Il ne marquera plus jamais de buts de la tête mais comptez sur lui pour haranguer ses troupes comme il le faisait à sa glorieuse époque sur les terrains de Harelbeke... Dans son nouveau club de Genk, c'est nécessaire car que les manques de confiance en soi du noyau éclatent à ce point aux yeux, le club en subit les conséquences au classement. Hein Vanhaezebrouck met donc tout son poids dans la balance. Et des kilos de persuasion, il en faudra pour infléchir la tendance.
...

Il ne marquera plus jamais de buts de la tête mais comptez sur lui pour haranguer ses troupes comme il le faisait à sa glorieuse époque sur les terrains de Harelbeke... Dans son nouveau club de Genk, c'est nécessaire car que les manques de confiance en soi du noyau éclatent à ce point aux yeux, le club en subit les conséquences au classement. Hein Vanhaezebrouck met donc tout son poids dans la balance. Et des kilos de persuasion, il en faudra pour infléchir la tendance. Hein Vanhaezebrouck : Je suis toujours ouvert au dialogue, mais tout le monde sait ce qu'il s'est passé avec Courtrai au niveau de l'arbitrage la saison dernière. J'ai simplement constaté que rien n'avait changé à cet égard. Le tackle de Joao Carlos n'avait rien d'assassin. J'aurais pu m'asseoir face à la presse et éviter de parler de l'homme en noir, mais ce n'est pas mon genre. Lorsque les choses doivent être dites, il faut qu'elles sortent. Je trouvais que ce n'était pas le bon moment juste après le match, voilà tout. Lorsque l'on réforme la compétition, ce qui est une excellente chose, il faut que tout le monde ait le niveau requis. Le top 6 est devenu trop important comme enjeu, cela nécessite un professionnalisme à toute épreuve. Regardez comment Michel Preud'homme réagit. Je le comprends. C'est parfois exagéré, mais c'est dans sa nature. Ecoutez : lors de la première réunion sportive, nous avions convenu que le club devait engager des joueurs à poigne avec des qualités de battants. C'est ainsi que Björn Vleminckx figurait en haut de notre liste - la mienne et celle du staff de Genk. Il peut marquer, est adoré du public, force des actions et a une influence sur un groupe, il entraîne ses partenaires. Mais il fallait délier les cordons de la bourse. Et comme Genk manque de moyens financiers, nous avons été contraints de nous rabattre sur des garçons bourrés de qualité, mais à qui il manque cette soif de victoire, cette hargne, ce leadership que nous recherchons tant pour insuffler au noyau un nouvel élan. Je ne vois chez nous aucun joueur du style à se lancer sur les grillages pour haranguer nos supporters. Si j'avais eu à ma disposition un grand sac rempli de billets, j'aurais été satisfait. Mais c'était plutôt d'un petit porte-monnaie dont nous disposions. Alors, que fait-on ? On va chercher des éléments qui sont libres, qui viennent de D2, des jeunes. Et à ce niveau-là je suis heureux de ceux que nous avons transférés. Mais au niveau de la confiance en soi du groupe, on n'a pas progressé d'un iota, je sais donc que cela reste un point noir. Sans joueurs forts mentalement, on n'arrive pas au top. J'étais moi-même un joueur malin à l'époque : je maîtrisais très bien l'art d'influencer l'arbitre, par exemple. J'essaie à présent d'inculquer ces petites astuces aux joueurs de Genk. J'étais déçu de la carte rouge de Carlos à Waregem parce qu'il n'a pas su maîtriser ses nerfs, abandonnant ses équipiers. D'un autre côté, je suis content qu'il ne se soit pas laissé faire. L'an dernier, il subissait le jeu. Nous avons donc fait un petit pas en avant, avec des garçons qui se font respecter. Mais nous ne devons pas en devenir les dupes. Je maintiens que nous avons besoin d'un avant de pointe supplémentaire, malgré la présence de Marvin. On ne sait pas encore clairement s'il se rétablira ou s'il devra passer sur le billard. Il ne faut pas encore compter Koïta comme un titulaire à part entière. Il est un puncheur que nous avons été chercher quand il est apparu que l'évaluation de Nemec et Ljubojevic était insuffisante. Ogunjimi a de nombreuses