Dans ce feuilleton, j'ignore qui fait mousser qui, mais je n'arrive pas à croire que le Barça veuille lâcher 35 millions pour Cesc Fabregas. A la limite, je croirais plus que c'est Arsène Wenger qui man£uvre pour s'en défaire contre un gros paquet de billets (40 millions, ou un peu moins avec Sherrer Maxwell dans la transaction). J'dis ça et j'dis rien, mais Fabregas est un très bon joueur juste trop court pour être superstar au Barça. Il faut quand même rappeler qu'en équipe d'Espagne, il n'était guère titulaire. Ni à l'Euro 2008 sous Luis Aragones, ni au Mondial 2010 sous Vicente Del Bosque. Il faut aussi savoir que Fabregas se ramasse facilement des bobos depuis 3 saisons, n'ayant joué pour Arsenal que 74 des 114 derniers matches de Premier League anglaise : et Arsenal eut de...

Dans ce feuilleton, j'ignore qui fait mousser qui, mais je n'arrive pas à croire que le Barça veuille lâcher 35 millions pour Cesc Fabregas. A la limite, je croirais plus que c'est Arsène Wenger qui man£uvre pour s'en défaire contre un gros paquet de billets (40 millions, ou un peu moins avec Sherrer Maxwell dans la transaction). J'dis ça et j'dis rien, mais Fabregas est un très bon joueur juste trop court pour être superstar au Barça. Il faut quand même rappeler qu'en équipe d'Espagne, il n'était guère titulaire. Ni à l'Euro 2008 sous Luis Aragones, ni au Mondial 2010 sous Vicente Del Bosque. Il faut aussi savoir que Fabregas se ramasse facilement des bobos depuis 3 saisons, n'ayant joué pour Arsenal que 74 des 114 derniers matches de Premier League anglaise : et Arsenal eut de bonnes périodes de foot durant ces absences, au point que les tabloïds se demandèrent quelquefois si les Gunners ne gunnaient pas mieux sans Cesc ! Et j'ajouterais deux choses si j'étais teigneux. D'abord, que le dernier titre d'Arsenal date de 2003/04 et que l'Espagnol est arrivé en 2004/05. Ensuite, que le Cesc porte une sacrée responsabilité dans l'élimination d'Arsenal en huitième de la dernière Champions League lors du retour... à Barcelone, après la victoire anglaise de 2-1 à l'aller. Ç'allait être la mi-temps et 0-0 quand Fabregas s'offrit, à l'entrée de son propre rectangle surpeuplé, une talonnade aveugle à la con qui eût valu la guillotine à moins célèbre que lui. Vous connaissez la suite : 1-0 par Lionel Messi, et Massimo Busacca qui se charge du reste en expulsant incongrûment Robin Van Persie... N'étant pas teigneux, je dirais simplement que Fabregas ne peut pas défendre comme Sergio Busquets, ne sait pas régir comme Xavi, ne s'infiltre pas comme Andrès Iniesta, et ne scorera jamais autant que Pedro ou David Villa : il ne peut donc que briguer la place... de Messi, au cas où le Barça déciderait soudain d'apurer ses grosses dettes d'un seul très gros coup en vendant l'Argentin ! Ce qu'il ne fera pas. Dès lors, les uns disent que Cesc débarque pour préparer la succession de Xavi, de huit ans son aîné. Mouais. Je ne vois pas Fabregas, une saison voire plus, glander sur un banc avec un grand sourire. D'autant que Pep Guardiola n'est pas un fanatique du turn-over dès qu'il s'agit de big matches : la preuve, bien plus qu'à Man U ou qu'ailleurs, c'est à propos du Barça que tout footeux peut sans effort "réciter" le onze de base. Dès lors, question ambiance - et elle aussi fait les résultats - vaudrait mieux laisser Fabregas avec l'Arsène, et ne pas laisser filer au Milan AC un Seydou Keita qui se démerde quand il joue, et qui la ferme quand il ne joue pas... D'autres surtout, parce que la sensation fait vendre et parce que le Barça ne peut pas embrigader Fabregas comme un vulgaire réserviste, affirment qu'en cas d'arrivée du Gunner, Guardiola inventera un nouveau système de jeu, rien que ça ! Pep, disent-ils, se passera sans le vexer d'un Carles Puyol vieillissant, et Fabregas s'intégrera dans un 3-4-3 révolutionnaire, avec un entrejeu en losange dont Busquets sera la pointe basse et Fabregas la pointe haute. Mensonge ! D'abord, ça n'a rien de révolutionnaire. Ce genre de 3-4-3 fut pratiqué par l'Ajax Amsterdam de Louis van Gaal lors de sa victoire en Coupe d'Europe en 1995, avec Frank Rijkaard dans le rôle de Busquets : c'est-à dire que le demi-défensif devenait simplement un véritable arrière central quand il le fallait. Ensuite (hors le fait que la pulga y est pour beaucoup à elle toute seule), quand tu disposes d'un onze qui carbure comme jamais peut-être un onze n'a carburé, pourquoi innover pour le plaisir d'innover et risquer de rompre un équilibre pour l'instant parfait ? ! Ajax 95 n'a d'ailleurs pas tenté ça, le back droit s'appelait Michael Reiziger et c'était un garde-chiourme, rien à voir avec Dani Alvès qui transformerait ce 3-4-3 théorique en 2-5-3 fréquent... faut quand même pas chercher le suicide au lieu de l'estocade ! Je suis incapable d'imaginer que Guardiola renonce à Puyol, ou à ce filou brutal de Xavier Mascherano qui l'a souvent suppléé cette saison, pour un profil de type Fabregas : ce serait négliger la récupération d'un ballon que même le Barça perd parfois, ce serait idiot et orgueilleux. José Mourinho n'attend que ça. PAR BERNARD JEUNEJEANGuardiola inventerait-il un nouveau système pour intégrer Fabregas ?