Les apparences sont (parfois) trompeuses

Chaque semaine, dans les journaux ou dans ce magazine, vous lisez le nombre de spectateurs transmis par les clubs aux médias. Mais ceux-ci ne correspondent pas toujours aux chiffres officiels de la Pro League relatifs au nombre de fans effectivement présents dans les stades. C'est ainsi que, lors du dernier match de phase classique opposant le Standard à Waasland-Beveren, il n'y avait que 18.261 spectateurs et non 26.017. À Club Bruges - Mouscron, ils étaient 21.523 et non 25.412. Et à Zulte Waregem - Genk, on en dénombrait 7.740 au lieu de 9.637. La raison de ces divergences ? Certains clubs comptent tous les abonnés. Mais ceux-ci n'assistent pas à chaque match.

Les moyennes du nombre de spectateurs s'en ressentent. Le Standard n'attire pas 25.345 fans par match mais 19.148. Ça fait 25 % de différence ! À Bruges, la moyenne n'est pas de 26.175 mais de 23.000 (-12 %). À Waasland-Beveren (-22 %), Zulte Waregem (-19 %), Courtrai (-18 %) et Gand (-17 %) aussi, la différence entre les chiffres communiqués et les chiffres officiels est importante. Les clubs qui communiquent le plus correctement en la matière sont l'Antwerp, Charleroi, Eupen, Genk, Lokeren, Mouscron, Ostende et Saint-Trond. Anderlecht, lui, ne communique tout simplement pas.

La JPL de plus en plus populaire

Afin de pouvoir comparer correctement avec les assistances du passé, il faut donc se fier aux chiffres officiels et pas à ceux, parfois exagérés, des clubs. Ça tombe bien, le dernier Fan Attendance Report de l'European Professional Football Leagues (EPFL) vient de sortir. Le rapport de l'association de 35 ligues professionnelles (dont la Pro League belge) s'intéresse au nombre total de spectateurs et au taux d'occupation des stades de la saison 2010/11 à la saison 2016/17. Si on compare les moyennes de ces sept exercices à celles de la dernière phase classique en JPL, on constate que notre championnat semble avoir gagné en popularité.

Depuis fin juillet 2018, 2.445.491 spectateurs ont pénétré dans les stades belges. Cela fait une moyenne de 81.516 par journées, soit 10.190 par match. C'est neuf pour cent de plus qu'entre 2010 et 2017 (9.831). La capacité moyenne (notamment en raison de l'agrandissement des stades de l'Antwerp, de Malines et de Zulte Waregem) a également augmenté, passant de 15.444 à 16.408. Quant au taux d'occupation, il est désormais de 62 % pour 61 % antérieurement.

De plus, Malines n'entre plus en ligne de compte dans l'établissement de la moyenne pour la phase classique de la saison actuelle. En principe, cette moyenne devrait donc encore augmenter la saison prochaine puisque, s'il survit à l'Opération Mains Propres, Malines remplacera Lokeren, beaucoup moins populaire.

Le Club Bruges attire le plus de monde

Depuis la saison 2012/2013, Bruges est le club qui attire le plus de spectateurs : cette saison, ils étaient en moyenne 23.000 lors de chacun des 15 matches au stade Jan Breydel. C'est 20 % de plus qu'au Standard (19.148), deuxième du classement (voir le graphique).

Huit matches à domicile des Blauw en Zwart figurent même dans le top 10 des rendez-vous les plus populaires de la phase classique. Face à Genk, le dimanche 17 février à 14h30, ils étaient 26.745 dans le stade. Celui-ci n'affichait cependant pas complet puisque la capacité est de 29.062 spectateurs. C'est pourquoi, avec 79 %, le Club Bruges n'occupe que la deuxième place au niveau du taux d'occupation ( voir graphique).

En déplacement aussi, c'est Bruges qui déplace le plus de supporters : ils sont 1.336 par match, même si ce nombre est fortement influencé par le " déplacement " au Cercle, qui laisse entrer 6.229 fans " visiteurs ". Sans ce match, la moyenne brugeoise en déplacement serait de 986 supporters, soit légèrement moins qu'Anderlecht (989).

Les fans d'Anderlecht n'aiment pas Fred Rutten

Après le Nouvel An, sous la direction de Fred Rutten, Anderlecht a pris 17 points sur 27 - dont 8 sur 12 à domicile - mais les fans n'aiment pas le football prôné par le nouveau coach. Avant le 1er janvier, la moyenne de spectateurs au stade Constant Vanden Stock était de 18.855. Après la trêve, elle a chuté à 14.896 (- 21 %). Face à Zulte Waregem et Courtrai, ils n'étaient même respectivement que 12.427 et 12.330.

