Radja Nainggolan est toujours indispensable à l'AS Rome et les tifosi sont heureux que le transfert à Guangzhou Evergrande, qui aurait pu rapporter 50 millions à son club et sept millions par an au joueur, ait capoté. Comme toute l'équipe, il faut pourtant qu'il soigne ses stats. Il y a des siècles que la Roma n'a plus marqué aussi peu et on attendait mieux d'elle qu'une cinquième place au class...

Radja Nainggolan est toujours indispensable à l'AS Rome et les tifosi sont heureux que le transfert à Guangzhou Evergrande, qui aurait pu rapporter 50 millions à son club et sept millions par an au joueur, ait capoté. Comme toute l'équipe, il faut pourtant qu'il soigne ses stats. Il y a des siècles que la Roma n'a plus marqué aussi peu et on attendait mieux d'elle qu'une cinquième place au classement. " Il y a des saisons où tout vous réussit et d'autres où ça va moins bien ", répondait l'entraîneur, Eusebio Di Francesco, quand on lui demandait la semaine dernière pourquoi Nainggolan était moins bon que les années précédentes. La saison dernière, il avait inscrit 14 buts, toutes compétitions confondues. La semaine dernière, son compteur personnel n'affichait que deux réalisations. Lors de l'exercice précédent, après 22 journées, il avait tiré 50 fois au but. Cette fois, 37. Ses statistiques défensives ne sont pas meilleures : il a gagné moins de duels et a récupéré moins de ballons. Conclusion : Eusebio Di Francesco ne peut pas compter sur Nainggolan comme Luciano Spalletti pouvait le faire la saison dernière. Il faut dire que Spalletti lui laissait plus de liberté, ce qui lui permettait de surgir plus souvent dans le rectangle. Pourtant, avec son engagement et sa présence dans les duels, l'Anversois reste un des piliers de l'AS Rome. Il a déclaré à Sky qu'il n'était pas déçu de ne pas être parti. " Je me sens bien à la Roma et je ne vois pas pourquoi je partirais. Ici, j'ai tout. Dans ce cas, l'argent ne fait pas la différence. Si le club ne me renvoie pas, je resterais bien ici toute ma vie. " On lui reproche souvent de ne pas être un exemple en dehors des terrains mais cela le laisse de marbre. " Je fais les choix qui me semblent bons. Je n'ai pas eu de père alors je veux être le plus présent possible auprès de mes enfants (Nainggolan a quatre filles, ndlr). Et puis, je suis joueur de foot, pas éducateur ou enseignant. Je laisse cette tâche aux autres. "