Cauchemar atroce cette nuit. D'abord, j'étais en soutane noire donc j'étais curé, ce qui m'affolait et faisait perler sur mon front des gouttes grosses comme des balles de ping-pong (pas comme des ballons de foot, faut jamais exagérer). Ensuite, je faisais le mur avec d'autres gars en soutane : pas faire le mur comme des séminaristes en goguette, faire le mur comme sur un terrain de foot, pour cause de coup franc adverse ! Nous avions tous une sainte trouille : vu que le coach, en soutane mauve fluo sur le banc et serrant un crucifix des deux mains, vociférait en nous interdisant de nous protéger les parties génitales : il hurlait que c'était un péché, que c'était superflu puisque nous avions fait v£u de chasteté, et que la Main de Dieu (la vraie !) nous protégerait s'il y avait lieu.
...

Cauchemar atroce cette nuit. D'abord, j'étais en soutane noire donc j'étais curé, ce qui m'affolait et faisait perler sur mon front des gouttes grosses comme des balles de ping-pong (pas comme des ballons de foot, faut jamais exagérer). Ensuite, je faisais le mur avec d'autres gars en soutane : pas faire le mur comme des séminaristes en goguette, faire le mur comme sur un terrain de foot, pour cause de coup franc adverse ! Nous avions tous une sainte trouille : vu que le coach, en soutane mauve fluo sur le banc et serrant un crucifix des deux mains, vociférait en nous interdisant de nous protéger les parties génitales : il hurlait que c'était un péché, que c'était superflu puisque nous avions fait v£u de chasteté, et que la Main de Dieu (la vraie !) nous protégerait s'il y avait lieu. En soutane rouge, coiffé d'une mitre comme saint Nicolas et comme tous ses coéquipiers, le frappeur d'en face ressemblait à Ryan Giggs autant que Frank De Boer à Ronald De Boer. Je lui tournais le dos momentanément pour regarder mon gardien qui était aussi mon ange gardien, blanc immaculé avec des ailes : appuyé à un piquet de but qui avait la forme d'un grand chandelier, il me faisait signe de décaler tout le mur d'un bon mètre vers sa droite. Mais l'espèce de Giggs adverse n'a pas attendu le signal de l'arbitre et, du gauche, sans lui laisser le temps de s'envoler, il a crucifié mon ange en expédiant le cuir sous le ciel du but, dans la lucarne opposée ! Avant d'exulter, le salopard, puis de tomber à genoux pour remercier Dieu ! J'ai vu rouge, mea maxima culpa, j'ai péché mais j'ai pas pu m'empêcher ! Deux minutes plus tard, alors que je marquais ce Giggs à la soutane et que l'arbitre avait le dos tourné, je lui ai glissé à l'oreille -Tu n'es plus en odeur de sainteté, Satan ! Et je lui ai planté mon coude dans le plexus solaire. S'ensuivit une bagarre générale et un amas de corps enlacés duquel voletaient pêle-mêle, dans mon rêve, un ciboire, des burettes, un lutrin, deux ostensoirs et de l'eau bénite. Finalement l'arbitre - j'ai seulement alors reconnu Benoît XVI - m'a brandi le carton rouge sous le nez, en me disant que les images de Belgacom TV m'avaient formellement identifié comme étant le fauteur originel des troubles. Je me suis foutu à chialer, en objectant que le règlement n'autorisait pas à sanctionner sur base d'images télévisées. Féroce, Benoît XVI a répliqué - Maintenant si ! Igor Lolo fait jurisprudence ! Va en enfer ! Et il m'a poussé vers les flammes du couloir des vestiaires... Je me suis réveillé en hurlant à ma femme qui voulait me calmer - Recule, pécheresse ! Tentatrice ! Appelle plutôt les pompiers ! Puis j'ai retrouvé mes esprits pour me dire une fois de plus que le foot rendait cinglé : de même qu'il y a paraît-il trois personnes en Dieu, il me faut à moi trois potins footeux pour faire un cauchemar footballistique. Primo, avait alors lieu au Vatican la Clericus Cup, tournoi rassemblant prêtres et séminaristes de 50 pays différents : j'espère que le foot les a rendus meilleurs mais je n'en mettrais pas ma main ni maman au feu... Ensuite, énième illustration de cette foire d'empoigne que sont les Lois du Jeu, il y avait ce coup franc de Giggs à Lille, comme on en voit une fois tous les cinq ans mais depuis longtemps ( Castro Quini en 1982 pour le Barça face au Standard, Thierry Henry je ne sais plus quand, Dietmar Hamman face à Frédéric Herpoel lors d'un Belgique-Allemagne pas lointain...) et qui doit introduire à mon sens le débat suivant : s'il n'est pas interdit de jouer un coup franc de la sorte, pourquoi les frappeurs ne s'y essaient-ils que rarissimement ? Enfin, de par la suspension récente d'Igor Lolo du Germinal Beerschot pour fait de jeu découvert via la télé (coup de coude), Belgacom TV est officiellement devenue arbitre de l'URBSFA et partenaire de son comité sportif. J'en suis ravi car ça devrait permettre de diminuer vicelardises et coups fourrés, mais ça m'amène à trois remarques. Un, la cellule/communication de l'UB a intérêt à bien expliquer au monde footeux pourquoi les images de Belgacom TV seront les seules à faire foi. Deux, Belgacom TV devra désormais faire hyper gaffe à la répartition de ses caméras et à ses livraisons de gros plans/ralentis, sans quoi on l'accusera de souligner ce qu'elle veut bien... Trois, si je comprends bien, notre petite fédé s'autorise enfin chez elle un recours à la TV que la puissante FIFA avait adopté avant le mondial 94. Rappelez-vous le coup de coude de MauroTassotti contre l'Espagne ! par bernard jeunejean