Même face au Club Bruges, ils n'étaient que 17.017. Anderlecht a rarement présenté un aussi mauvais bilan et n'a même franchi qu'à deux reprises et de justesse le cap des 20.000 spectateurs : face à l'Antwerp et au Standard. Mais c'était au premier tour et le bloc réservé aux supporters visiteurs était comble.

Pourtant, de tous les clubs de D1A, c'est Anderlecht qui conserve de loin le meilleur taux d'occupation avec 87,5 % (18.200 spectateurs pour une capacité totale de 20.802).

Les supporters adverses n'aiment pas aller à Genk

Genk est leader et joue dans un beau stade. Que demander de plus ? Pourtant, aucun club de D1 n'attire moins de supporters adverses que les Limbourgeois. La moyenne n'est que de 338 et même Eupen fait mieux (397). Pourtant, face à Anderlecht, à l'Antwerp, au Club Bruges et au Standard, le bloc visiteur (900 places) affichait complet.

Si la moyenne est aussi basse, c'est en partie parce que les " petits " clubs flandriens et wallons amènent peu de monde. Le samedi 26 janvier, il faisait froid et il pleuvait pour le match face à Mouscron, qui n'était soutenu que par 27 supporters. Soit un de plus que pour son déplacement à Saint-Trond. Ce sont les deux rencontres qui ont attiré le moins de visiteurs cette saison.

Courtrai, le Cercle Bruges, Zulte Waregem, Lokeren, Charleroi, Eupen et Waasland-Beveren n'ont également amené qu'entre 71 et 195 fans à la Luminus Arena. Manifestement, ils sont nombreux à trouver que Genk, c'est loin.

Anderlecht (401 supporters visiteurs en moyenne) ne déplace pas beaucoup de monde non plus mais c'est en partie dû au fait que le bloc qui leur est réservé ne compte que 650 places, soit (beaucoup) moins que dans les autres clubs.

Waasland-Beveren est bien soutenu en déplacement

En déplacement, Waasland-Beveren est soutenu, en moyenne, par 327 supporters, ce qui le classe à la neuvième place du classement. C'est étonnant car, au Freethiel, ils ne sont que 3.402 supporters visités. Seul Eupen fait moins bien dans son stade. Waasland-Beveren est donc le club qui affiche le plus grand pourcentage (9,2 %) entre le nombre de supporters à domicile et le nombre de fans en déplacement. Seul l'Antwerp s'en approche (8 %) mais il compte en moyenne 962 supporters à l'extérieur (seul le Club Bruges et Anderlecht font mieux).

Pourquoi Waasland-Beveren attire-t-il autant de monde en dehors de ses bases ? " C'est une tradition ", dit-on à Beveren, où cinq ou six clubs de supporters organisent les déplacements en car lors de chaque rencontre. Les matches qui les titillent le plus sont ceux à Gand (479), à Lokeren (864), à l'Antwerp (478) et, surtout, à Anderlecht (526).

Étonnamment, le club qui affiche la plus grande différence entre le nombre de supporters en déplacement et le nombre de fans à domicile est Charleroi. Ils ne sont que 260 à suivre les Zèbres loin de leurs bases, pour 8.466 au Stade du Pays de Charleroi.

Quand il quitte la côte, Ostende ne peut compter que sur le soutien de 189 fans, soit 4 % des 4.831 présents à la Versluys Arena. Il faut dire que, pour les supporters de ces deux clubs excentrés, chaque déplacement fait figure d'expédition.

Le YRFC Malines mérite sa place en D1A

16.298 spectateurs ont assisté au match décisif de Division 1B face au Beerschot Wilrijk à l'AFAS Stadion, qui peut en contenir 16.672. C'est le record de la saison mais ce n'est pas exceptionnel car, même en D1B, Malines attire en moyenne 13.724 spectateurs. En D1A, seuls les clubs du G5 font mieux. Même l'Antwerp (12.389) fait moins bien. Pire : le taux d'occupation à Malines est de 82 %. Hormis Anderlecht (87,5 %), aucun club de D1A ne fait aussi bien. Autant dire que Malines mérite sa place en JPL.

