"Enzo, arrête, il va y avoir des morts ! " A la consternation de son adjoint Geert Broeckaert, Enzo Scifo laisse le jeu se poursuivre et les tacles voler. Les joueurs de Mons, qui passent la semaine sous le soleil d'Estepona, dans le Sud de l'Espagne, ne sont pas précisément en vacances. Ils courent et se battent car le staff estime que le championnat de Belgique est physiquement exigeant et qu'une formation du calibre de l'Albert doit compenser son manque de talent par une excellente condition physique.
...

"Enzo, arrête, il va y avoir des morts ! " A la consternation de son adjoint Geert Broeckaert, Enzo Scifo laisse le jeu se poursuivre et les tacles voler. Les joueurs de Mons, qui passent la semaine sous le soleil d'Estepona, dans le Sud de l'Espagne, ne sont pas précisément en vacances. Ils courent et se battent car le staff estime que le championnat de Belgique est physiquement exigeant et qu'une formation du calibre de l'Albert doit compenser son manque de talent par une excellente condition physique. Il y a un an, les Dragons ont préparé les ultimes semaines du championnat régulier sur la plage de... Blankenberge. Le vent était violent, le terrain en mauvais état et Mons a raté sa reprise de championnat. Le président Leone l'a juré : on ne l'y reprendrait pas deux fois. Cette année, il a donc financé un stage au soleil. Enzo Scifo arrive bientôt au terme de son contrat. Club et entraîneur souhaitent poursuivre leur route ensemble - un an, voire deux - et offrir au coach l'occasion de préparer le reste de la saison dans des conditions optimales peut s'avérer précieux dans la négociation du contrat. Mons prépare aussi partiellement la saison prochaine. Pendant le mercato hivernal, le club a perdu MaëlLépicier, un bon défenseur, et Zola Matumona ne reviendra pas après la CAN, puisqu'il rejoint l'Angola. Actuellement, les Dragons n'ont effectué qu'un seul transfert entrant, celui de VusumuziNyoni, issu du Beerschot. Le club cherche également un défenseur central mais, à défaut, il préfère offrir une chance aux jeunes du cru, tout en étant à l'affût d'une opportunité. La cassette du club ne lui permet pas de dépenser sans compter. Si les joueurs font preuve d'un tel engagement, c'est partiellement parce que les jeunes sentent leur chance venir et que les anciens - ThomasChatelle, TomVan Imschoot, CédricBerthelin - sont en fin de contrat et n'ont plus que six mois pour faire leurs preuves et obtenir une reconduction. Nyoni a été stupéfait quand son manager lui a demandé si un contrat de trois ans et demi à Mons le tentait. " Je pensais achever la saison au Beerschot et j'avais déjà mon visa pour le stage en Turquie. Me voilà en Espagne... " Avec vue sur Gibraltar et l'Afrique, dont on peut distinguer la côte par temps clair. Après le Cercle, qui l'a repéré, les Blackburn Rovers et le Beerschot, Nyoni en est à son troisième club belge. En janvier, il va d'ailleurs retrouver son club précédent et il en profite pour mettre les choses au point : les retards de paiement n'ont pas eu d'impact sur les performances des joueurs du Kiel. Nyoni : " Cela pourrait être une excuse mais ce n'était pas le cas. Nous n'étions pas capables de gagner, c'est tout. " Enzo Scifo lui a conseillé de prendre son temps pour s'intégrer. Si Zola s'en va vraiment, Scifo adaptera quelque peu son jeu, en procédant avec deux avants. Nyoni, qui a une amie flamande et vit à Bruges, pourrait évoluer sur le flanc gauche, mais dans l'entrejeu plutôt qu'en défense. " C'est ma place favorite. " Il n'a pas encore beaucoup discuté avec l'entraîneur, ne serait-ce qu'à cause de la barrière linguistique : Scifo parle un peu anglais, Nyoni a grappillé quelques mots de français à Auxerre, son premier club européen. " Je me les remémore et je pense que je vais comprendre la langue assez rapidement. Scifo m'a simplement dit d'essayer de me sentir chez moi. " L'international zimbabwéen prévient toutefois les supporters : " Je ne suis pas le remplaçant de Zola. Il évolue dans un registre tout à fait différent. " Mons dispute un championnat plutôt anonyme. Il est septième, à cinq points du top six. Quand nous discutons avec les dirigeants du club à la mi-temps du match amical contre le Fortuna Düsseldorf, ils regrettent quelque peu cet anonymat tout en comprenant que l'équipe compte peu de stars, à part Jérémy Perbet, qui est très discret dans ses déclarations. Contre le Fortuna, Daan Van Gijsegem a tenté d'organiser la défense. Si Berthelin et Van Imschoot portent le brassard une mi-temps chacun, c'est le défenseur central qui est le pilier de l'organisation. Il ne cesse de placer ses coéquipiers. " J'ai été engagé pour ça. " Le club peut-il espérer une place dans le top six ? Van Gijsegem : " Je pense qu'il faut avant tout confirmer notre premier tour et prendre des points contre les ténors, ce que nous n'avons pas encore réussi à faire. Nous avons eu deux passages à vide, chaque fois contre le Club et Anderlecht. Si nous ne sommes pas capables de gagner ce genre de matches, nous ne pouvons prétendre au top six. Ça reste un problème, le seul pour le moment. " Le seul, vraiment ? Il réfléchit. " Notre équipe est assez offensive. Nous recevons beaucoup de compliments mais nous avons encaissé trop de buts. C'est aussi un aspect à améliorer. Nous devons être plus concentrés. Face à des formations très tactiques, nous avons tendance à nous jeter tête baissée dans le piège au lieu de jouer de manière compacte, en conservant nos positions. Mais Mons dispute l'année de la confirmation et je trouve qu'il se débrouille très bien. Je préfère ne pas placer la barre trop haut. Les PO1 ? C'est possible, faisable, mais nous devons avoir le cran de dire que notre saison ne sera pas ratée si nous n'y figurons pas. Nous devons nous garder d'un excès d'ambition car la chute peut être plus rapide qu'on ne le pense. N'oubliez pas que Gand est derrière nous mais qu'il a procédé à de nombreux transferts, en fonction de ses besoins. S'il avait entamé la saison avec les joueurs qu'il vient d'acquérir, il aurait connu un automne plus faste. Nous n'avons pas de quoi nous plaindre mais nous ne devons pas non plus avoir le gros cou. Pour beaucoup, nous avons déjà réussi au-delà des espérances. "?PAR PETER T'KINT - PHOTOS: IMAGEGLOBE