C'est la dernière histoire (du football) belge : Toni Brogno risque une lourde amende et une interdiction de stade pour avoir été un peu expansif face aux supporters de Charleroi après une victoire. Non, l'attaquant du Sporting n'a pas démoli une tribune ou mis le feu à un stade : il s'est simplement accroché au grillage le séparant des fans carolos après la victoire en mars dernier à Beveren. En découvrant le pro justitia accablant, il a d'abord cru à une blague.
...

C'est la dernière histoire (du football) belge : Toni Brogno risque une lourde amende et une interdiction de stade pour avoir été un peu expansif face aux supporters de Charleroi après une victoire. Non, l'attaquant du Sporting n'a pas démoli une tribune ou mis le feu à un stade : il s'est simplement accroché au grillage le séparant des fans carolos après la victoire en mars dernier à Beveren. En découvrant le pro justitia accablant, il a d'abord cru à une blague. Toni Brogno : En rentrant de notre match de Coupe Intertoto en Finlande, j'ai trouvé un pli du facteur me demandant d'aller chercher un recommandé à la poste. Dans un premier temps, j'ai bien rigolé parce que j'étais persuadé que quelqu'un jouait avec mes pieds. Mais en découvrant les pages suivantes, je me suis déjà posé plus de questions : huit pages avec photos, témoignages, etc. Cela venait de la police de Beveren. Et j'ai failli avaler de travers en voyant ce que je risquais : une amende allant de 250 à 5.000 euros et une suspension de stade comprise entre trois mois et cinq ans. C'est comme ça : on va peut-être m'empêcher de faire mon métier pendant cinq ans parce que je suis allé saluer nos supporters. Trois jours avant ce match, nous avions été éliminés de la Coupe de Belgique par le Lierse. Dès le lendemain, on a lu dans tous les journaux que la saison de Charleroi était terminée, que nous allions abandonner toutes nos ambitions et nous traîner péniblement vers la dernière journée. A Beveren, nous avons été menés 1-0 jusqu'à 20 minutes de la fin, puis nous avons réussi à renverser la vapeur pour nous imposer 1-2. Nous étions contents d'avoir mis certaines choses au point. Dès la fin du match, je suis allé saluer l'arbitre comme je le fais toujours, puis nous nous sommes dirigés vers nos supporters. Ils sont descendus contre le grillage et nous sommes montés dessus. Pas seulement moi : plusieurs coéquipiers ont fait la même chose. Aucune idée. Il fallait désigner un coupable et c'est tombé sur moi. On cherche à em... Charleroi, c'est clair. Notre bonne saison n'a pas fait que des heureux. Il y a aussi eu des jaloux. Quand je vois qu'on ne fait rien par rapport à des joueurs qui font des bras d'honneur aux supporters adverses, à d'autres qui crachent ou piétinent les maillots qu'on leur prête û NDLA : ce fut le cas de quelques joueurs du Lierse lors du match de Coupe à Charleroi û, je me pose vraiment des questions. Le club est furieux et a mis Maître Deprez sur le coup. Nous n'allons évidemment pas nous laisser faire. (P. Danvoye)P.Danvoye