Le 20 juillet dernier, le monde du football a été bouleversé, presque dans l'anonymat, par une nouvelle loi. Elle s'attaque au système des rétro-commissions, mis en lumière par les révélations du Footgate. Si elles sont parfois légales, c'est loin d'être toujours le cas. De nombreuses rétro-commissions (l'agent qui reçoit la commission en reverse une partie à d'autres intervenants du dossier, parfois au sein des clubs) ne sont pas déclarées, et cet argent échappe au fisc, qui ne peut pas accepter de voir ces sommes disparaître dans un monde ...

Le 20 juillet dernier, le monde du football a été bouleversé, presque dans l'anonymat, par une nouvelle loi. Elle s'attaque au système des rétro-commissions, mis en lumière par les révélations du Footgate. Si elles sont parfois légales, c'est loin d'être toujours le cas. De nombreuses rétro-commissions (l'agent qui reçoit la commission en reverse une partie à d'autres intervenants du dossier, parfois au sein des clubs) ne sont pas déclarées, et cet argent échappe au fisc, qui ne peut pas accepter de voir ces sommes disparaître dans un monde qui cherche plus de transparence. En cette période de récession économique, le fisc tente de comprendre le monde du football, ses sommes extravagantes, et ses pratiques exposées par le Footgate, où des montres et des voitures sont offertes en cadeaux. Suite à ces affaires, la Belgique a décidé de prendre les devants, et est sur le devant de la scène européenne avec cette nouvelle loi. Les plus inquiets sont évidemment les agents, qui se sont déjà insurgés face à la Cour Constitutionnelle en argumentant sur le fait qu'il est injustifié que le football soit le seul sport visé par cette loi. Il leur reste toutefois une certaine marge de manoeuvre puisque la loi, ratifiée le 20 juillet 2020, entrera seulement en vigueur à partir du 1er juillet 2021. Pour neuf mois encore, les règles restent identiques, et les transactions garderont souvent un côté opaque. Qui peut dire, aujourd'hui, combien d'argent l'intermédiaire Pini Zahavi a réellement touché sur le transfert de Neymar de Barcelone au PSG ? Malgré la situation économique difficile, suite à la crise sanitaire, de nombreux agents tentent donc de multiplier les deals lors de ce mercato, et en feront probablement de même cet hiver, pour profiter des derniers mois de répit. Par la suite, chaque transaction devra être répertoriée scrupuleusement par les clubs qui y participent. Pour chaque transfert, ils devront communiquer les intermédiaires impliqués, et les sommes qu'ils ont reçues. La grande nouveauté, c'est qu'en cas de doute sur les destinataires finaux de ces montants, il sera obligatoire de transmettre une déclaration de soupçons au centre de traitement des informations, comme cela se fait dans le milieu bancaire. Même chose si un agent ou un club a des doutes concernant la provenance des fonds utilisés ou répartis dans le cadre d'un transfert. Avec cette nouvelle réglementation, le fisc compte bien installer plus de transparence dans le monde parfois très opaque du mercato footballistique, et éviter de voir des millions d'euros s'évaporer entre les mailles du filet fiscal.