Venance Zezeto a beau ne pas être hargneux de nature, il mord dès qu'on s'attaque à ce qu'il a de plus précieux : son père spirituel (et adoptif au sens premier) et le club belge de son c£ur.
...

Venance Zezeto a beau ne pas être hargneux de nature, il mord dès qu'on s'attaque à ce qu'il a de plus précieux : son père spirituel (et adoptif au sens premier) et le club belge de son c£ur. C'est facile de percer en Belgique quand on est le petit chouchou de Jean-Marc Guillou, qui vous a carrément adopté en Côte d'Ivoire.Venance Zezeto : Oui, j'ai été élevé à partir de 9 ans par Jean-Marc Guillou et sa compagne de l'époque, une Française. En Europe, on ne comprend pas que des enfants africains soient adoptés alors qu'ils ont encore leurs parents, mais dans mon pays, c'est fréquent. J'allais voir mon père et ma mère chaque week-end, ils n'habitaient pas loin de là, ça se passait très bien. Je côtoyais Guillou du matin au soir et du soir au matin : il était mon prof à l'Académie et mon tuteur à la maison. Il savait faire la part des choses : il me traitait comme n'importe quel autre joueur sur les terrains et comme un fils dès qu'on rentrait des entraînements. Je n'ai eu aucun traitement de faveur en tant que footballeur. Guillou ne peut plus mettre un pied en Côte d'Ivoire, sous peine de voler en prison !Il y a eu des trucs très compliqués. Je ne connais pas tous les détails de cette histoire. Une équipe de Beveren composée de 11 joueurs ivoiriens, cela n'a rien de naturel.Est-ce qu'on fait tout un plat quand il y a une majorité de joueurs noirs en équipe de France ? Pour moi, c'est exactement la même chose. Cela vous pose un problème d'avoir tous des Ivoiriens dans le 11 de Beveren ? Essayez d'avoir les yeux en face des trous : s'ils jouent, c'est parce qu'ils sont meilleurs que les Belges de ce club, point final. Et mes potes font une fantastique publicité pour le foot belge, non ? N'oubliez pas non plus où Beveren en était avant l'arrivée de Guillou et des Ivoiriens : au bord de la faillite. Entre-temps, il y a eu une finale de Coupe de Belgique, la Coupe de l'UEFA, et cette saison un maintien assuré très tôt. Ces résultats, c'est la plus belle réponse à tous les sceptiques. Ce que Guillou fait à Beveren, c'est du business et rien d'autre.Pas d'accord. On lui reproche de gagner de l'argent sur les transferts de joueurs ivoiriens qui quittent Beveren ? Vous savez combien il a investi dans son Académie à Abidjan ? C'est quand même normal qu'il perçoive un retour. De toute façon, tout le monde y gagne, pas seulement Guillou : ce sont aussi des affaires en or pour les joueurs transférés et pour Beveren. Vous n'imaginez pas le bien qu'un joueur ivoirien touchant subitement un beau salaire peut faire à toute sa famille. Grâce à ma carrière en Belgique, ma famille vit enfin dans une maison confortable et mon petit frère va pouvoir faire des études qui lui auraient été interdites sans mon métier. Est-ce normal qu'on vous oblige à verser une partie de votre salaire à l'Académie ?Il n'y a aucune obligation : nous le faisons volontairement, en remerciement des services rendus. L'Académie ne nous a pas seulement appris à jouer au foot, elle nous a carrément éduqués, formés, responsabilisés.Pierre Danvoye