La RTBF a conclu un accord avec Belgacom pour diffuser des images de basket à partir de cette semaine. De quoi s'agit-il ?

L'idée est de montrer le vendredi un résumé d'une dizaine de minutes du match disputé ce jour-là. Les images seront fournies par Belgacom 5. Bref, c'est un peu le retour de Basket One, même si l'émission s'appellera désormais Basket 5. Elle s'intercalera dans la seconde partie de la soirée, en lien avec Studio Foot et Automobile. Une rediffusion est prévue le samedi avant ou après Studio Foot. La matière nous servira aussi pour le Week-end Sportif.
...

L'idée est de montrer le vendredi un résumé d'une dizaine de minutes du match disputé ce jour-là. Les images seront fournies par Belgacom 5. Bref, c'est un peu le retour de Basket One, même si l'émission s'appellera désormais Basket 5. Elle s'intercalera dans la seconde partie de la soirée, en lien avec Studio Foot et Automobile. Une rediffusion est prévue le samedi avant ou après Studio Foot. La matière nous servira aussi pour le Week-end Sportif. J'ai reçu cette proposition en 2004 après les JO d'Athènes. Je n'étais pas lassé par mon job. J'avais juste envie de découvrir l'envers du décor tout en sachant que j'avais toujours l'opportunité de revenir à la RTBF. C'était l'instant ou jamais. Je ne voulais pas avoir de regrets plus tard. J'ai eu la chance de rencontrer pas mal de sportifs et de jouer les intermédiaires avec mes anciens collègues. L'aventure s'est terminée un peu prématurément. Le ministre a été débarqué et, dans ce genre de situation, toute la garde rapprochée tombe. Oui. Et comme je n'étais pas dopé, je suis certain de garder ce palmarès ! (il rit) J'espère être de la partie pour Rio en 2016. C'est Roger Laboureur qui m'a choisi en 1988 pour couvrir la boxe et le cyclisme sur piste car il savait que je me débrouillais bien en direct. Depuis les JO d'Atlanta, je suis responsable de la gymnastique à la RTBF, une des disciplines-phares. Je commente toujours la cérémonie d'ouverture et de clôture. Les JO sont une merveilleuse expérience car tu es susceptible de découvrir des disciplines moins médiatisées mais qui bénéficient à ce moment-là d'une captation technique très pointue. Comme le kayak, par exemple. La médaille d'or de Justine Henin. Elle est venue m'embrasser. Je la suivais depuis ses débuts et nous sommes originaires de la même région. En 88, à Séoul, j'ai eu droit à une rencontre improbable. Je commentais de l'haltérophilie quand Arnold Schwarzenegger est venu s'asseoir à côté de moi ! Aux JO de Pékin, j'ai été interviewé par Bixente Lizarazu. Il voulait recueillir un avis sur l'équipe des Diablotins. Eric Tabarly sur la rade d'Ostende. Il revenait de la Côte d'Or et nous sommes partis avec un petit rafiot pour l'interviewer sur son bateau. Il s'est montré d'une gentillesse et d'une simplicité inouïes. Un personnage fascinant. Bernard Hinault, lors d'une étape du Tour de France qui passait par Beauraing. Je le considérais comme un sportif d'exception mais il s'est vraiment montré désagréable. J'ai travaillé comme collaborateur sportif en radio à Dinant. Un jour, il y a eu des inondations et je me suis retrouvé sur une barque dans les rues de la ville en train d'interviewer des gens !