Expect the unexpected. C'est le moins qu'on puisse dire de 2020 et c'est le meilleur conseil que j'ai reçu en tant que jeune arbitre. Mais n'attendons-nous pas trop de nos juges?
...

Expect the unexpected. C'est le moins qu'on puisse dire de 2020 et c'est le meilleur conseil que j'ai reçu en tant que jeune arbitre. Mais n'attendons-nous pas trop de nos juges? Les gens me demandent souvent pourquoi il n'y a pas d'arbitre féminine au plus haut niveau. C'est très simple: la Belgique n'est pas encore prête. Les supporters ne l'acceptent pas encore, mais les talents ne manquent pas. C'est ancré dans notre mentalité: on s'accroche toujours au stéréotype de l'arbitre mûr, mâle, qui mesure 1m90. Je suis un peu différente. Cela me dérange-t-il? Oui, mais je suis également consciente de pouvoir être fière de mes prestations. Je suis bien dans mes crampons. Heureusement, nous avons accompli des progrès, grâce au rajeunissement et à la professionnalisation de l'arbitrage. Le fait que le jeune âge des arbitres qui montent suscite le doute contraste fortement avec l'objectif du pays! Les arbitres doivent atteindre le sommet de leur art avant 25 ans pour pouvoir siffler au plus haut niveau. C'était différent avant, mais les temps changent. L'accent est placé sur l'arbitrage de haut niveau, afin de trouver le nouveau Frank De Bleeckere, et ça signifie que nous devons accorder leur chance à des jeunes dotés de potentiel. Les arbitres qui ne remplissent pas ce critère et réalisent qu'ils ne peuvent plus grimper dans la hiérarchie font face à un moment-charnière. Souvent, ils arrêtent. C'est dur, mais compréhensible! Un arbitre veut pouvoir juger des phases difficiles, très tactiques. Nous sommes tous ambitieux. Je retire beaucoup de plaisir des équipes qui ne se contentent pas de mettre le pied sur le ballon, mais savent ce qu'elles font. J'ai suivi différents cours pour mieux comprendre la tactique et ainsi mieux anticiper. Maintenant, quand je prends une décision, je sais pourquoi et je peux l'indiquer. Ce n'était absolument pas le cas quand j'ai sifflé mon premier match, mais j'ai ensuite acquis de l'expérience internationale. C'est justement pour cela qu'il est important pour un arbitre de commencer tôt et pour cela qu'il faut offrir aux gens une marge de progression. Je ne pense pas qu'on soit un bon arbitre à ses débuts. Si on a de l'audace, on peut le devenir grâce au soutien des gens (merci!) et à son travail. J'en suis vraiment persuadée. Je me tourne vers l'avenir.