Comme il y a deux ans, Toulouse craque à la fin des 38 examens de la L1. Cet élève n'a pas l'habitude des félicitations. En 2005, le club de la Ville rose avait tout égaré en alignant huit défaites consécutives lors des derniers sprints. Après avoir pris part à la lutte pour la Ligue des Champions, les joueurs coachés par Elie Baup ont été battus par Rennes, le PSG, Lens et Le Mans.
...

Comme il y a deux ans, Toulouse craque à la fin des 38 examens de la L1. Cet élève n'a pas l'habitude des félicitations. En 2005, le club de la Ville rose avait tout égaré en alignant huit défaites consécutives lors des derniers sprints. Après avoir pris part à la lutte pour la Ligue des Champions, les joueurs coachés par Elie Baup ont été battus par Rennes, le PSG, Lens et Le Mans. Le match nul obtenu à Nantes (ce match arrêté à la 88e minute de jeu suite à l'envahissement du terrain par les supporters des Canaris pourrait leur rapporter trois points sur le tapis vert) n'a pas calmé le président Olivier Sadran. Avant cette rencontre, il déclarait à la Dépêche du Midi : " Je veux qu'on se révolte, pour ne pas gâcher ce qui a été construit cette saison. La compétition ne sourit pas à ceux qui s'effondrent à l'approche de la ligne. J'attends un comportement irréprochable dans tous les domaines, notamment dans leur vie privée, et beaucoup de solidarité de mes joueurs. Je n'ai jamais vu de grands joueurs ne pas finir le job ". Selon le même journal, Baup, l'entraîneur à la casquette, porte sa part de responsabilités dans cet effondrement. L'explication de ce quotidien régional : à force de privilégier le même onze de départ, se contentant d'un turnover homéopathique, il a épuisé le carburant de ses hommes et est réputé pour être plutôt coulant avec ses joueurs. Personne, néanmoins, n'aurait misé un euro sur la présence du TFC aux portes de la Ligue des Champions avant le coup d'envoi de la saison. Le manque d'expérience de l'effectif a coûté cher. " On s'est mis dans la situation d'un cycliste qui s'était glissé dans une échappée décisive mais qui s'est fait déposer dans la montée du col ", a dit Baup qui souhaite recruter quatre joueurs expérimentés pour le prochain championnat. " Cette fin de saison est une aventure qui doit servir de leçon. C'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens ". Crise de croissance ou maladie plus grave ? Arrivé de Saint-Etienne lors du dernier été, le coach a encore deux ans de contrat. Sera-t-il inquiété ? Sadran a précisé à ce propos : " Elie a un contrat et comme il se sent bien ici, il sera toujours là la saison prochaine ". MARSEILLE s'est assuré samedi une place en Ligue des Champions en allant battre St Etienne 2-1 à l'occasion de la 37e journée de Ligue 1. Robert Louis-Dreyfus (notre photo) a déclaré à OM TV : " Tout est rentré dans l'ordre après la tristesse de la finale de la Coupe de France. Je pense que tout Marseille est en fête. Il va falloir se préparer afin de faire une bonne saison l'année prochaine. On retourne dans la cour des grands. Je suis ravi pour Pape Diouf, José Anigo, Albert Emon et les joueurs. En fin de match, j'ai regardé ma montre toutes les dix secondes en me demandant si c'était terminé ". PSG : avec sa dernière victoire au Parc des Princes, les Parisiens ont assuré leur maintien parmi l'élite. Son adversaire, Troyens, chute en D2. VALENCIENNES garde son rang en L1 grâce à son match nul 1-1 à Sedan. LUIGI PIERONI est monté au jeu après la première demi-heure. Il n'a pas concrétisé ses occasions de but. Nantes, le club du Diable Rouge plongera en L2 après 44 ans de présence au sein de l'élite. Kevin Mirallas est monté au jeu à la 54e mais il n'a pu empêcher Lille de concéder une nouvelle défaite à Auxerre. TOULOUSE : Erick Monbaerts, le directeur technique qui ne s'entendait plus avec Elie Baup, a décidé de quitter le club. Il souhaite retrouver le terrain. SYLVAIN WILTORD a des ennuis à Lyon suite à une fiesta nocturne lors d'une mise au vert. Il a été interdit d'entraînement durant deux jours. PIERRE BILIC