Comme je l'avais signalé dans mon article du 25 mai dernier, la valse des entraîneurs a bien fait place au carrousel. Hormis les deux clubs promus (Zulte-Waregem et Roulers) qui maintiennent la confiance à leur coach respectif à succès, seulement huit mentors sur les 16 équipes restantes sont restés en place. Et encore deux d'entre eux n'ont-ils pris leurs fonctions que durant le deuxième tour de la précédente saison ( FrankieVercauteren et GeertBroeckaert). Les six qui sont toujours aux commandes de leur club sont donc : JackyMathijssen, MarcBrys, GeorgesLeekens, HarmVan Veldhoven, PaulPut et ...

Comme je l'avais signalé dans mon article du 25 mai dernier, la valse des entraîneurs a bien fait place au carrousel. Hormis les deux clubs promus (Zulte-Waregem et Roulers) qui maintiennent la confiance à leur coach respectif à succès, seulement huit mentors sur les 16 équipes restantes sont restés en place. Et encore deux d'entre eux n'ont-ils pris leurs fonctions que durant le deuxième tour de la précédente saison ( FrankieVercauteren et GeertBroeckaert). Les six qui sont toujours aux commandes de leur club sont donc : JackyMathijssen, MarcBrys, GeorgesLeekens, HarmVan Veldhoven, PaulPut et last but not leastDominiqueD'Onofrio qui avait annoncé qu'il arrêtait de diriger l'équipe Première des Rouches. Mais la direction du Standard n'a pas réussi à trouver un coach digne de le remplacer ou en tout cas répondant aux critères imposés par les décideurs liégeois. Des huit clubs confiant leurs destinées sportives à un nouveau coach, seul deux d'entre eux ont choisi un étranger ne connaissant pas du tout le football belge : ce sont les voisins de Lokeren et de Beveren qui ont respectivement désigné Muslin et l'inconnu Dufour. Les six autres équipes à changer de direction ont appliqué parfaitement le petit jeu du carrousel. Noblesse oblige, commençons par le champion qui a fait revenir JanCeulemans de Westerlo suite à la saga TrondSollied (pour une fois que c'est un entraîneur qui joue avec les pieds des dirigeants...), HermanHelleputte venant de Beveren pour le remplacer au Kuipje. EmilioFerrera et AlbertCartier ont simplement échangé leur poste même si Emilio avait été limogé avant la fin de la saison. HermanVermeulen passe d'Ostende à Saint-Trond et le remercié anderlechtois HugoBroos remplace RenéVandereycken à Genk pourtant qualifié pour l'Europe. Celui-ci fait partie des entraîneurs en place la saison dernière et sans club actuellement au même titre que RobertWaseige, GilbertBodart, MarcWilmots, FrankyVan der Elst, Reynders et PhilippeSaint-Jean, les deux derniers restant dans l'organigramme sportif de Lokeren et de Mouscron ! Mais dans tout ce tohu-bohu, je m'en voudrais de ne pas parler de trois personnes de l'ombre attachées (au moins sentimentalement) au Standard. Le premier est l'ancien adjoint José Riga qui va pouvoir prouver ses capacités en tant que numéro 1 à Mons où, je l'espère pour lui, le calme va un peu revenir après la tempête de la dernière saison. Le second est Léon Semmeling qui avait offert sa pro-licence à Cartier afin que ce dernier puisse exercer son métier en Belgique. Mais on n'a plus besoin de lui à La Louvière puisque Ferrera détient le précieux sésame. P'tit Léon n'a pas suivi Cartier au Brussels où Patrick Wachel devient son bienfaiteur. Débourser 5.300 euros pour faire profiter quelqu'un d'autre de son diplôme est une option que, personnellement, je ne prendrai jamais. Enfin, chacun sa philosophie ! Le troisième est Christian Piot dont l'article qui lui est consacré dans le dernier Sport/Foot Magazine m'a particulièrement interpellé. J'aime bien Christian et je suis triste de ce qui lui arrive, mais malheureusement, dans la vie comme dans le foot, il vaut mieux ne compter que sur soi-même. S'appuyer sur ses amis ne dure qu'un temps, et d'autres, du côté de Sclessin, en ont fait les frais dans un passé pas si lointain. N'est-ce pas Simon Tahamata, AlexCzerniatynski, ChristianLabarbe, Richard Maréchal, Jean Bourguignont et Philippe Germay ? Les vrais Rouge et Blanc n'ont plus vraiment la cote du côté du pont d'Ougrée. Ils sont finalement peut-être mieux près du pont enjambant... le Bosphore ! A plus !n ÉTIENNE DELANGRELes VRAIS ROUGE ET BLANC n'ont plus vraiment la cote du côté du pont d'Ougrée