En août dernier, Tom Soetaers (23 ans) a signé pour quatre ans à l'Ajax. Après Roda JC, l'ancien joueur d'Anderlecht a donc retrouvé un grand club. Si Aimé Anthuenis lui a accordé plusieurs fois sa chance, le gaucher n'a pu conquérir sa place en équipe nationale, notamment à cause d'une série de petites blessures. Il n'a plus joué depuis fin janvier en club, contre Roda JC.
...

En août dernier, Tom Soetaers (23 ans) a signé pour quatre ans à l'Ajax. Après Roda JC, l'ancien joueur d'Anderlecht a donc retrouvé un grand club. Si Aimé Anthuenis lui a accordé plusieurs fois sa chance, le gaucher n'a pu conquérir sa place en équipe nationale, notamment à cause d'une série de petites blessures. Il n'a plus joué depuis fin janvier en club, contre Roda JC. Tom Soetaers : J'ai repris l'entraînement jeudi dernier, après une série noire. Il s'agissait d'une blessure stupide. J'ai voulu revenir trop vite et j'ai aggravé le mal. Tomás Galásek m'était tombé sur mon pied. Nous avons cru à une simple contusion. Je venais de disputer un très bon match et je voulais absolument prouver que je retrouvais mon niveau d'antan. Malheureusement, j'ai reçu un nouveau coup sur la blessure, qui s'est enflammée. J'avais constamment mal. J'étais frustré. Ma bonne entrée au jeu en équipe nationale contre la France m'avait donné confiance. Et voilà que j'étais confronté à ce contrecoup. Le négativisme ne mène évidemment à rien. Je me suis fixé sur la saison suivante. J'espère maintenant rejouer le plus vite possible. C'est un beau défi car Nicolae est un grand talent, un joueur d'avenir, qui, comme moi, reste cependant irrégulier. Il ira plus loin que l'Ajax. La concurrence sera donc rude lorsque j'aurai récupéré la plénitude de mes moyens. C'est plus dur que je ne le pensais. J'ai quand même joué souvent pendant le premier tour mais mes prestations ont manqué de régularité. Après la trêve hivernale, j'ai marqué le but de la victoire, j'ai été complimenté de toutes parts puis le sort m'a frappé. Ça fait partie du football. Je me sens bien dans ma peau à l'Ajax, ce qui reste l'essentiel. Il veut que je me montre davantage, que je prenne plus d'initiatives. Ses critiques sont justifiées et m'affûtent. Il est extrêmement exigeant. On remarque constamment qu'il a joué au plus haut niveau. Il a le souci du détail et connaît très bien ses joueurs. Il excelle à fouetter l'orgueil de chacun. C'est un art car la plupart des entraîneurs ne pensent qu'au onze de base. Un moment donné, l'Ajax dénombrait onze blessés. Koeman n'a pas bronché. Il a joué avec les autres, en toute sérénité, et il a gagné. Ça arrive, quand, avec Wesley Sonck, j'affronte Wesley Sneijder et Rafael Van der Vaart, mais nous ne pouvons atteindre son niveau. Il tire mieux que nous tous réunis. (F. Vanheule)F.Vanheule