Eupen n'a pas sa place en D1A

Avec une moyenne de 3.031 spectateurs, dont 2.634 supporters visités, Eupen est de loin le club qui attire le moins de monde. Huit des dix matches les moins populaires ont eu lieu dans les cantons de l'Est. Contre Courtrai, on ne dénombrait que 1.945 spectateurs. Et à peine plus face à Waasland-Beveren (1.997). Seul le Standard a attiré plus de 5.000 spectateurs. En matière de taux d'occupation, seul le Cercle (qui joue dans un stade beaucoup trop grand) et Lokeren (qui compte 4.000 places de plus) font moins bien que le Kehrweg (37,5 %). Et, en déplacement, aucun club n'est moins soutenu qu'Eupen : 109 supporters de moyenne, soit 58 de moins que Mouscron, avant-dernier.

Le foot du dimanche soir ne fait pas recette

Lorsqu'on parle de diminution du nombre de spectateurs, l'argument qui revient le plus souvent est : " Nous avons souvent dû jouer le dimanche à 20 heures. " Et ça tient la route. Lors de la phase classique, le nombre de spectateurs moyen de ces matches du dimanche soir était de 8.300, soit 2.165 (21 %) de moins que les matches disputés à un autre moment (10.465).

Certes, ce dernier chiffre est plus élevé parce que les matches du G5 attirent plus de monde et que, à la demande des détenteurs de droit, ils jouent peu le dimanche soir. Gand a, certes, joué cinq fois mais les autres matches concernaient uniquement des petits clubs, les principales " victimes " étant Lokeren, Mouscron et Saint-Trond.

Les moyennes de spectateurs par club le confirment : le foot du dimanche soir ne fait pas recette. Lors des cinq matches à domicile joués dans ces circonstances par Gand (le derby face à Waasland-Beveren, le choc face à Genk et trois " petits " matches face à Eupen, Mouscron et Saint-Trond), on dénombrait en moyenne 1.770 spectateurs de moins (11 %) que lors des 10 autres rencontres à la Ghelamco Arena.

Le seul match joué un dimanche soir par le RC Genk à la Luminus Arena, contre Waasland-Beveren, a attiré 9 % moins de spectateurs tandis que Standard-Zulte Waregem, un dimanche soir à Sclessin, s'est déroulé devant 29 % de spectateurs en moins que d'habitude.

Moins de fans adverses en fin de week-end

On constate le même phénomène pour tous les clubs qui ont joué au moins deux fois à domicile le dimanche soir, les plus grands écarts étant enregistrés à Eupen (-20 %), Lokeren (-23 %) et Saint-Trond (-31 %). Seul Mouscron a attiré plus de monde (+11 %) mais il s'agissait d'un match face au Club Bruges et d'une rencontre face au Cercle en fin de phase classique, alors que les bons résultats ramenaient les supporters au Canonnier.

Conclusion : bien que ces moyennes dépendent des affiches, d'éventuelles actions ou d'autres circonstances (comme la météo), le football attire moins de monde le dimanche soir. Ça s'explique en partie par un nombre de supporters visiteurs moins élevé (411 pour 531 à d'autres horaires, soit une diminution de 23 %) et par le fait que les abonnés boudent généralement ces rencontres. Le dimanche soir reste consacré à la famille.

Le foot du dimanche après-midi plaît. Ou pas.

À l'inverse des matches du dimanche soir, ceux du dimanche à 14h30 attirent 16.804 spectateurs de moyenne, soit 7.431 (79 %) de plus que la moyenne des rencontres disputées à un autre horaire (9.373).

Principale raison : 18 de ces 26 matches ont eu lieu dans les stades de quatre grands clubs et de l'Antwerp. Le Club Bruges, qui attire le plus de monde, a même joué sept fois un dimanche après-midi. Anderlecht l'a fait six fois, le Standard et Gand deux fois chacun et l'Antwerp une fois (seul Genk n'a pas joué à cette heure-là). De plus, ces matches opposaient souvent deux clubs du G5. Bruges et Anderlecht ont ainsi attiré respectivement 9 et 7 % de fans en plus.

Seuls quatre clubs n'appartenant pas au G5 (le Cercle trois fois, Zulte Waregem et Ostende deux fois, Mouscron une fois) ont eu " le droit " de jouer à domicile un dimanche après-midi mais (hormis pour Mouscron, contre Courtrai), il s'agissait chaque fois d'une rencontre face à un grand club, ce qui attirait de toute façon plus de monde.

