Belgique-Andorre, pour maintenir faisable le 9/9 de l'espoir ténu ! J'ai noirci le premier chapitre avant l'échauffement des Diables et le second après leur douche, je le jure comme chaque fois sur une tête qui m'est chère : tiens, aujourd'hui sur celle de Clement qui le mérite bien car il la garde sur les épaules en toutes circonstances, pour écraser quand ça va mal autant que pour nous marquer des buts quand ça va bien.
...

Belgique-Andorre, pour maintenir faisable le 9/9 de l'espoir ténu ! J'ai noirci le premier chapitre avant l'échauffement des Diables et le second après leur douche, je le jure comme chaque fois sur une tête qui m'est chère : tiens, aujourd'hui sur celle de Clement qui le mérite bien car il la garde sur les épaules en toutes circonstances, pour écraser quand ça va mal autant que pour nous marquer des buts quand ça va bien. Ch.1, 11 juin 2003, 19 h 00. J'ai bien calculé : nous gagnons les trois matches restants en commençant par celui-ci et nous sommes assurés de la deuxième place finale SI la Croatie ne l'emporte pas concomitamment en Estonie ! C'est dire qu'en vous écrivant, je jette un £il continu sur http://www.livescore.com... surtout que ce n'est pas tout à fait concomitant, le toss à Tallinn vient d'être joué ! Quant à l'adversaire andorran, il y a deux manières statistiques de l'aborder. Soit vous êtes un statisticien pessimiste, vous savez qu'Andorre n'a jamais remporté un match officiel alors qu'il ne perd pourtant jamais que de un ou deux buts d'écart : vous vous dites donc que la loi des stats finira bien par les amener à prendre un point, et que ça va être ce soir pour notre pomme ! Soit vous êtes comme moi un statisticien optimiste : vous vous dites que la loi des stats va bien finir par refiler une vraie tatouille grandiose à ces minus qui n'arrêtent pas d'être battus, et que ça va être ce soir par nos £uvres ! J'ose donc en guise de prono un 6-0 bien tassé, avec Van Buyten qui débloque le marquoir d'une tête à la Clement. Du coup, la presse flamande cessera d'insister sur le grand Wallon qui joue mal, la presse wallonne ne rétorquera plus que c'est un Flamand qui sélectionne : et tous opineront pour qu'on continue d'aligner Big Dan derrière afin qu'il soit bon devant, un peu comme Lattek faisait avec Beckenbauer !... Bah, pourquoi pas, on fait bien l'inverse avec des attaquants qui défendent devant, en chassant comme des malades sans toucher un ballon ! Ch.2, 11 juin 2003, 22 h 15. C'était un bon match, une bonne manière de prendre à la gorge sans relâcher la gorge une équipe moins forte et néanmoins battante. C'était un bon match mais je l'ai suivi morose, j'avais su au coup d'envoi le 0-1 croate... Nous avons mis trois buts aux Andorrans et deux piquets en prime, aucun des trois autres du groupe n'a réussi ça, c'est dire que nous sommes bien les meilleurs de la poule !... C'est pour rire, je ricane, soyons plutôt lucides et positifs : vu notre average catastrophique dû à notre dégelée zagrebine, l'espoir est ténu, comment le maximaliser ? J'ai réfléchi, l'espoir ténu tient en une phrase : il faut IMPÉRATIVEMENT que les Estoniens prennent quelque chose à Sofia le 6 septembre ! Car si les Bulgares gagnent, et même si nous terrassons (un p'tit terrassement, sûrement pas cinq buts d'écart...) les Croates le 10 septembre, le scénario de la journée finale du 11 octobre sera le suivant : pendant que nous terrasserons l'Estonie, les Croates recevront des Bulgares déjà qualifiés, les Croates gagneront et nous aurons pendant ce temps terrassé l'Estonie pour du beurre ! Il n'y a donc pas d'échappatoire. Nous sommes bye le 6 septembre : Flamands, Wallons, nous devons TOUS être à Sofia ce jour-là et devenir des supporters de l'Estonie plus Estoniens que les Estoniens ! Et quand je dis tous, personne ne se débine, c'est tous : à commencer par les premiers concernés, Anthuenis avec une trompette, Van Buyten en hurlant, Buffel avec son écharpe made in Tallinn, les deux Mpenza avec leur crécelle... Que nos agences de voyage £uvrent dès à présent : si nous sommes 10.000 Belges déguisés en Estoniens à Sofia, si nous hurlons chacun comme dix, il y aura une chance que l'Estonie survoltée accroche les Bulgares ; ensuite une chance que nous battions les Croates ; enfin une chance que Croates et Bulgares s'entredéchirent, et que nous tirions les marrons du feu ! Ca s'appelle un espoir ténu, les chants désespérés sont les chants les plus beaux. Tous à Sofia ! par Bernard JeunejeanTrois buts aux Andorrans : c'est dire que nous sommes bien les meilleurs de la poule !...