Tactique

Pochettino fait parfois défendre son Tottenham en 4-2-3-1, en perte de balle, mais il procède généralement en 4-4-2. C'est ainsi qu'il occupe le mieux le terrain. Son et Kane sont alors ses pions les plus avancés. Les Spurs ne pratiquent pas un pressing élevé, contrairement à Liverpool, Chelsea ou City. L...

Pochettino fait parfois défendre son Tottenham en 4-2-3-1, en perte de balle, mais il procède généralement en 4-4-2. C'est ainsi qu'il occupe le mieux le terrain. Son et Kane sont alors ses pions les plus avancés. Les Spurs ne pratiquent pas un pressing élevé, contrairement à Liverpool, Chelsea ou City. Le bloc se situe au milieu du terrain. Les Londoniens sont exposés à droite quand Sanchez occupe l'arrière droit, comme contre Arsenal. Il a tendance à converger vers l'intérieur et à laisser des brèches sur son flanc. Pour éviter ce problème, l'équipe défend parfois en 4-5-1, avec une deuxième ligne très proche de la défense. Kane est alors le seul avant. Le meilleur atout offensif de Tottenham est la vitesse de sa reconversion. Son se rapproche très vite de Kane, suivi par Eriksen et Lamela. Dans les grands matches, Pochettino n'aime pas prendre de risques. Il n'a pas des défenseurs très rapides. Les arrières latéraux mettent donc le frein à main. Les Spurs procèdent aussi plus souvent que les autres par longs ballons depuis l'arrière. Kane et Son doivent parfois se battre pendant que Lamela et Eriksen sont prêts à reprendre le second ballon. Sera-t-il le lien manquant de l'entrejeu ? Il est de ces talents qui ont grandi dans la périphérie de Paris mais dont la formation a été parachevée par Guingamp et Amiens, d'où Lyon l'a transféré. Celui qui aurait été plus rapide aurait pu faire une affaire en or il y a quatre ans : Ndombele jouait alors en réserves d'Amiens, sans contrat. On le trouvait trop gros.