Ces grands matches du dimanche après-midi ne plaisent cependant pas à tout le monde. Les clubs des séries inférieures s'en plaignent. Surtout en Flandre Occidentale, pour qui le Club Bruges (qui a joué sept fois à domicile) représente une concurrence énorme. Certains bourgmestres, comme le Liégeois Willy Demeyer, préfèrent que leur club ne joue pas le dimanche après-midi car cela fait gonfler la facture des services d'ordre. C'est pourquoi, en play-offs 1, le Standard jouera quatre de ses cinq matches à domicile un vendredi soir.

Horaire adapté ce jour-là ?

Il est possible que l'horaire de ces matches du dimanche après-midi soit adapté car, à la Pro League, on a déjà évoqué de retarder le coup d'envoi à 16 heures afin de ne pas marcher sur les plates-bandes des clubs amateurs (qui joueraient alors à 14 heures). Mais aucune décision n'a encore été prise.

En ce qui concerne les matches du dimanche à 18 heures, la différence en termes de moyennes est moins marquante : 13.117 pour 9.818 lors des duels à d'autres horaires - sans tenir compte des deux dernières journées au cours desquelles tous les matches avaient lieu le dimanche à 18 heures. Les deux raisons principales : hormis lors de la dernière journée, le Club Bruges n'a jamais joué à domicile à cette heure-là (en play-off 1, il jouera quatre fois sur cinq) tandis que 10 des 26 matches ont eu lieu sur le terrain d'un petit club, même si l'adversaire était toujours un club du G5 ou l'Antwerp.

Le foot pendant les vacances attire moins de monde

On entend souvent des voix s'élever contre le fait que le championnat commence trop tôt. C'est moins intéressant sur le plan commercial, beaucoup de spectateurs potentiels sont encore en vacances et ne viennent donc pas au stade. Si on tient compte de la moyenne par match, ce dernier argument ne tient pas la route. Lors des cinq premières journées (jusqu'au 26 août), elle était 4 % plus élevée que lors des 25 autres journées (à partir du 31 août) : 10.542 pour 10.119.

La raison principale réside dans le fait que cinq des six clubs attirant le plus de spectateurs (le Club Bruges, le Standard, Genk, Gand et l'Antwerp) ont disputé trois matches à domicile avant la fin août (soit 15 matches sur un total de 40), ce qui a fait gonfler la moyenne.

Pris club par club, les chiffres donnent une autre image : 10 des 16 clubs de JPL ont attiré moins de monde pendant les vacances d'été que par la suite, même si tout dépendait aussi des horaires et de l'attrait des affiches. Au cours de ses deux premiers matches face à Waasland-Beveren (28 juillet) et Eupen (11 août), Zulte Waregem a accueilli respectivement 5.208 et 5.684 supporters, soit beaucoup moins que la moyenne des 13 matches suivants à domicile (7.700). Mais le vendredi 31 août, face au Club Bruges, il y avait 9.210 spectateurs au Stade Arc-en-Ciel, ce qui constitue le record de la saison du club local.

Dimanche 17/02/19 - 14h30 - 26e journée: Club Bruges - KRC Genk, BELGAIMAGE
Dimanche 17/02/19 - 14h30 - 26e journée: Club Bruges - KRC Genk © BELGAIMAGE

Top 10 des assistances

26 475 spectateurs

Dimanche 17/02/19 - 14h30 - 26e journée: Club Bruges - KRC Genk

Vendredi 14/09/18 - 20h30 - 7e journée: Club Bruges - Lokeren, BELGAIMAGE
Vendredi 14/09/18 - 20h30 - 7e journée: Club Bruges - Lokeren © BELGAIMAGE

26 170 spectateurs

Vendredi 14/09/18 - 20h30 - 7e journée: Club Bruges - Lokeren

Dimanche 26/08/18 - 14h30 - 5e journée: Club Bruges - Anderlecht, BELGAIMAGE
Dimanche 26/08/18 - 14h30 - 5e journée: Club Bruges - Anderlecht © BELGAIMAGE

25 697 spectateurs

Dimanche 26/08/18 - 14h30 - 5e journée: Club Bruges - Anderlecht

Dimanche 23/12/18 - 14h30 - 20e journée: Club Bruges - Antwerp, BELGAIMAGE
Dimanche 23/12/18 - 14h30 - 20e journée: Club Bruges - Antwerp © BELGAIMAGE

