À un jet de pierre du QG de la Pro League, on trouve le quartier Versailles, sur le territoire de Neder-Over-Heembeek, à Bruxelles. Un quartier défavorisé où le revenu moyen est peu élevé et où le taux de chômage chez les jeunes explose. À mille lieues de notre foot pro et de ses paillettes. À Versailles, la criminalité est omniprésente.
...

À un jet de pierre du QG de la Pro League, on trouve le quartier Versailles, sur le territoire de Neder-Over-Heembeek, à Bruxelles. Un quartier défavorisé où le revenu moyen est peu élevé et où le taux de chômage chez les jeunes explose. À mille lieues de notre foot pro et de ses paillettes. À Versailles, la criminalité est omniprésente. Oussama (39 ans) et Yvan (35 ans), dingues de foot et de leur quartier, s'affairent sur un petit terrain synthétique pour organiser la troisième journée du Hello Summer Festival. Yvan, Bruxellois d'origine iranienne, ex-footballeur de rue, travaille à mi-temps pour la branche bruxelloise de l'Union belge. Oussama, lui, grandit à Neder et tape la balle jusqu'au moment où il est assez grand pour faire les mauvais choix. En un rien de temps, il échoue dans le milieu du grand banditisme. Condamné, il va au bout de sa peine, puis se repentit. Aujourd'hui, il se met au service de la communauté. Aidé par des bénévoles, il permet à de nombreux enfants d'échapper aux dangers de la rue via une structure passant par le foot et des cours à domicile. Il sait de quoi il parle. Il est leur entraîneur, leur psychologue, leur grand frère, leur père de substitution. Les joueuses, aussi bien les petites que les adultes, respectent Yvan et Oussama. " Oussama, c'est mon héros, mon grand frère ", lance très sérieusement Sherazade, 17 ans. Quand elle dit " nous ", elle évoque ses copines, ses coéquipières du foot. L'une d'elles a perdu père et mère en un mois. Depuis, elle s'occupe de ses petits frères et soeurs. À 17 ans. Les parents d'une autre joueuse travaillent jour et nuit dans un resto asiatique de Bruxelles. Elle est livrée à elle-même. Sherazade fuit pour aller jouer un match contre une équipe de filles aux origines araméennes. Tout ce beau monde se retrouve à Bruxelles. Hello Summer est le carrefour de la culture et du sport. Tous les jeunes Bruxellois ne sont pas fans de foot ou de boxe. Les jeunes des quartiers bruxellois doués dans la musique ou dans le cinéma y trouvent un forum, un podium où, avec les sportifs, ils peuvent profiter de leurs talents mutuels. Le sport et la culture sauvent les problèmes sociétaux dans nos grandes villes. Pas le sport ou la culture. Les deux ensemble. Toutes les générations, tous les statuts sociaux se côtoient dans le plus grand respect grâce au sport et à la culture. Bruxelles, ma ville, l'a compris. Mais la route est encore longue.