La fin de saison est un peu chaotique dans les séries amateurs. Le tirage au sort des tours finaux de D3, Promotions et interprovinciaux, qui devait se dérouler lundi dernier, en même temps que celui de D2, a dû être postposé sine die. En cause, les différentes plaintes qui ont été déposées à l'Union Belge par des clubs de D3 et de Promotions contre d'autres clubs qui auraient aligné, sans la licence de joueur adéquate, des joueurs non ressortissants de l'EEE (Espace économique européen) alors que depuis cette année, les règlements la rendent obligatoire. Tous les coups semblent permis et on dépose des réclamations tous azimuts dans l'espoir de devenir champi...

La fin de saison est un peu chaotique dans les séries amateurs. Le tirage au sort des tours finaux de D3, Promotions et interprovinciaux, qui devait se dérouler lundi dernier, en même temps que celui de D2, a dû être postposé sine die. En cause, les différentes plaintes qui ont été déposées à l'Union Belge par des clubs de D3 et de Promotions contre d'autres clubs qui auraient aligné, sans la licence de joueur adéquate, des joueurs non ressortissants de l'EEE (Espace économique européen) alors que depuis cette année, les règlements la rendent obligatoire. Tous les coups semblent permis et on dépose des réclamations tous azimuts dans l'espoir de devenir champion sur le tapis vert, de pouvoir disputer le tour final ou d'éviter in extremis la relégation. Les clubs ont quatre jours ouvrables après la fin du championnat (demain jeudi à minuit donc) pour déposer une plainte valable. Pour peu que les services d'affiliation fassent diligence et que les convocations éventuelles partent à temps, le comité sportif pourrait statuer le 12 mai. Mais il faut compter encore une semaine pour d'éventuels appels. Au mieux, les tours finaux des séries amateurs pourraient débuter le week-end des 22 et 23 mai en espérant qu'il n'y ait pas de recours en justice. Rappelons que contrairement à la D2, les clubs de D3 qui n'ont pas demandé la licence de foot rémunéré qui donne accès à la D2 sont obligés de disputer les playoffs. (G. Lassoie) CHARLEROI : CERCLE, ANTHUENIS ET LUYCKX La semaine dernière, nous écrivions qu' Abbas Bayat avait eu tort de ne pas poursuivre le combat juridique suite à l'erreur d'arbitrage dans le match Cercle-Charleroi. Le Sporting a décidé de ne pas aller en évocation alors que son avocat, Maître Jean-Pierre Deprez, avait dans un premier temps déclaré que le président en faisait une affaire de principe et épuiserait tous les recours possibles. Mise au point de Maître Deprez : " Ce n'est pas parce que Monsieur Bayat a cru que tout était gagné dans la lutte pour le maintien qu'il a laissé tomber. Non, nous avons simplement compris que nous n'avions aucune chance à partir du moment où le comité d'appel, après avoir multiplié les erreurs lors de l'audience, a ensuite rendu un rapport parfaitement motivé. Sur la base de ce rapport, plus rien ne nous permettait d'espérer une victoire en cassation. D'où notre décision d'abandonner le combat ". Autre mise au point suite à notre article de la semaine dernière, de La Nouvelle Gazette cette fois. Nous avons écrit que ce journal avait eu la peau d' Aimé Anthuenis, de Georges Leekens et d' Enzo Scifo. Philippe Dewitte, qui suit les Zèbres au quotidien pour La Gazette des Sports, réagit : " D'accord pour Leekens et Scifo, mais certainement pas pour Anthuenis. La saison pendant laquelle il a dirigé le Sporting, fin des années 80, fut très, très agréable pour nous, et s'il est parti après seulement un an, ce n'était certainement pas à cause de notre journal ". Dernière info concernant le Sporting : Freddy Luyckx s'est adressé à l'Union Belge car il estime que le club lui doit 15.000 euros suite au transfert de Bertin Tokéné à Grenoble. L'agent de joueurs a peu de chances d'obtenir raison car il devrait d'abord prouver qu'il était toujours le manager attitré de Tokéné au moment de ce transfert, et il semble fort que ce n'était plus le cas. (P. Danvoye)G.Lassoie