Max Merkel ne se tracasse même pas. Au printemps 1966, l'entraîneur autrichien est bien parti pour écrire une page d'histoire avec le TSV Munich 1860. À l'haleine de Hans Küppers et Rudi Brunnenmeier, il comprend que la nuit a été longue mais il sait que, le week-end, il pourra compter sur ses deux stars. Il adore Küppers, le cerveau, et Brunnenmeier, le meilleur buteur, et aime terminer l'entraînement par un petit match : " Les meilleurs clients du bistrot Zwickmühle face aux casaniers. " Une demi-heure plus tard, sourire aux lèvres, il annonce : " Les alcooliques l'ont emporté 8-1 ! Je l'ai toujours dit : continuez à boire ! "
...