les Buffalos avaient atomisé Bruges et s'étaient emparés de la deuxième place. Ils étaient en plein boom. Nous, on avait dû se contenter d'entraînements. S'incliner contre une équipe plus forte n'a rien de déshonorant. Mais là, on a perdu sans avoir rien montré. On était déçu : le Cercle ne dispute pas une finale chaque année. L'Europa League, c'est un peu de baume au c£ur, mais pas plus. "Finalement, malgré cette qualif' européenne, la dernière saison du Cercle aura été mitigée : " On avait mal commencé, mais on a tout de même envisagé la possibilité d'accrocher la sixième place et les play-offs I. Mais, lorsqu'on a dû se résoudre à disputer les play-offs II, le soufflé est retombé. On s'est davantage concentré sur la Coupe et on n'a fait que de la figuration en fin de championnat. Cette saison, comme d'habitude, on essaiera de faire le mieux possible, sans se fixer d'objectif bien précis. "Le favori de la compétition, pour Iachtchouk, est Anderlecht. Le choix du c£ur ? " Pas uniquement. Le Sporting n'a perdu que JelleVanDamme. Un seul départ, ce n'est pas grave. L'ossature est présente et quelques joueurs intéressants sont arrivés. "l par daniel devos - photo: belga