Dans le port d'Amsterdam, il y a des marins mais aussi des gardiens. Et c'est là que LucSanders, ancien portier du Club Bruges et membre du staff des recruteurs de... Gand, a découvert un jeune et excellent keeper néerlandais. Sergio Padt (1m97) a épaté la galerie à Anderlecht où, sans lui, les Buffalos auraient pris une raclée à décorner tout un troupeau.
...

Dans le port d'Amsterdam, il y a des marins mais aussi des gardiens. Et c'est là que LucSanders, ancien portier du Club Bruges et membre du staff des recruteurs de... Gand, a découvert un jeune et excellent keeper néerlandais. Sergio Padt (1m97) a épaté la galerie à Anderlecht où, sans lui, les Buffalos auraient pris une raclée à décorner tout un troupeau. En quittant Gand, Bojan Jorgacevic avait bien dit que son ancien club " détenait trois bons jeunes gardiens de but ". Il songeait à Frank Boeckx (25 ans), Sébastien Bruzzese (22 ans) et Padt (21 ans), couvés par Jacky Munaron, préparateur des gardiens. " Bojan a atteint son rythme de croisière et à 29 ans, il ne va plus beaucoup progresser ", commente Munaron. " Quand la direction a demandé si nos autres gardiens pouvaient relever le défi en cas de départ de Bojan, j'ai dit : - Oui. Avec Frank, Sebastien et Sergio, Gand est paré pour 10 ans. Boeckx s'installa en pole position. Il eut à subir les comparaisons avec Jorgacevic et s'en tira bien avant de commettre des erreurs et d'être ennuyé par une blessure au dos. Padt n'attendait que son tour. N'était-il pas venu à Gand pour jouer les premiers rôles ? Et il avait signé parce que son nouveau club envisageait de céder Jorgacevic et Boeckx. Jorgacevic refusa de signer en Turquie (Gençlerbirligi) et sa blessure obligea même Gand à garder Boeckx. Les lauriers de titulaire n'étaient pas encore pour Padt qui se retrouva même à la quatrième place dans la hiérarchie des gardiens : " Mes premières semaines furent difficiles. Je ne m'attendais pas à cela et j'ai dû accepter cette situation inattendue et attendre ma chance. "" Sergio a dû s'adapter aux spécificités du football belge ", précise Munaron. " Sa taille constitue un atout et il est doté d'un excellent jeu au pied. Cela se travaille beaucoup aux Pays-Bas et Sergio est aussi à l'aise du gauche que du droit. Pour rigoler, je lui ai dit qu'un gardien utilise aussi ses mains en Belgique. C'était un clin d'£il mais il est un fait qu'on joue plus bas chez nous et que les phases arrêtées sont souvent décisives. Cela demande des réglages et, selon lui, les gardiens bossent beaucoup plus en Belgique qu'en Hollande. Cela l'a surpris. Il a dû digérer cette nouvelle masse de travail. Mais c'est un garçon ambitieux et très attentif qui sait se retrousser les manches. Sergio a saisi sa chance contre Anderlecht où le travail n'a pas manqué pas. Après cela, il était intéressant de le voir à l'oeuvre dans un match où le gardien ne doit négocier que deux trois ballons. Ce fut le cas face à Saint-Trond et il s'en est bien tiré. "Certains clubs de notre élite ont déçu Padt : " Je songe à des équipes comme Zulte Waregem et le Cercle Bruges : aux Pays-Bas, il est impensable d'évoluer de cette façon-là. J'hésite à appeler cela du football. Chez nous, on est trop fier pour appliquer des tactiques aussi défensives. Si j'étais attaquant dans une équipe de ce genre-là, je demanderais à mon coach de pouvoir défendre car, en pointe, on ne touche pas un ballon. Ces attaquants-là sont au chômage durant 90 minutes. "Est-ce que les récents événements signifient que Padt a définitivement pris l'ascendant sur Boeckx ? Munaron a trop d'expérience pour s'avancer sur ce terrain-là : " Il a pris la main mais Gand a trois bons gardiens et cette concurrence constitue un gage de qualité. "Padt a pris son élan à Amsterdam où son père est garagiste. Fils unique, il a aussi accueilli avec joie la venue dans le cocon familial d'une petite fille adoptée, bien malheureuse chez des parents drogués. Pour lui, c'est sa soeur et il en parle avec beaucoup de chaleur. D'abord joueur de champ, Padt se retrouva devant les filets à contrecoeur : " On m'avait proposé un poste d'attaquant dans la plus mauvaise équipe de mon âge ou dans la meilleure mais comme.... gardien. J'étais encore un enfant et je voulais marquer des buts. Mon père m'a demandé de réfléchir et je suis devenu gardien. "Padt évolua dans deux petits clubs régionaux (Pancratius et Hoofddorp) et débarqua à l'Ajax d'Amsterdam à 14 ans. Il y gravit tous les échelons avant d'être prêté à Haarlem qui plongea tout de suite dans de gros soucis financiers. La saison passée, il fit un tour à Go Ahead Eagles. Pas évident du tout à vivre mais il mérita quand même sa place en équipe nationale Espoirs. Ces deux clubs évoluaient en D2 et Padt ne voulait pas passer plus de temps dans cette série. Comme il était sous contrat pour un an à l'Ajax, son club lui proposa de revenir au stade Arena. Padt n'ignorait pas que l'Ajax avait dépensé 3.000.000 d'euros pour engager Jasper Cillissen, le gardien de NEC Nimègue. Il risquait de cirer le petit banc derrière le nouveau venu, Kenneth Vermeer et Jeroen Verhoeven. A 21 ans, c'était le moment ou jamais d'opter pour le bon cap. L'offre de Gand tomba au bon moment pour ce jeune homme qui sera papa dans quelques mois et qui a intégré l'agence de management qui guida les pas d 'Erwin van der Sar. Si c'est nécessaire, l'ex-légende de l'Ajax, de la Juventus, de Fulham et de Manchester United s'est d'ailleurs dite prête à lui donner quelques conseils ! PAR PIERRE BILIC - PHOTO: IMAGEGLOBE Padt a souffert à son arrivée à Gand parce que les gardiens bossent moins en Hollande !