qualités, seulement il doit devenir plus régulier. Il peut atteindre le top niveau mais doit alors comprendre qu'il ne peut pas se reposer trois semaines sur ses lauriers après un bon match. Le fait qu l'on parle beaucoup de lui est dû au fait qu'il nous manque un attaquant supplémentaire. Mobile, ayant le sens du but et qui recherche la profondeur. Ce sera alors un coup de poker. Mais même comme ça, il y a moyen de faire des résultats. A Courtrai, j'avais l'équipe au plus petit budget et avec un peu plus de chance, nous aurions pu terminer dans le ventre mou. Ici, il y a du matériel humain à ma disposition, mais il faut un équilibre dans la sélection. Pas seulement au niveau technique et tactique, mais aussi au point de vue mental. Je me demande vraiment si quelqu'un a réfléchi à cet équilibre dans le passé. A la nécessité d'avoir des patrons qui savent forcer le respect. De tous les joueurs qui ont rejoint le club ces dernières années, il n'y a aucun joueur de ce type. Tous des bons footballeurs, mais aucun leader. L'équilibre d'une équipe est pourtant un élément crucial, qu'il convient de suivre saison après saison. Genk n'a pas terminé dans le top quatre, je vous le rappelle. Dans le cas contraire, j'aurais sans doute eu à ma disposition une base plus forte. Le Racing a tout pour être un club du top mais la réalité est toute autre : 10e et 8e place au classement ces deux dernières saisons. La réalité m'impose aussi de constater que le groupe n'a pas tellement changé. Donc je dis, et je le savais en arrivant ici : nous n'avons pas d'autre choix que de faire le maximum afin d'augmenter le rendement de l'équipe. La seule chose que je garde en tête, c'est ma première réunion au club. Je ne vous dis pas les noms qui ont été cités comme renforts potentiels : c'était super et je leur ai fait part de mon enthousiasme. On évoquait Vleminckx, Franck Berrier de Zulte Waregem, etc. Et après deux réunions on m'a dit qu'il n'y avait pas d'argent. Là j'ai quand même eu dur à l'avaler. Je reste convaincu que nous avons besoin d'un attaquant, mais il faudra engager un joueur qui a déjà prouvé en Belgique ce dont il est capable. Parce que tout l'argent a été dépensé pour De Mul (il rit). Plus sérieusement, cet argent est parti, on ne le récupérera plus. Moi, on m'a dit que Genk avait dépensé l'an dernier deux à trois fois le montant prévu initialement. En fait, ils ont dépensé il y a douze mois l'argent que j'aurais dû avoir à ma disposition. Quand je suis arrivé au Limbourg, cette situation n'était pas tout à fait claire. Je me suis dit qu'un club de ce standing allait au moins consentir quelques efforts afin d'attirer de nouvelles recrues. Quelles sont les ambitions d'un entraîneur ? Retirer le rendement maximal du groupe qu'il a sous ses ordres. J'aimerais disputer le haut du classement, mais il faut rester réaliste. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, mais ce ne sera pas aussi simple que ce que d'aucuns pensent. Un nouvel entraîneur et nous terminerons certainement à telle place ? Faites-moi rire, arrêtons de jouer aux illusionnistes. Je suis convaincu que nous pourrons faire mieux que l'an dernier et que nos prestations devront nous permettre de terminer parmi les six premiers. Mais ce sera un combat très sérieux, je le sais d'avance. Le département sportif du club partage d'ailleurs ce réalisme. Si nous parvenons à finir dans le top 6, il faudra que nous ayons acquis la maturité nécessaire pour pouvoir bousculer les 'grands' lors de la phase des play-offs. Car je suis convaincu d'une chose : une fois atteinte cette phase finale du championnat, tout est possible. Dix points de retard sur le quatrième en deviendront cinq. Il y a bien moyen d'effacer ce retard en dix matches. Oui, certainement. Glen De Boeck figure parmi les plus reconnaissables : un 4-3-3 avec des positions bien définies. Jan Ceulemans joue souvent avec deux attaquants en 4-4-2. Travailler en possession de balle : c'est là toute la clé. Que fait-on lorsque le ballon est en nos rangs ? Auparavant, on voyait très peu cette manière de penser en Belgique. Vérifiez un peu quelle équipe applique systématiquement une construction de jeu à partir de la défense. Courtrai la saison dernière, oui. Anderlecht ? Jamais. J'ai même vu Arnold Kruiswijk et Olivier Deschacht tourner le dos à leur gardien pour ne pas recevoir la balle. C'est décevant, mais quand on dispose de la maîtrise du trafic aérien, on peut se permettre de longs dégagements dont découle la possession du ballon. C'est ce que Preud'homme a fait au Standard et ce qu'il fait à Gand où il n'a été chercher que des géants : Smolders, Coulibaly, Lepoint, Wils. Des gens qui pensent comme moi ? Oui, mais pas forcément des entraîneurs de D1. Je pense être respecté par de nombreux collègues. Et moi-même je respecte la plupart d'entre eux. Il n'y a que très peu de gens à propos desquels j'ai mes doutes. J'ai énormément de respect pour Preud'homme et sa manière de travailler. Je pense que c'est réciproque. Guido Brepoels, je le connais depuis le temps de la D2. L'entraîneur trudonnaire est très déterminé, il a une idée bien précise du football. J'ai partagé les bancs de la Licence Pro avec De Boeck et nous avons beaucoup d'estime l'un pour l'autre. Tout comme avec Aimé Anthuenis et Francky Dury : phénoménal ce que ce dernier a construit en quelques années à Zulte Waregem. ... qu'il a inventé le football ( il rit). Les gens qui disent cela ont un problème à accepter que j'arrive avec une vision du foot un peu différente de la leur. J'ai une manière de concevoir ce sport comme je ne l'ai encore jamais vue ailleurs. Cela ne veut pas dire que j'ai réinventé le football. Mais j'étudie sans cesse mes conceptions de jeu. J'apprécie au contraire énormément l'écoute des autres. Vraiment. Seulement, lorsque j'ai une idée, je suis capable de la présenter de manière très détaillée, ce qui fait que les gens me suivent souvent dans mon raisonnement. C'est aussi un don. Mais la dernière fois que j'ai rencontré Aimé Anthuenis ou Dominique D'Onofrio, j'ai écouté très attentivement. Nous devrions faire cela plus souvent entre personnes qui sont dévorées par le ballon rond : échanger nos idées pour faire progresser notre football. Depuis que Preud'homme a quitté la fédération, il n'y a plus personne à la maison de verre pour mener ce genre de discussion. La saison dernière à Courtrai, nous n'avons jamais changé notre concept de jeu. Nous n'en avions pas davantage l'intention contre Westerlo, jusqu'à ce que nous apprenions que les Campinois allaient jouer défensivement et miser sur des contres. Alors j'ai changé de tactique. Comment avais-je reçu cette info ? Les forums de supporters, sur internet, sont une mine d'or... Autre exemple : le jour avant la Supercoupe contre le Standard, j'ai pu lire sur le forum des supporters de Genk ma composition d'équipe (elle était correcte !), notre système de jeu en possession et en perte de balle, le tout en détails. Les supporters font le boulot des scouts de l'adversaire ! Comme entraîneur de Courtrai, je parcourais tout le temps les forums. J'y ai souvent décelé comment l'équipe adverse allait jouer. C'est la raison pour laquelle il faut régulièrement s'entraîner à huis clos. En Italie, en Espagne et en Angleterre c'est d'ailleurs monnaie courante. Quand on veut travailler au top niveau, il est normal de disposer d'un complexe d'entraînement qui puisse être fermé au public. Lorsqu'une entreprise travaille à un nouveau produit, elle n'organise pas non plus des portes ouvertes, hein ! Tout est top secret. Les employés doivent même signer des documents qui stipulent des poursuites judiciaires si l'on évoque le produit en question. Pourquoi ne serait-ce pas possible en football ? Personne n'a à savoir à l'avance quelle variante de coup franc nous utiliserons. Si c'était le cas, je mettrais ça sur papier et l'enverrais au monde entier... par jan hauspie"On a cité des grands noms avant de me dire qu'il n'y avait pas d'argent." "Genk a dépensé l'an dernier l'argent qui aurait dû être à ma disposition."