25 638 spectateurs

Dimanche 23/12/18 - 14h30 - 20e journée: Club Bruges - Antwerp

Dimanche 03/02/19 - 18h00 - 24e journée: Standard - Anderlecht, BELGAIMAGE
Dimanche 03/02/19 - 18h00 - 24e journée: Standard - Anderlecht © BELGAIMAGE

24 883 spectateurs

Dimanche 03/02/19 - 18h00 - 24e journée: Standard - Anderlecht

Samedi 29/09/18 - 20h30 - 9e journée: Club Bruges - Cercle Bruges, BELGAIMAGE
Samedi 29/09/18 - 20h30 - 9e journée: Club Bruges - Cercle Bruges © BELGAIMAGE

24 679 spectateurs

Samedi 29/09/18 - 20h30 - 9e journée: Club Bruges - Cercle Bruges

Dimanche 03/02/19 - 14h30 - 24e journée: Club Bruges - AA Gand, BELGAIMAGE
Dimanche 03/02/19 - 14h30 - 24e journée: Club Bruges - AA Gand © BELGAIMAGE

24 499 spectateurs

Dimanche 03/02/19 - 14h30 - 24e journée: Club Bruges - AA Gand

Dimanche 02/12/18 - 14h30 - 17e journée: Club Bruges - Standard, BELGAIMAGE
Dimanche 02/12/18 - 14h30 - 17e journée: Club Bruges - Standard © BELGAIMAGE

23 964 spectateurs

Dimanche 02/12/18 - 14h30 - 17e journée: Club Bruges - Standard

Samedi 03/11/18 - 18h00 - 14e journée: KRC Genk - Club Bruges, BELGAIMAGE
Samedi 03/11/18 - 18h00 - 14e journée: KRC Genk - Club Bruges © BELGAIMAGE

22 971 spectateurs

Samedi 03/11/18 - 18h00 - 14e journée: KRC Genk - Club Bruges

Dimanche 20/01/19 - 14h30 - 22e journée: Club Bruges - Charleroi, BELGAIMAGE
Dimanche 20/01/19 - 14h30 - 22e journée: Club Bruges - Charleroi © BELGAIMAGE

