Les tournées promotionnelles au Japon font désormais partie des habitudes des grands clubs espagnols. Si le Real Madrid avait montré la voie, en allant présenter David Beckham à ses fans japonais l'an passé, le FC Barcelone et le FC Valence lui ont emboîté le pas. Ces trois clubs phares étaient tous au pays du Soleil-Levant, le week-end dernier.
...

Les tournées promotionnelles au Japon font désormais partie des habitudes des grands clubs espagnols. Si le Real Madrid avait montré la voie, en allant présenter David Beckham à ses fans japonais l'an passé, le FC Barcelone et le FC Valence lui ont emboîté le pas. Ces trois clubs phares étaient tous au pays du Soleil-Levant, le week-end dernier. Les Catalans avaient d'abord fait un détour par la Corée du Sud avant d'atterrir à Tokyo, où un premier match amical a été disputé dimanche. Il a été remporté 0-5 face à Kashima Antlers. Le FC Valence s'est embarqué vendredi pour Osaka, via Londres. A l'arrivée, une centaine de journalistes japonais attendaient le président JaimeOrti, l'entraîneur ClaudioRanieri et les joueurs SantiagoCanizares et PabloAimar pour une conférence de presse à l'hôtel Osaka Airport. Un premier match amical a été disputé dimanche et s'est mal terminé : le FC Valence a été étrillé 5-2 par Albirex Niigata. Le Real Madrid, a l'heure où vous lisez ces lignes, est déjà rentré au pays. En cinq jours au pays du Soleil Levant, deux matches amicaux ont été disputés. Le premier, remporté 1-2 face à JEF United jeudi. Le second, également remporté 0-4 face à Tokyo Verdy, dimanche. Ces déplacements ne plaisent que modérément aux joueurs, mais cela fait partie de leurs obligations professionnelles et ils s'y plient donc de bonne grâce. " 12 heures d'avion, ce n'est pas l'idéal ", admet IkerCasillas. " Même si, au fil des ans, je commence à m'habituer à ces voyages à Tokyo, que ce soit en période de préparation ou pour la Coupe Intercontinentale. En principe, on est là pour s'entraîner et se préparer, mais ce sont aussi des contrats commerciaux qu'il faut respecter. De retour au pays, il ne nous restera que 15 jours pour préparer le match préliminaire de la Ligue des Champions. C'est peu, mais cela devrait être suffisant ". Le Real Madrid est parti au Japon sans JavierPortillo, prêté pour une saison à la Fiorentina. Ronaldo, touché au genou gauche, n'a pas joué le premier match, tandis que DavidBeckham en a profité pour présenter ses nouvelles chaussures exclusives. Guti a séduit sur le flanc gauche. Pavon, aligné en défense centrale aux côtés de WalterSamuel, est également apparu à son avantage. (D. Devos) JOSE GOMES EDMILSON, le flanc gauche brésilien de l'Olympique Lyonnais, a signé pour quatre ans au FC Barcelone. Il jouera comme européen, car il vient d'obtenir un passeport italien. Javier Saviola a, lui, obtenu un passeport espagnol. Il n'y aura donc que quatre joueurs extra-communautaires dans l'effectif : les Brésiliens Ronaldinho et Sylvinho, le gardien turc RüstüReçber et le défenseur mexicain RafaelMarquez. PETER LUCCIN, le milieu de terrain français du Celta Vigo, s'est lié pour quatre ans à l'Atletico Madrid. CARLOS IDRISS KAMENI, le gardien camerounais du Havre qui fut champion olympique à Sydney en 2000, a rejoint l'Espanyol où il a signé. Il a été renseigné par ThomasNkono, qui défendu le maillot du deuxième club barcelonais autrefois. SERGIO PACHON, l'un des grands artisans de la montée de Getafe, pourrait finalement rester chez les banlieusards madrilènes : un accord est sur le point d'être trouvé avec Valladolid, à qui il appartient. BARCELONE a proposé 22 millions pour l'attaquant camerounais de Majorque SamuelEto'o. CLAUDIORANIERI, le nouvel entraîneur de Valence, a déjà fait savoir qu'il ne comptait pas sur SalvaBallesta. L'attaquant, qui avait été prêté à Malaga la saison dernière, espérait que le départ de RafaBenitez lui serait bénéfique, mais il n'en est rien : il peut se remettre à la recherche d'un autre club. MARCO DI VAIO, l'attaquant international italien de la Juventus a été acquis par Valence (11,5 millions), MAUROSILVA a proposé ses services au Deportivo comme détecteur de talents au Brésil. D.Devos