Les bilans comptables des clubs professionnels belges commencent à rentrer. Quelles prestations financières nos clubs ont-ils réalisées entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020? Ensemble, les clubs pros ont essuyé une perte de 87 millions d'euros durant l'année comptable pré-corona 2018-2019 (six clubs ont réalisé un bénéfice, 18 ont été déficitaires). Ça n'augure rien de bon. Le Club Bruges et Genk sont à nouveau les exceptions à la règle. Durant la récente année comptable, ils ont respectivement engrangé un bénéfice net de 24 et de 29...

Les bilans comptables des clubs professionnels belges commencent à rentrer. Quelles prestations financières nos clubs ont-ils réalisées entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020? Ensemble, les clubs pros ont essuyé une perte de 87 millions d'euros durant l'année comptable pré-corona 2018-2019 (six clubs ont réalisé un bénéfice, 18 ont été déficitaires). Ça n'augure rien de bon. Le Club Bruges et Genk sont à nouveau les exceptions à la règle. Durant la récente année comptable, ils ont respectivement engrangé un bénéfice net de 24 et de 29 millions et bouclé des budgets records de 137 et 127 millions. Les deux dernières campagnes en Ligue des Champions ont rapporté 37 et 35 millions au Club, un montant auquel il faut ajouter des soldes de transferts lucratifs de treize et 52 millions. Par contre, Anderlecht et le Standard ont investi dans trop de dossiers (achats, prêts et salaires) dans leur tentative de décrocher leur billet pour la Champions League. Ils le paient maintenant cash avec des déficits d'exploitation alarmants et des dettes énormes. Les deux clubs ont un besoin urgent d'argent frais. Les déclarations TVA ont diminué de 80% durant les trois premiers mois de l'année comptable en cours (2020-2021). C'est un indice très négatif. Il n'empêchera pas nos grands clubs de continuer à investir pour marquer des points en Europe et gagner le jackpot dans leurs transferts sortants. Les équipes plus faibles continueront à prendre des risques financiers et sportifs pour ne pas se retrouver dans le cimetière économique qu'est la D1B. Qui va mettre fin à ces failles du système? Toutes les compétitions européennes, y compris la belge, doivent suivre l'exemple de l'Espagne. La Liga impose aux clubs un plafond salarial, sur base des rentrées théoriques des droits TV, sponsoring et matches d'une part, et des rentrées issues des transferts des trois saisons précédentes d'autre part. Cette masse salariale comprend également les indemnités des agents et semble pouvoir être imposée juridiquement. Le football professionnel espagnol doit économiser 610 millions d'euros en masse salariale, compte tenu de la diminution des rentrées. Barcelone, qui a un déficit d'exploitation de près de 100 millions en 2019-2020, doit épargner 274 millions sur les salaires. Le Real et l'Atlético de Madrid doivent respectivement trouver 172 et 96 millions. La pandémie pourrait donc avoir, à long terme, pour effet d'apurer les finances du foot. L'association des salaires aux rentrées des clubs est un outil honnête et clair qui peut mieux préparer nos clubs à de nouveaux chocs du même genre.