Jusqu'au dernier moment, cet été, Tubize a espéré profiter des chipotages de Malines pour garder sa place en D1B. Mais ça n'a pas marché. Avec le recul, les gens du Stade Leburton ne semblent pas malheureux de cette issue. Leur vie s'écrit désormais en D1 amateur. " Le niveau reste bon, avec quelques grands noms du foot belge comme l'Olympic, le RWDM, le Lierse et le FC Liège ", explique Josselin Croisé, le directeur général tubizien.

A l'entendre, la perte du statut professionnel ne comporte pas que des désavantages. " Nous avons entamé un long travail de reconstruction. J'avoue que nos saisons en D1B n'ont pas toujours été simples. Quand vous devez affronter chaque semaine des équipes qui ont un budget trois ou quatre fois plus important, vous savez que vous avez peu de chances de prendre des points. Vous pouvez espérer une victoire de temps en temps, sans plus. "

Et puis, le DG a vu une certaine lassitude s'installer. " Je pense que nous avons affronté 12 fois Roulers en l'espace de deux ans. Les gens se lassent, surtout quand il n'y a pas de victoires. Alors, ils finissent par rester chez eux. Aujourd'hui, la D1 amateur correspond bien mieux à notre réalité financière. Nous avons entamé un projet avec une équipe jeune, dont la moyenne d'âge se trouve entre 21 et 22 ans. Et nous avons rapatrié des joueurs du cru qui ont tenté leur chance plus haut mais n'ont pas percé. La jeunesse et le local, c'est ça l'ADN de l'AFC Tubize. "

Les investisseurs coréens sont toujours impliqués dans le club. Et les ambitions à court et moyen termes sont mesurées. " Le but immédiat consiste à stopper l'hémorragie ", continue Josselin Croisé. " Nous cherchons à nous stabiliser au troisième étage. Remonter directement en D1B n'aurait pas de sens. Nous aimerions évidemment rejouer plus haut mais pas à n'importe quel prix et pas dans n'importe quelles conditions. "

Jusqu'au dernier moment, cet été, Tubize a espéré profiter des chipotages de Malines pour garder sa place en D1B. Mais ça n'a pas marché. Avec le recul, les gens du Stade Leburton ne semblent pas malheureux de cette issue. Leur vie s'écrit désormais en D1 amateur. " Le niveau reste bon, avec quelques grands noms du foot belge comme l'Olympic, le RWDM, le Lierse et le FC Liège ", explique Josselin Croisé, le directeur général tubizien. A l'entendre, la perte du statut professionnel ne comporte pas que des désavantages. " Nous avons entamé un long travail de reconstruction. J'avoue que nos saisons en D1B n'ont pas toujours été simples. Quand vous devez affronter chaque semaine des équipes qui ont un budget trois ou quatre fois plus important, vous savez que vous avez peu de chances de prendre des points. Vous pouvez espérer une victoire de temps en temps, sans plus. " Et puis, le DG a vu une certaine lassitude s'installer. " Je pense que nous avons affronté 12 fois Roulers en l'espace de deux ans. Les gens se lassent, surtout quand il n'y a pas de victoires. Alors, ils finissent par rester chez eux. Aujourd'hui, la D1 amateur correspond bien mieux à notre réalité financière. Nous avons entamé un projet avec une équipe jeune, dont la moyenne d'âge se trouve entre 21 et 22 ans. Et nous avons rapatrié des joueurs du cru qui ont tenté leur chance plus haut mais n'ont pas percé. La jeunesse et le local, c'est ça l'ADN de l'AFC Tubize. " Les investisseurs coréens sont toujours impliqués dans le club. Et les ambitions à court et moyen termes sont mesurées. " Le but immédiat consiste à stopper l'hémorragie ", continue Josselin Croisé. " Nous cherchons à nous stabiliser au troisième étage. Remonter directement en D1B n'aurait pas de sens. Nous aimerions évidemment rejouer plus haut mais pas à n'importe quel prix et pas dans n'importe quelles conditions. "