22 822 spectateurs

Dimanche 20/01/19 - 14h30 - 22e journée: Club Bruges - Charleroi

Chaque semaine, dans les journaux ou dans ce magazine, vous lisez le nombre de spectateurs transmis par les clubs aux médias. Mais ceux-ci ne correspondent pas toujours aux chiffres officiels de la Pro League relatifs au nombre de fans effectivement présents dans les stades. C'est ainsi que, lors du dernier match de phase classique opposant le Standard à Waasland-Beveren, il n'y avait que 18.261 spectateurs et non 26.017. À Club Bruges - Mouscron, ils étaient 21.523 et non 25.412. Et à Zulte Waregem - Genk, on en dénombrait 7.740 au lieu de 9.637. La raison de ces divergences ? Certains clubs comptent tous les abonnés. Mais ceux-ci n'assistent pas à chaque match. Les moyennes du nombre de spectateurs s'en ressentent. Le Standard n'attire pas 25.345 fans par match mais 19.148. Ça fait 25 % de différence ! À Bruges, la moyenne n'est pas de 26.175 mais de 23.000 (-12 %). À Waasland-Beveren (-22 %), Zulte Waregem (-19 %), Courtrai (-18 %) et Gand (-17 %) aussi, la différence entre les chiffres communiqués et les chiffres officiels est importante. Les clubs qui communiquent le plus correctement en la matière sont l'Antwerp, Charleroi, Eupen, Genk, Lokeren, Mouscron, Ostende et Saint-Trond. Anderlecht, lui, ne communique tout simplement pas. Afin de pouvoir comparer correctement avec les assistances du passé, il faut donc se fier aux chiffres officiels et pas à ceux, parfois exagérés, des clubs. Ça tombe bien, le dernier Fan Attendance Report de l'European Professional Football Leagues (EPFL) vient de sortir. Le rapport de l'association de 35 ligues professionnelles (dont la Pro League belge) s'intéresse au nombre total de spectateurs et au taux d'occupation des stades de la saison 2010/11 à la saison 2016/17. Si on compare les moyennes de ces sept exercices à celles de la dernière phase classique en JPL, on constate que notre championnat semble avoir gagné en popularité. Depuis fin juillet 2018, 2.445.491 spectateurs ont pénétré dans les stades belges. Cela fait une moyenne de 81.516 par journées, soit 10.190 par match. C'est neuf pour cent de plus qu'entre 2010 et 2017 (9.831). La capacité moyenne (notamment en raison de l'agrandissement des stades de l'Antwerp, de Malines et de Zulte Waregem) a également augmenté, passant de 15.444 à 16.408. Quant au taux d'occupation, il est désormais de 62 % pour 61 % antérieurement. De plus, Malines n'entre plus en ligne de compte dans l'établissement de la moyenne pour la phase classique de la saison actuelle. En principe, cette moyenne devrait donc encore augmenter la saison prochaine puisque, s'il survit à l'Opération Mains Propres, Malines remplacera Lokeren, beaucoup moins populaire. Depuis la saison 2012/2013, Bruges est le club qui attire le plus de spectateurs : cette saison, ils étaient en moyenne 23.000 lors de chacun des 15 matches au stade Jan Breydel. C'est 20 % de plus qu'au Standard (19.148), deuxième du classement (voir le graphique).Huit matches à domicile des Blauw en Zwart figurent même dans le top 10 des rendez-vous les plus populaires de la phase classique. Face à Genk, le dimanche 17 février à 14h30, ils étaient 26.745 dans le stade. Celui-ci n'affichait cependant pas complet puisque la capacité est de 29.062 spectateurs. C'est pourquoi, avec 79 %, le Club Bruges n'occupe que la deuxième place au niveau du taux d'occupation ( voir graphique). En déplacement aussi, c'est Bruges qui déplace le plus de supporters : ils sont 1.336 par match, même si ce nombre est fortement influencé par le " déplacement " au Cercle, qui laisse entrer 6.229 fans " visiteurs ". Sans ce match, la moyenne brugeoise en déplacement serait de 986 supporters, soit légèrement moins qu'Anderlecht (989). Après le Nouvel An, sous la direction de Fred Rutten, Anderlecht a pris 17 points sur 27 - dont 8 sur 12 à domicile - mais les fans n'aiment pas le football prôné par le nouveau coach. Avant le 1er janvier, la moyenne de spectateurs au stade Constant Vanden Stock était de 18.855. Après la trêve, elle a chuté à 14.896 (- 21 %). Face à Zulte Waregem et Courtrai, ils n'étaient même respectivement que 12.427 et 12.330. Même face au Club Bruges, ils n'étaient que 17.017. Anderlecht a rarement présenté un aussi mauvais bilan et n'a même franchi qu'à deux reprises et de justesse le cap des 20.000 spectateurs : face à l'Antwerp et au Standard. Mais c'était au premier tour et le bloc réservé aux supporters visiteurs était comble. Pourtant, de tous les clubs de D1A, c'est Anderlecht qui conserve de loin le meilleur taux d'occupation avec 87,5 % (18.200 spectateurs pour une capacité totale de 20.802). Genk est leader et joue dans un beau stade. Que demander de plus ? Pourtant, aucun club de D1 n'attire moins de supporters adverses que les