Le 23 mars 2003, Tom Van Mol (31 ans) s'est occasionné une grave blessure au genou mais il espère reprendre enfin les entraînements en groupe en fin de mois. Le Belge porte le maillot du FC Utrecht depuis sept ans mais son contrat n'a pas été prolongé.
...

Le 23 mars 2003, Tom Van Mol (31 ans) s'est occasionné une grave blessure au genou mais il espère reprendre enfin les entraînements en groupe en fin de mois. Le Belge porte le maillot du FC Utrecht depuis sept ans mais son contrat n'a pas été prolongé. Tom Van Mol : Bien sûr. Mais d'autre part, je sais où j'en suis. J'ai le temps de chercher un autre employeur. J'apprécie cette clarté. Je ne suis pas en fin de carrière. Je souhaite évoluer en D1 trois ou quatre ans encore. J'aime trop le football pour arrêter. Ma polyvalence constitue un atout dans ma quête d'un club. Le président et l'entraîneur, Foeke Booy. J'ai dû digérer la nouvelle, surtout en pleine revalidation, mais je ne suis pas du genre à me laisser aller. J'espère pouvoir bientôt rejouer et me mettre ainsi en vitrine pour un transfert. Il y a de vrais spécialistes à Zeist, des gens qui ont l'habitude de telles blessures, alors qu'au club, on n'a pas le temps de s'occuper de moi. Je passerais après ceux qui ont besoin de soins divers. Je ne désirais pas être la cinquième roue de la charrette. Je veux retrouver la plénitude de mes moyens et souvent, je dois serrer les dents. Mon genou ne se rétablit pas bien. Au début, mon extension avait fortement diminué et j'ai subi une seconde intervention en septembre. C'était plutôt du nettoyage : on a ôté des morceaux de cartilage et de tissus qui s'étaient détachés de l'articulation. Depuis, ça va mieux mais il a fallu du temps pour récupérer ma masse musculaire. Enfin, d'ici peu, j'espère retrouver le groupe. Tout à fait. Etre sur le banc constituerait déjà une victoire. Cependant, nous devons éliminer le Sparta avant de penser à la finale. Il faut dire aussi que je suis retourné vivre à Buggenhout-Opstal, dans la région gantoise, ce qui a constitué un élément déterminant aux yeux de la direction. Elle sait combien je suis attaché à ma famille. Or, les déplacements seraient sans doute devenus pesants. Positif. L'équipe est construite autour de Stefaan Tanghe. A 32 ans, il en est devenu le patron. Il peut guider les jeunes. Je ne comprends vraiment pas qu'on ne le sélectionne plus en équipe nationale. Avec Pascal Bosschaart, il est l'élément le plus régulier de la saison. Evidemment, Utrecht n'est qu'une souris grise du championnat néerlandais ( F. Vanheule)F.Vanheule