Saucissonner le globe en 24 tranches horaires à partir d'un point zéro correspondant au méridien de Greenwich près de Londres est une idée qui remonte à 1876. Seulement, il a fallu attendre plusieurs dizaines d'années pour que tout le monde tombe d'accord là-dessus, permettant ainsi la commercialisation des premières montres mécaniques à fuseaux horaires multiples.
...

Saucissonner le globe en 24 tranches horaires à partir d'un point zéro correspondant au méridien de Greenwich près de Londres est une idée qui remonte à 1876. Seulement, il a fallu attendre plusieurs dizaines d'années pour que tout le monde tombe d'accord là-dessus, permettant ainsi la commercialisation des premières montres mécaniques à fuseaux horaires multiples. A l'origine, ces pionnières étaient équipées de deux mouvements et de deux cadrans séparés - une configuration que l'on rencontre encore parfois sur des montres quartz analogiques ! Dans les années 30, le Suisse Louis Cottier inventa les " heures universelles ". Il s'agit d'un mécanisme horloger construit autour d'un seul mouvement, permettant à la fois l'affichage de l'heure locale, et par un jeu de disques rotatifs de l'heure correspondante dans les principales villes du monde. Ce dispositif fut vite adopté par les aviateurs, mais commença à atteindre ses limites au milieu des années 50 avec l'arrivée des jets. A la demande de la compagnie aérienne Panam, Rolex créa alors pour les pilotes de Boeing 707 la GMT Master. C'était une montre offrant une lecture plus simple de la double indication horaire grâce une aiguille additionnelle home time effectuant son tour de cadran en 24 heures (ceci afin de distinguer le jour et la nuit). Aujourd'hui, il existe une très grande variété de montres mécaniques à deux (voire plus rarement, trois ou quatre) fuseaux horaires. Et plus que jamais, l'enjeu pour les marques est d'en accroître la lisibilité et la simplicité d'emploi. Dans ce domaine, plusieurs nouveautés 2012 retiennent l'attention. -La principale est la Rolex Sky-Dweller dont l'affichage se résume à trois indications essentielles rendues ultralisibles par des trésors d'ingéniosité technique : l'heure locale est indiquée par les aiguilles, l'heure du domicile par un disque rotatif 24 heures au centre, et sous le verre cyclope on trouve un calendrier qui tient compte des mois de 30 et 31 jours (une seule correction en février). Ajoutez à cela son utilisation d'une simplicité enfantine. Avec une lunette tournante servant de sélecteur de fonction, les deux fuseaux horaires et le calendrier annuel se règlent au moyen d'une couronne ne comportant qu'une seule position de correction. Evidemment la perfection a un prix, et ce n'est pas donné (à partir de 32.500 euros en or rose). -Plus abordable, la Breitling Chronomat 44 GMT permet de se caler instantanément sur l'heure locale en tournant la couronne vers le haut ou le bas, tandis que l'heure du domicile reste indiquée en permanence par une aiguille rouge pointant sur une échelle 24 h. En outre, la même aiguille indique un troisième fuseau horaire sur la lunette (à condition d'avoir précédemment tourné celle-ci en regard du décalage désiré). -Enfin, proposée à un prix compétitif pour une montre de ce type, l'Alpina Worldltimer Manufacture remet au goût du jour le principe des heures universelles grâce à un mouvement maison permettant de les ajuster au moyen d'une seule même couronne. Après cela, il ne reste plus qu'à plier bagages... ou à ouvrir un compte épargne. PAR PATRICK DELAROCHE