Neuvième, dixième puis cinquième : malgré les doutes, Ostende s'est implanté parmi l'élite. Frederik Vanderbiest a posé les jalons, Yves Vanderhaeghe a conduit le club au titre automnal puis aux PO1. L'ossature étant présente, le directeur sportif Luc Devroe a rapidement achevé ses devoirs. La saison passée, Capon avait quitté le stade des Éperons d'Or pour le littoral, Tomasevic, Marusic et le jeune Van De Wiele l'ont suivi cet été : ces quatre joueurs ont déjà travaillé avec Vanderhaeghe.
...

Neuvième, dixième puis cinquième : malgré les doutes, Ostende s'est implanté parmi l'élite. Frederik Vanderbiest a posé les jalons, Yves Vanderhaeghe a conduit le club au titre automnal puis aux PO1. L'ossature étant présente, le directeur sportif Luc Devroe a rapidement achevé ses devoirs. La saison passée, Capon avait quitté le stade des Éperons d'Or pour le littoral, Tomasevic, Marusic et le jeune Van De Wiele l'ont suivi cet été : ces quatre joueurs ont déjà travaillé avec Vanderhaeghe. En enrôlant Silvio Proto, le club a misé sur son leadership, sa mentalité et sa sûreté car avec 44 buts contre en championnat régulier et 19 en play-offs, Ostende n'a pas vraiment été le meilleur de la classe. Des quatre autres gardiens du noyau - le chouchou du public Ovono, Biebauw, Chopin et Verlinden, deux peuvent/doivent partir. Capon était une certitude sur le flanc droit jusqu'à sa blessure et Vanderhaeghe a été contraint de remanier toute son équipe. L'arrivée de Marusic, polyvalent et rapide, également apte à évoluer sur le flanc droit, constituait sa première priorité. Rozehnal a raté une partie de la préparation. Bossaerts (19 ans), un jeune de Manchester City, effectue ses premiers pas dans le football adulte. Il est donc probable que Milic et Tomasevic- à gauche du coeur de la défense - entament la saison. Le Monténégrin, polyvalent, est grand, rapide, fort et dangereux sur les phases arrêtées : il a inscrit cinq buts au départ de ces situations l'année dernière. Il peut aussi jouer à gauche, même si Antunes, qui a souffert des adducteurs la saison passée, possède les meilleurs atouts pour faire oublier Lukaku, en cas de départ de celui-ci. Mike Makaab, le manager de Jali, a été clair dans la presse sud-africaine : le médian défensif, enrôlé pour un an avec option pour deux saisons de plus, rêve d'un meilleur championnat. Vandendriessche peut donc espérer une place dans le onze de base, au côté de Siani (à gauche). Il possède un peu moins de bagage footballistique que le Sud-Africain mais il a l'esprit d'équipe, il allie infiltrations et bonnes statistiques : trois buts et quatre assists, contre un but et deux passes décisives pour Jali. Les deux jeunes médians défensifs Vandewiele (KV Courtrai) et Van der Heyden, issu des U19 d'Anderlecht ont fait une bonne impression pendant la préparation mais ils doivent travailleur leur vitesse d'exécution. A droite, Marusic est la première alternative à Canesin, l'Ostendais le plus déterminant la saison dernière avec sept buts et dix assists. El Ghanassy, la surprise des play-offs avec quatre buts et deux assists, semble obtenir la préférence sur le flanc gauche, au détriment de Musona. Le Zimbabwéen a inscrit treize buts l'année dernière et a le profil idéal pour évoluer derrière l'avant-centre, à la place de Jonckheere, susceptible de jouer un cran plus bas, et de Berrier, plus statique. Avantage supplémentaire : El Ghanassy et Musona peuvent créer la surprise en permutant en cours de match. Ostende tient toujours compte du départ de Cyriac (14 goals, 5 assists), poursuivi par des bobos pendant la préparation, à l'instar de Musona et de Pedersen. Akpala, qui n'a marqué que sept buts la saison dernière, n'a pas fait forte impression pendant la préparation. Dimata, qui aura 19 ans en septembre et est issu des espoirs du Standard, s'est montré, lui : il s'est aisément intégré, son engagement est remarquable et il marque à la pelle, ce qui reste le principal critère pour un avant. Une légère surcharge pendant la préparation a préoccupé le staff technique. Ostende veut rejouer les PO1. Le club ouvre les portes de son nouveau stade le vendredi 5 août contre le champion, le Club Bruges. Avec un gardien fiable et une belle injection de qualité, la Versluys Arena peut même rêver d'Europe. PAR CHRIS TETAERT