Le Liégeois entame sa saison au Qatar dimanche prochain. Réaliste, Philippe Gilbert sait mieux que nul autre qu'il sera difficile d'égaler sa fantastique saison écoulée. " Je ne puis qu'espérer conserver mon niveau ", explique le Sportif de l'Année dans l'interview à c£ur ouvert qu'il a accordée au spécial cyclisme de Sport/Foot Magazine, que vous pouvez trouver en librairie dès ce jeudi.
...

Le Liégeois entame sa saison au Qatar dimanche prochain. Réaliste, Philippe Gilbert sait mieux que nul autre qu'il sera difficile d'égaler sa fantastique saison écoulée. " Je ne puis qu'espérer conserver mon niveau ", explique le Sportif de l'Année dans l'interview à c£ur ouvert qu'il a accordée au spécial cyclisme de Sport/Foot Magazine, que vous pouvez trouver en librairie dès ce jeudi. Le nouveau leader de BMC revient avec une sérénité incroyable sur les attentes de la presse et du public. " Si je remporte une ou deux classiques cette année, j'aurai atteint mes objectifs et enrichi mon palmarès. La presse belge dira certes que 2012 a été moins bonne que l'année précédente mais je me suis préparé à ce genre de remarques. Je répondrai qu'elle a raison. Cela ne m'empêchera pas de dormir. "Dans cet entretien accordé à Monaco où il réside, Gilbert explique qu'il poursuit trois objectifs majeurs. " La semaine ardennaise constitue le but principal de mon printemps. J'espère gagner au moins une des trois courses suivantes : l'Amstel Gold Race, la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège. " Le champion n'hésite pas à avouer qu'il préfère une deuxième victoire à La Doyenne à une première au Tour des Flandres. " Pour être en forme au Ronde, je dois avancer ma préparation de deux ou trois semaines. Je n'en ai pas envie car Liège reste beaucoup plus importante à mes yeux. "Gilbert espère atteindre un deuxième pic de forme au Tour, dont le coup d'envoi est donné à Liège le 30 juin. Le lendemain, le peloton roule l'étape de Seraing, où une arrivée en côte de deux kilomètres attend Gilbert. La troisième étape, en direction de Boulogne-sur-Mer, est également vallonnée et donc taillée sur mesure pour lui. " Au début du Tour, je vise une victoire d'étape. Ensuite, je travaillerai surtout au service de mon coéquipier, Cadel Evans, pour voir jusqu'où je peux aller en montagne. Je veux absolument vivre une fois l'expérience de rouler au service du candidat à la victoire. " Gilbert espère conserver sa forme jusqu'aux Jeux Olympiques. Fin septembre, dernière croix rouge à son agenda : le Mondial de Valkenburg, dont il est déjà bombardé favori. " Tout cela paraît logique et la pression sera très forte ce jour-là ", prédit-il. " Il faudra que la Belgique ait une équipe très forte. "Gilbert expose enfin quel rôle il verrait bien dans l'équipe belge pour Tom Boonen. Il donne aussi un avis direct sur le nouveau parcours du Tour des Flandres, ramant à contre-courant. Il enchaîne sur sa vie de vedette du cyclisme, passe en revue les différentes classiques printanières et explique pourquoi il considère le Mondial 2007 comme le tournant de sa carrière. Ses réponses laissent transpercer une farouche ambition. " Je peux encore effectuer des progrès, physiquement et mentalement. " BENEDICT VANCLOOSTER