L'EURO 2004 fut parfois inoubliable : Francesco Totti fut accusé d'avoir craché à plusieurs reprises et de façon injustifiée sur le Danois Christian Poulsen et le Suisse Alex Frei fit de même sur l'Anglais Steven Gerrard. Injustifiable ! D'autant que des histoires semblables ne s'étaient plus produites depuis longtemps. La dernière remontait à plus d'un an lorsque le gardien...

L'EURO 2004 fut parfois inoubliable : Francesco Totti fut accusé d'avoir craché à plusieurs reprises et de façon injustifiée sur le Danois Christian Poulsen et le Suisse Alex Frei fit de même sur l'Anglais Steven Gerrard. Injustifiable ! D'autant que des histoires semblables ne s'étaient plus produites depuis longtemps. La dernière remontait à plus d'un an lorsque le gardien Jose Luis Chilavert percuta le back Roberto Carlos de sa salive à l'issue d'un Brésil-Paraguay amical. Mais en novembre 2004, un habitué de la pratique, l'international sénégalais El HadjDiouf, crachait au visage d'un joueur de l'équipe de Portsmouth, Arjan de Zeeuw. Tous les joueurs fautifs concernés ont été sanctionnés. Pas toujours lourdement. Parce qu'en foot on crache de toute manière sur le terrain ? De toute manière, le pire est survenu en février dernier quand le gardien français Fabien Barthez cracha sur l'arbitre marocain lors d'une échauffourée dans le match amical Wyhad-OM, à Casablanca. L'arbitre international marocain Abdellah El Achirri a adressé un rapport salé à sa fédération : Barthez avait été remplacé et d'un seul coup, il est venu sur la pelouse, s'est dirigé vers l'arbitre tout en l'insultant. Enfin, il a terminé en lui crachant au visage. Lamentable. La mode s'étend même au tennis ! Il y a quelques semaines, l'Argentin Juan Ignacio Chela devra payer une amende de 2000 dollars pour avoir répondu par un crachat aux provocations de l'Australien Lleyton Hewitt. Cela dit dans certaines autres cultures, le crachat n'est pas banni. Les Chinois expectorent depuis la nuit des temps en société. Que ce soit en rue, dans les poubelles, les toilettes ou dans le métro. Bien des visiteurs de la Chine sont restés stupéfaits devant le spectacle de ces gens qui soudainement émettent un bruit horriblement caractéristique avec leur gorge, avant d'en extirper bruyamment tout ce que leur raclement de gorge aura pu rassembler. En effet, les cracheurs chinois font systématiquement précéder leur crachat d'un puissant raclement de gorge, qui ne manque pas de faire sursauter quiconque aspire au calme et au silence. En prévision des JO, on apprend aux Pékinois à renoncer à cette habitude antihygiénique. D'autant que le SARS est passé par là aussi...par Allison