Soyons fou, imaginons que la FIFA soit encore ce pour quoi elle a été fondée. Imaginons-la toujours en culotte courte, imaginons le p'tit Sepp Blatter tapant la boule de chiffons contre un mur en fredonnant " Jeannot Lapin ".
...

Soyons fou, imaginons que la FIFA soit encore ce pour quoi elle a été fondée. Imaginons-la toujours en culotte courte, imaginons le p'tit Sepp Blatter tapant la boule de chiffons contre un mur en fredonnant " Jeannot Lapin ". FIFA=Fédération Internationale de Football Association. Objet : Promouvoir et développer le football pour tous à travers le monde. Alors réjouissons-nous. Après l'Afrique, deux autres régions du monde vont avoir pour la première fois leur Coupe du Monde. Rien de choquant là-dedans. Sauf, peut-être pour ceux qui prennent comme un choc le fait que l'Europe ne soit plus le centre de la Planète Foot. Tous ceux qui vantent les vertus fédératrices, de paix, d'amour et de communion que génère le foot devraient se réjouir. Pourquoi un pays de l'ex-bloc de l'Est ne pourrait pas avoir sa Coupe du Monde ? Et pourquoi pas un pays arabe ? Logique comme un match qui se joue entre deux équipes de 11 joueurs avec un seul ballon. Sauf que les matches, les équipes, les joueurs, les ballons ont bien changé. La FIFA est devenue la Fédération Internationale du Financement Autocratique. En laissant notre naïveté au vestiaire, on se dit que ces deux décisions logiques, fraternellement parlant, ont été prises pour de mauvaises raisons. Le foot actuel se fout complètement des vertus premières du sport. Le foot est devenu un bizness comme les autres. Comme la médecine, comme la justice, comme la politique, comme la religion. Au départ la cause est belle, à l'arrivée elle s'est fait " la belle " Tout le monde le sait, peu de monde s'en offusque, tout le monde en profite. Alors basta ! On en accepte tous les règles. Alors, quand c'est la dérive, eh bien on assume et on chavire avec le super pétrolier Russo-Qatari. Evidemment que c'est révoltant. La Russie n'a pas de dossier. Elle n'en a pas besoin. La Russie a des moyens dont on devine l'origine mais dont on n'osera jamais parler. Le Qatar a un dossier et 45° à l'ombre à assumer. Pas de soucis. On aura des stades climatisés. Que notre fédération ne se permette surtout pas de crier à l'arnaque. Y a trois semaines, c'est qui qui a été faire la bise à Judas ? C'est qui qui a été manger dans la main des débaucheurs du déboucheur de compte en banque ? C'est qui qui a risqué la vie de ses joueurs pour un gros chèque ? Lorsqu'on est un rouage de la machine infernale, on en accepte les pannes et, surtout, on accepte les kamikazes qui pilotent la " belle " mécanique. Quand Abramovitch rachète Chelsea, on sait que ce n'est pas avec l'argent de la culture biologique de Chapka en poil d'ours sibérien. Mais l'air de rien, tout le monde veut lui serrer la main et lui offre le respect que ses moyens inspirent. Croyez-moi, dans huit ans, y aura beaucoup de Tintin chez les Soviets. On parie que tous ceux qui hurlaient à la mort pour un idéal perdu poussaient en même temps un petit cri bien ourdi dans leur intérieur. Un cri qui ressemblait dans toutes les langues à " Comment ? " Comment on va faire du bizness avec les Russes et les Qataris ? Tout ça pue le pognon. Heureusement y en a encore qui préfèrent l'odeur de l'herbe fraîche. Cela dit, traînez pas les mecs. Profitez bien parce que bientôt toutes les pelouses seront synthétiques. Ben oui, quoi ! Les télés exigent la ponctualité. Les traiteurs n'aiment pas les plats réchauffés. Les joueurs n'aiment pas faire le voyage pour rien. Les parieurs n'aiment pas les imprévus. On va pas vous mentir l'encre dans les yeux mais on aimerait qu'elle coule, ici, devant vos yeux plutôt que des larmes dans les nôtres. Hé les gars, no tracas, hein ! Y a un £il qui pleure de rage et l'autre de joie. Celui qui a la rage se rappelle Brésil-Belgique au Japon et se dit que le strabisme de l'arbitre jamaïquain lui aura au moins permis de couler des jours heureux sur les plages de Copacabana. Celui qui rit se dit que sur la même plage, il y a des gosses qui conjuguent le bonheur en jonglant avec un ballon. Et se marrent en pensant aux questions que l'on se pose. Joueur : 6 clubs, 3 pays, 400 matches (1 bon), 2 buts en Coupe d'Europe. Batteur : 3 groupes, 130 concerts (1 sold out).PAR FRÉDÉRIC WASEIGE, JOURNALISTE BE/TV" Je vends un produit appelé football " (Joao Havelange) Quand Abramovitch rachète Chelsea, ce n'est pas avec l'argent de la culture biologique de Chapka en poil d'ours sibérien.