Le Clasico a été un bon match en termes d'ambiance et de passion malgré un très mauvais arbitrage et un terrain très limite. Il faut féliciter les joueurs d'avoir gardé leur calme face à une équipe arbitrale qui avait les yeux givrés et a pris plusieurs décisions fantaisistes. Les joueurs ont aussi eu du mérite à être restés concentrés sur leur football, essayant toujours de trouver des solutions techniques. J'ai calculé le nombre de passes en retrait effectuées par Anderlecht et le Standard parce que c'est le vrai indicateur de la volonté d'une équipe de construire. On est loin des moyennes de Barcelone, mais les Mauves menaient avec 50 passes contre 35 au Standard. C'est c...

Le Clasico a été un bon match en termes d'ambiance et de passion malgré un très mauvais arbitrage et un terrain très limite. Il faut féliciter les joueurs d'avoir gardé leur calme face à une équipe arbitrale qui avait les yeux givrés et a pris plusieurs décisions fantaisistes. Les joueurs ont aussi eu du mérite à être restés concentrés sur leur football, essayant toujours de trouver des solutions techniques. J'ai calculé le nombre de passes en retrait effectuées par Anderlecht et le Standard parce que c'est le vrai indicateur de la volonté d'une équipe de construire. On est loin des moyennes de Barcelone, mais les Mauves menaient avec 50 passes contre 35 au Standard. C'est cette maîtrise qui leur a permis de revenir progressivement dans le match. Si le duel des gardiens gagné par Silvio Proto a certes été essentiel dans le résultat, il faut surtout retenir qu'Anderlecht, récemment taxé d'équipe de contres, est parvenu à sortir de ce schéma unidimensionnel. Il parvient aussi à faire le gros dos en gardant le ballon et en repartant intelligemment vers l'avant. Le Standard le lui a permis. Après une mi-temps de feu, le jeu des Rouches s'est étiolé. Sans doute parce que le jeu direct vers Mémé Tchité ne fonctionnait plus et que Birkir Bjarnason était de plus en plus cuit après une belle prestation dans l'entrejeu. On ne saura jamais ce qu'un Standard sans Tchité (l'équipe qui combine très rapidement sur des petits espaces) aurait réalisé comme performance étant donné que José Riga n'a pas titularisé la révélation de ce début d'année, Michy Batshuayi. Car les Cyriac, Gakpé et Mujangi Bia ont donné l'impression d'être orphelins des combinaisons courtes avec lui. Ce Clasico a été une bonne répétition générale avant les déplacements mauve à Alkmaar et rouche à Cracovie (avec William Vainqueur). Reste à voir si le Club Bruges a suffisamment remonté la pente pour poursuivre à Hanovre le rêve de notre trio magique en Europa League. Eden Hazard est donc le n°1 de notre Top 100 du foot belge concocté comme l'an dernier avec l'équipe des sports de la RTBF. Une réflexion commune qui débouche à nouveau sur le choix d'un de nos Diables Rouges expatriés. Vincent Kompany était n°1 début 2011. En décembre, les deux étaient nominés pour l'équipe type de la FIFA mais Hazard avait un avantage déterminant pour ce Top 100 : il a réussi le doublé avec son LOSC, deux trophées qui lui vont encore plus droit au c£ur que sa distinction de meilleur joueur de L1. Voir jouer Eden, c'est du pur bonheur pour les puristes : technique, inventivité, esprit collectif et sportivité. On ne lui retrouve pas - encore - toutes ces qualités avec les Diables Rouges. Mais quand l'équipe n'est pas équilibrée pour faire gagner le jeu, pas étonnant qu'Eden reste un peu en rade. Finalement, l'épisode du hamburger à Belgique-Turquie a rendu service à son talent. Suspendu pendant plusieurs matches par Georges Leekens, tout le monde a compris que quelque chose n'allait plus. Papy G a cassé la sanction et l'a repris dans l'équipe. Reste encore à lui permettre de s'exprimer. Contrairement à Leekens, Eden (21 ans) a le temps et son seul objectif n'est pas Rio. Il peut aussi rêver d'Arsenal, l'équipe favorite de la reine d'Angleterre. Et comme le Top100 est bien plus que Hazard, je vous convie à vous délecter de la lecture des 18 pages consacrées aux différentes catégories.n PAR JOHN BAETELe Clasico : un bon entraînement pour l'EL.