Alors qu'avant, le Calcio fournissait principalement des défenseurs, aujourd'hui ce département est composé majoritairement d'étrangers. Les arrières italiens de niveau international sont tellement rares que leurs prix ont flambé. Ainsi Andrea Barzagli (Palerme) qui vient de réussir son examen avec la Squadra, était coté à 15 millions ; un montant qui, il y a quelques années, n'était proposé que pour un Paolo Maldini.
...

Alors qu'avant, le Calcio fournissait principalement des défenseurs, aujourd'hui ce département est composé majoritairement d'étrangers. Les arrières italiens de niveau international sont tellement rares que leurs prix ont flambé. Ainsi Andrea Barzagli (Palerme) qui vient de réussir son examen avec la Squadra, était coté à 15 millions ; un montant qui, il y a quelques années, n'était proposé que pour un Paolo Maldini. Si changement de mentalité il y a eu, le mérite en revient en partie aux entraîneurs. Tous ont souligné leurs dispositions pour un football offensif. Promesses d'été ? Sans doute mais jusqu'à présent elles ont été tenues. Si on analyse les équipes de départ, on est conforté dans l'impression qu'un souffle nouveau anime le Calcio même si seulement trois équipes alignent une défense à trois (Genoa, Naples et Sampdoria). Des 17 formations ayant préféré une ligne arrière à quatre, six (Atalanta, Cagliari, Fiorentina, Juventus, Livourne et Torino) ont opté pour le 4-4-2 avec des médians latéraux plus enclins à attaquer qu'à couvrir tandis que quatre (Parme, Reggina, Sienne et Udinese) présentent un trio d'attaque On pouvait penser qu'un revers comme celui encaissé par l'Udinese face à Naples (0-5, 2e journée) allait faire voler en éclat le fameux " tous à l'attaque ". Ce ne fut pas le cas : l'Udinese a évolué avec trois attaquants ( Quagliarella, Asamoah et DiNatale) à la Juventus la semaine suivante pour s'imposer ( 0-1). AndreaMandorlini (Parme) est resté fidèle à son 4-3-3 totalement tourné vers l'attaque qui lui a valu son C4. Il y a trois ans à l'Atalanta. Delio Rossi, qui malgré son 3-5-1-1, n'a pas maintenu le club en D1, a opté pour un autre dispositif depuis qu'il est à la Lazio : il dispose son équipe en 4-3-1-2. A Rome, LucianoSpalletti a réinventé le jeu en contre. FrancescoTotti est la seule pointe mais son 4-2-3-1 est adapté aux qualités de ses médians : le nombre de joueurs à vocation défensive est faible mais les Daniele De Rossi, Taddei et Simone Perrotta savent garder le ballon et surtout se replier rapidement et boucher les angles en perte de balle. StefanoColantuono tentera de l'imiter à Palerme, espérant avoir la même réussite que la Fiorentina la saison dernière. L'AS ROME, grâce à des buts de Simone Perrotta et Francesco Totti, a décroché contre le Dinamo Kiev son 100e succès en coupe d'Europe. ROBERTO MANCINI, le coach de l'Inter, a fait changer le vol qui devait ramener l'Inter après sa défaite à Fenerbahçe en raison de la présence de journalistes dans l'avion. Un motif bizarre vu que c'est une habitude. En fait, l'entraîneur ne voulait pas se retrouver nez à nez avec Fabio Capello, l'ex-coach du Real Madrid, actuellement consultant pour la RAI. LA SQUADRA, après le nul contre le France et la victoire en Ukraine, a repris la première place du classement FIFA. Elle devance l'Argentine, déjà 2e en août, et le Brésil ex-leader. MAURO CAMORANESI s'est occasionné une déchi- rure à la cuisse droite contre l'Udinese. Le médian de la Juventus est indisponible en principe jusque fin octobre. GABY MUNDINGAYI et la Lazio n'ont toujours pas arraché leur premier succès. Il a été remplacé à la 69' et il a encore écopé d'un carton jaune. Jean-François Gillet a pris part à la victoire de Bari sur Ravenne (4-2) tandis que TonySergeant est resté sur le banc. DIEGO LOPEZ, l'arrière central et capitaine de Cagliari, est blessé à la cuisse droite et devra purger 40 jours de revalidation. GEORGE FORSYTH, le gardien de l'Atalanta, doit être opéré suite à une rupture du ménisque externe. Son coéquipier Costinha est out pour 40 jours suite à une déchirure à la cuisse gauche. ANGELO PERUZZI, l'ex-gardien qui a mis un terme à sa carrière en juin, revient à la Lazio mais cette fois comme sponsor de l'équipe féminine. NICOLAS RIBAUDO