Limbourgeois. La moyenne n'est que de 338 et même Eupen fait mieux (397). Pourtant, face à Anderlecht, à l'Antwerp, au Club Bruges et au Standard, le bloc visiteur (900 places) affichait complet. Si la moyenne est aussi basse, c'est en partie parce que les " petits " clubs flandriens et wallons amènent peu de monde. Le samedi 26 janvier, il faisait froid et il pleuvait pour le match face à Mouscron, qui n'était soutenu que par 27 supporters. Soit un de plus que pour son déplacement à Saint-Trond. Ce sont les deux rencontres qui ont attiré le moins de visiteurs cette saison. Courtrai, le Cercle Bruges, Zulte Waregem, Lokeren, Charleroi, Eupen et Waasland-Beveren n'ont également amené qu'entre 71 et 195 fans à la Luminus Arena. Manifestement, ils sont nombreux à trouver que Genk, c'est loin. Anderlecht (401 supporters visiteurs en moyenne) ne déplace pas beaucoup de monde non plus mais c'est en partie dû au fait que le bloc qui leur est réservé ne compte que 650 places, soit (beaucoup) moins que dans les autres clubs. En déplacement, Waasland-Beveren est soutenu, en moyenne, par 327 supporters, ce qui le classe à la neuvième place du classement. C'est étonnant car, au Freethiel, ils ne sont que 3.402 supporters visités. Seul Eupen fait moins bien dans son stade. Waasland-Beveren est donc le club qui affiche le plus grand pourcentage (9,2 %) entre le nombre de supporters à domicile et le nombre de fans en déplacement. Seul l'Antwerp s'en approche (8 %) mais il compte en moyenne 962 supporters à l'extérieur (seul le Club Bruges et Anderlecht font mieux). Pourquoi Waasland-Beveren attire-t-il autant de monde en dehors de ses bases ? " C'est une tradition ", dit-on à Beveren, où cinq ou six clubs de supporters organisent les déplacements en car lors de chaque rencontre. Les matches qui les titillent le plus sont ceux à Gand (479), à Lokeren (864), à l'Antwerp (478) et, surtout, à Anderlecht (526). Étonnamment, le club qui affiche la plus grande différence entre le nombre de supporters en déplacement et le nombre de fans à domicile est Charleroi. Ils ne sont que 260 à suivre les Zèbres loin de leurs bases, pour 8.466 au Stade du Pays de Charleroi. Quand il quitte la côte, Ostende ne peut compter que sur le soutien de 189 fans, soit 4 % des 4.831 présents à la Versluys Arena. Il faut dire que, pour les supporters de ces deux clubs excentrés, chaque déplacement fait figure d'expédition. 16.298 spectateurs ont assisté au match décisif de Division 1B face au Beerschot Wilrijk à l'AFAS Stadion, qui peut en contenir 16.672. C'est le record de la saison mais ce n'est pas exceptionnel car, même en D1B, Malines attire en moyenne 13.724 spectateurs. En D1A, seuls les clubs du G5 font mieux. Même l'Antwerp (12.389) fait moins bien. Pire : le taux d'occupation à Malines est de 82 %. Hormis Anderlecht (87,5 %), aucun club de D1A ne fait aussi bien. Autant dire que Malines mérite sa place en JPL. Avec une moyenne de 3.031 spectateurs, dont 2.634 supporters visités, Eupen est de loin le club qui attire le moins de monde. Huit des dix matches les moins populaires ont eu lieu dans les cantons de l'Est. Contre Courtrai, on ne dénombrait que 1.945 spectateurs. Et à peine plus face à Waasland-Beveren (1.997). Seul le Standard a attiré plus de 5.000 spectateurs. En matière de taux d'occupation, seul le Cercle (qui joue dans un stade beaucoup trop grand) et Lokeren (qui compte 4.000 places de plus) font moins bien que le Kehrweg (37,5 %). Et, en déplacement, aucun club n'est moins soutenu qu'Eupen : 109 supporters de moyenne, soit 58 de moins que Mouscron, avant-dernier. Lorsqu'on parle de diminution du nombre de spectateurs, l'argument qui revient le plus souvent est : " Nous avons souvent dû jouer le dimanche à 20 heures. " Et ça tient la route. Lors de la phase classique, le nombre de spectateurs moyen de ces matches du dimanche soir était de 8.300, soit 2.165 (21 %) de moins que les matches disputés à un autre moment (10.465). Certes, ce dernier chiffre est plus élevé parce que les matches du G5 attirent plus de monde et que, à la demande des détenteurs de droit, ils jouent peu le dimanche soir. Gand a, certes, joué cinq fois mais les autres matches concernaient uniquement des petits clubs, les principales " victimes " étant Lokeren, Mouscron et Saint-Trond. Les moyennes de spectateurs par club le confirment : le foot du dimanche soir ne fait pas recette. Lors des cinq matches à domicile joués dans ces circonstances par Gand (le derby face à Waasland-Beveren, le choc face à Genk et trois " petits " matches face à Eupen, Mouscron et Saint-Trond), on dénombrait en moyenne 1.770 spectateurs de moins (11 %) que lors des 10 autres rencontres à la Ghelamco Arena. Le seul match joué un dimanche soir par le RC Genk à la Luminus Arena, contre Waasland-Beveren, a attiré 9 % moins