1. Stephen Keshi : arrivé à Lokeren en 1986, il avait déjà une réputation. Au Nigeria, il était adulé et a d'ailleurs fini comme capitaine de l'équipe nationale avec laquelle il participa à cinq Coupes d'Afrique des Nations. Lokeren lui servit de tremplin. Il n'y resta qu'un an avant de partir pour Anderlecht, Strasbourg, le RWDM et finir au Japon. Véritable roc, impassable, intraitable dans les duels et très fort sur les phases arrêtées, il a laissé une image de leader et d'organisateur hors pair. Il est de...

1. Stephen Keshi : arrivé à Lokeren en 1986, il avait déjà une réputation. Au Nigeria, il était adulé et a d'ailleurs fini comme capitaine de l'équipe nationale avec laquelle il participa à cinq Coupes d'Afrique des Nations. Lokeren lui servit de tremplin. Il n'y resta qu'un an avant de partir pour Anderlecht, Strasbourg, le RWDM et finir au Japon. Véritable roc, impassable, intraitable dans les duels et très fort sur les phases arrêtées, il a laissé une image de leader et d'organisateur hors pair. Il est devenu par la suite sélectionneur du Togo et occupe le même poste au Mali depuis avril. 2. Sambegou Bangoura : le Guinéen a davantage marqué le club puisqu'il y resta trois saisons (2000-2003) et y marqua 41 buts en 85 rencontres avant de partir au Standard où il continua sur le même rythme. Sa puissance et son jeu de tête en faisaient un attaquant difficile à tenir. Depuis son départ de Belgique, sa carrière a connu un frein (à Stoke, au Brussels, à Boavista et à Cadix). Aujourd'hui, il milite dans un modeste club grec, Panserraikos. 3. Samson Siasia : le Nigérian, fer de lance de l'attaque waeslandienne entre 1987 et 1993, était un attaquant (31 buts en 152 matches) mobile qui servait surtout de courroie de transmission. Il pouvait évoluer comme ailier droit, centre-avant ou soutien d'attaque. Ses qualités dans les combinaisons courtes l'ont conduit par la suite à Nantes, sur les conseils de Frankie Vercauteren. International à 46 reprises, il est le troisième meilleur buteur des Super Eagles. Cette saison, comme coach, il a mené l'équipe olympique nigériane à la médaille d'argent. 4. Elos Elonga-Ekakia : le Congolais aurait pu réaliser une grande carrière s'il n'avait pas connu ce douloureux accident de voiture à 25 ans, alors qu'il évoluait à Anderlecht. Il ne retrouva plus jamais son niveau, militant encore quelques saisons aux Francs Borains et à Grimbergen. Arrivé de Beveren, il évolua quatre saisons à Lokeren (1994-1998), faisant valoir sa pointe de vitesse, sa technique en mouvement et son sens du but. Toutes ces qualités le conduisirent à Bruges et à Anderlecht où, comme substitut de la paire Jan Köller- Thomas Radzinski, il inscrivit 11 buts en 29 rencontres. 5. Hervé Nzelo-Lembi : le défenseur congolais n'aura pas marqué Lokeren (il ne joua que six rencontres entre 1992 et 1995) mais c'est là qu'il débuta une carrière qui allait le mener notamment à Bruges, à Kaiserslautern et au Metalurh Donetsk. Bon garde-chiourme, il savait également surgir sur phases arrêtées mais, au contraire de Keshi, avait besoin d'un guide à ses côtés.