Roland Garros, Coupe du Monde de football, Wimbledon, Tour de France... Les grands événements de l'été ont fait en sorte que Droit au But, l'émission du soir de la Première ( RTBF radio) ne s'octroie aucune pause durant l'été.
...

Roland Garros, Coupe du Monde de football, Wimbledon, Tour de France... Les grands événements de l'été ont fait en sorte que Droit au But, l'émission du soir de la Première ( RTBF radio) ne s'octroie aucune pause durant l'été. Les championnats d'Europe d'athlétisme bénéficieront également d'une large couverture. Puis, on entrera déjà en plein dans le championnat de football.La formule ne devrait guère changer puisqu'elle a donné satisfaction. "Je ne dispose pas de chiffres exacts mais il semble que la Première ait repris des parts de marché", dit Thierry Luthers, l'animateur principal de l'émission produite par le Centre de Liège. "Le succès d'estime est important et je sais notamment que Robert Waseige nous écoute régulièrement". L'aisance au micro de Thierry Luthers est un des points importants de la réussite de l'émission. Il se chuchotte cependant que, comme Marc Delire, Barbara Louis et Ludivine Dedonder, l'animateur a passé le casting pour animer la nouvelle émission du lundi en télé. S'il devait être choisi, on retrouverait plus souvent Pierre Capart en studio. Autres ingrédients de la recette gagnante: la multiplicité des disciplines abordées et l'intérêt des auditeurs pour les jeux (en collaboration avec la Ligue Pro et Sport/Foot Magazine notamment). "S'il y a des améliorations à apporter, elles concernent le débat et l'invité", dit Thierry Luthers. "J'aimerais que le débat du mardi permette d'aborder non seulement des sujets d'actualité mais aussi des thèmes de fond. Et concernant l'invité, qu'il n'est pas toujours facile de décrocher en pleine semaine, je souhaiterais que le public se manifeste davantage sur le mail de l'émission (droitaubut@rtbf.be) afin que la séquence soit plus interactive. L'idéal serait peut-être que l'émission dispose de son propre site"..De nombreux clubs wallons ayant rejoint un échelon supérieur (Mons, Eupen, Spa, Sprimont...), les directs football du samedi seront encore plus passionnants. En revanche, on peut craindre que la période d'austérité dans laquelle Reyers s'apprête à entrer ne prive les auditeurs de quelques directs de Coupe d'Europe.Enfin, si la continuité de l'émission est assurée jusqu'en décembre, on ne peut prévoir ce que la réforme des radios va amener comme changement. Si on décide que la Première doit être uniquement une chaîne d'information, considérera-t-on que le sport fait partie de ce domaine? (P. Sintzen)