Certaines grosses arrivées de l'entre saison, comme celle de Mbo Mpenza à Anderlecht, ne se retrouvent pas dans ce top 10 car ces joueurs n'ont pas encore atteint le rendement attendu. Au contraire d'autres transferts effectués soit dans l'urgence, soit dans l'anonymat, se révèlent être des plus values pour leur équipe.
...

Certaines grosses arrivées de l'entre saison, comme celle de Mbo Mpenza à Anderlecht, ne se retrouvent pas dans ce top 10 car ces joueurs n'ont pas encore atteint le rendement attendu. Au contraire d'autres transferts effectués soit dans l'urgence, soit dans l'anonymat, se révèlent être des plus values pour leur équipe. Ce top-10 aurait pu également s'alourdir d'autres noms comme ceux de Fritz Emeran (Brussels), Steve Cooreman (Gand), Ogushi Onyewu (Standard) ou Alexandre Tokpa (Beveren), écartés dans l'affinement de ce hit-parade. Avant l'entame du championnat, l'entraîneur du Germinal Beerschot, Marc Brys, désignait déjà Cadu, 22 ans, comme une révélation possible du championnat. Et le moins que l'on puisse dire, est que cet attaquant brésilien, issu du vivier de Vasco da Gama, a déjà fait parler de lui. Vif, technique et très présent dans les 16 mètres, Cadu a planté six buts en six journées, soit une plus qu'honorable moyenne d'un but par match. Avec à la clé de belles réalisations et un maillot distinctif de meilleur buteur. On disait les Hurlus moribonds, Philippe Saint-Jean a prouvé le contraire. En ressuscitant notamment certains joueurs comme Alexandre Teklak ou Patrick Dimbala. Après avoir percé à Alost, Dimbala, 22 ans, avait quelque peu disparu de la circulation en échouant notamment à Courtrai. En marquant 4 buts, il s'est profilé comme un point d'appui de l'attaque mouscronnoise. La succession de Luigi Pieroni et de Mbo Mpenza était délicate voire impossible. Dimbala a proposé quelques éléments de réponse. Albert Cartier, l'entraîneur des Loups, a construit un système performant mais s'il a pu choisir une partie de ses hommes comme Geoffray Toyes, il a également pu compter sur des transferts de choix effectués par le manager Stéphane Pauwels. Repêché au Havre, Fadel Brahami , 26 ans, constitue assurément une réussite. Aussi à l'aise à l'arrière droit qu'au milieu droit, cet international algérien sait perturber l'adversaire tant par ses dribbles que par ses débordements. Le tout avec une régularité étonnante. Ses adieux à Anderlecht lui ont fait mal mais Olivier Doll a rebondi d'une belle manière à Lokeren. Certains pouvaient se demander ce que l'ancien stopper sérésien allait faire en Pays de Waes. Le joueur a répondu sur le terrain en devenant une véritable tour défensive aux côtés de Chaves. Sobre et efficace, régulier et endurant, Doll, 31 ans, a encore de belles années devant lui. Ces prestations ont donné des idées à son club qui a continué à puiser dans les oubliettes du Parc Astrid en attirant Marc Hendrikx. Au même titre que Toyes, chef de la défense, le Français Mario Espartero, 26 ans, sur une voie de garage à Metz, a abouti dans le Centre grâce à Albert Cartier. Fort en gueule, leader de l'entrejeu, arracheur de ballons, il peut également se muer en passeur comme en témoignent ses deux assists. Son caractère de gagneur lui a déjà valu les remontrances de l'arbitrage puisqu'il fut exclu à Lokeren. Sans lui, son équipe a sombré, concédant sa première défaite de la saison. Transféré à Geel, Patrice Noukeu a réussi la gageure de remplacer au poste de médian défensif le capitaine exemplaire de Mouscron, Steve Dugardein, parti à Caen. Jamais avare de kilomètres, il fait preuve d'une grande débauche d'énergie. Le jeune milieu camerounais (21 ans) pose son jeu au fil des matches et fait preuve de plus en plus de calme à la relance. Lancé dans le grand bain par Philippe Saint-Jean lors de la première rencontre, il a du céder sa place à La Louvière pour abus de cartons jaunes. Et Mouscron a perdu... Arrivé alors que le championnat avait débuté, le Portugais devait faire sensation dans un championnat déserté de vedettes. Ses débuts furent remarqués. A peine rentré au jeu, il se faisait exclure pour un mauvais geste au Cercle. Mais Sergio, 29 ans, a su éviter la colonne des flops et s'est magistralement repris au point de s'affirmer de semaine en semaine comme le patron du Standard. Au même titre que Vedran Runje, Philippe Léonard et Eric Deflandre, il apporte de l'expérience et de la sûreté au club liégeois. En juin, plus personne n'en voulait et Thierry Siquet pensait qu'à 35 ans, sa carrière en D1 touchait à sa fin. Charleroi a eu du nez en le relançant. Au même titre que Toni Brogno, il apporte son expérience et de la sérénité au club carolo. Depuis la déroute initiale face à La Louvière (2-5), les Zèbres n'ont plus encaissé que trois buts. Avec un Siquet toujours bien placé et un Bertrand Laquait impérial, le Sporting peut voir venir. Si Mons ne brûle pas, il le doit à un seul homme : Aliyu Datti (22 ans). En le faisant venir du Standard, l'Albert a réalisé pour le moment sa seule véritable bonne affaire. Les Dragons comptent 5 points et peuvent certainement en dédicacer quelques-uns au Nigérian. Quatre des six buts montois ont été inscrits par cet attaquant remuant, capable à la fois de retourner la défense adverse et de transformer le peu d'occasions qui échoient au RAEC. Le Standard se mord déjà les doigts de l'avoir laissé filer. Dans la famille Solari, il y avait Santiago qui joue au Real Madrid. Il y aura désormais Esteban, attaquant au Lierse. Les Pallieters ont retrouvé un Darius Mitu inspiré mais, à ses côtés, l'attaquant argentin, 24 ans, a réussi à s'imposer en peu de temps. Vif, rapide, technique et très bon dos au but, Solari, même s'il a déjà marqué deux buts, s'inscrit plus dans la catégorie des attaquants passeurs. Ses qualités techniques lui permettent de désorganiser une défense, laissant à ses coéquipiers le soin de transformer ces assists. Avec 4 passes décisives, il est en tête de ce classement. Stéphane Vande Velde