de spectateurs tandis que Standard-Zulte Waregem, un dimanche soir à Sclessin, s'est déroulé devant 29 % de spectateurs en moins que d'habitude. On constate le même phénomène pour tous les clubs qui ont joué au moins deux fois à domicile le dimanche soir, les plus grands écarts étant enregistrés à Eupen (-20 %), Lokeren (-23 %) et Saint-Trond (-31 %). Seul Mouscron a attiré plus de monde (+11 %) mais il s'agissait d'un match face au Club Bruges et d'une rencontre face au Cercle en fin de phase classique, alors que les bons résultats ramenaient les supporters au Canonnier. Conclusion : bien que ces moyennes dépendent des affiches, d'éventuelles actions ou d'autres circonstances (comme la météo), le football attire moins de monde le dimanche soir. Ça s'explique en partie par un nombre de supporters visiteurs moins élevé (411 pour 531 à d'autres horaires, soit une diminution de 23 %) et par le fait que les abonnés boudent généralement ces rencontres. Le dimanche soir reste consacré à la famille. À l'inverse des matches du dimanche soir, ceux du dimanche à 14h30 attirent 16.804 spectateurs de moyenne, soit 7.431 (79 %) de plus que la moyenne des rencontres disputées à un autre horaire (9.373). Principale raison : 18 de ces 26 matches ont eu lieu dans les stades de quatre grands clubs et de l'Antwerp. Le Club Bruges, qui attire le plus de monde, a même joué sept fois un dimanche après-midi. Anderlecht l'a fait six fois, le Standard et Gand deux fois chacun et l'Antwerp une fois (seul Genk n'a pas joué à cette heure-là). De plus, ces matches opposaient souvent deux clubs du G5. Bruges et Anderlecht ont ainsi attiré respectivement 9 et 7 % de fans en plus. Seuls quatre clubs n'appartenant pas au G5 (le Cercle trois fois, Zulte Waregem et Ostende deux fois, Mouscron une fois) ont eu " le droit " de jouer à domicile un dimanche après-midi mais (hormis pour Mouscron, contre Courtrai), il s'agissait chaque fois d'une rencontre face à un grand club, ce qui attirait de toute façon plus de monde. Ces grands matches du dimanche après-midi ne plaisent cependant pas à tout le monde. Les clubs des séries inférieures s'en plaignent. Surtout en Flandre Occidentale, pour qui le Club Bruges (qui a joué sept fois à domicile) représente une concurrence énorme. Certains bourgmestres, comme le Liégeois Willy Demeyer, préfèrent que leur club ne joue pas le dimanche après-midi car cela fait gonfler la facture des services d'ordre. C'est pourquoi, en play-offs 1, le Standard jouera quatre de ses cinq matches à domicile un vendredi soir. Il est possible que l'horaire de ces matches du dimanche après-midi soit adapté car, à la Pro League, on a déjà évoqué de retarder le coup d'envoi à 16 heures afin de ne pas marcher sur les plates-bandes des clubs amateurs (qui joueraient alors à 14 heures). Mais aucune décision n'a encore été prise. En ce qui concerne les matches du dimanche à 18 heures, la différence en termes de moyennes est moins marquante : 13.117 pour 9.818 lors des duels à d'autres horaires - sans tenir compte des deux dernières journées au cours desquelles tous les matches avaient lieu le dimanche à 18 heures. Les deux raisons principales : hormis lors de la dernière journée, le Club Bruges n'a jamais joué à domicile à cette heure-là (en play-off 1, il jouera quatre fois sur cinq) tandis que 10 des 26 matches ont eu lieu sur le terrain d'un petit club, même si l'adversaire était toujours un club du G5 ou l'Antwerp. On entend souvent des voix s'élever contre le fait que le championnat commence trop tôt. C'est moins intéressant sur le plan commercial, beaucoup de spectateurs potentiels sont encore en vacances et ne viennent donc pas au stade. Si on tient compte de la moyenne par match, ce dernier argument ne tient pas la route. Lors des cinq premières journées (jusqu'au 26 août), elle était 4 % plus élevée que lors des 25 autres journées (à partir du 31 août) : 10.542 pour 10.119. La raison principale réside dans le fait que cinq des six clubs attirant le plus de spectateurs (le Club Bruges, le Standard, Genk, Gand et l'Antwerp) ont disputé trois matches à domicile avant la fin août (soit 15 matches sur un total de 40), ce qui a fait gonfler la moyenne. Pris club par club, les chiffres donnent une autre image : 10 des 16 clubs de JPL ont attiré moins de monde pendant les vacances d'été que par la suite, même si tout dépendait aussi des horaires et de l'attrait des affiches. Au cours de ses deux premiers matches face à Waasland-Beveren (28 juillet) et Eupen (11 août), Zulte Waregem a accueilli respectivement 5.208 et 5.684 supporters, soit beaucoup moins que la moyenne des 13 matches suivants à domicile (7.700). Mais le vendredi 31 août, face au Club Bruges, il y avait 9.210 spectateurs au Stade Arc-en-Ciel, ce qui constitue le record de la saison du club local.