L'adage footeux selon lequel " il n'y a plus de petites équipes ", je l'ai entendu durant tout l'EURO, because l'Islande ou Galles. Trois mois plus tard, because notre 0-6 à Gibraltar, on se demande s'il est raisonnable de maintenir dans nos poules qualificatives ces petites équipes qui ramassent des tatouilles ! Comme quoi les " petites " existent encore, même miniaturisées démographiquement. Mais de grâce, gardons-les !
...

L'adage footeux selon lequel " il n'y a plus de petites équipes ", je l'ai entendu durant tout l'EURO, because l'Islande ou Galles. Trois mois plus tard, because notre 0-6 à Gibraltar, on se demande s'il est raisonnable de maintenir dans nos poules qualificatives ces petites équipes qui ramassent des tatouilles ! Comme quoi les " petites " existent encore, même miniaturisées démographiquement. Mais de grâce, gardons-les ! D'abord parce que les surprises, rares par définition, menacent quand même en latence, contribuant au suspense. Ensuite, parce que le supporter reste alléché par la perspective de tatouille infligée à un faible : comment comprendre autrement que seulement 771.000 Belges avaient regardé Belgique-Bosnie un vendredi soir de week-end sur la RTBF mais qu'ils furent ensuite 857.000 un lundi soir de semaine pour Gibraltar-Belgique ? ! Qu'importe le flacon, pourvu qu'on voie des buts : l'existence des " petites équipes " nous ramène à nos besoins footeux fondamentaux... 9/9 et 13-0 en trois matches, ça ne nous est jamais arrivé, j'en suis sûr sans l'avoir vérifié : débuts exceptionnels mais faciles ? Disons faciles mais exceptionnels, ça positive et il n'est jamais aisé de tatouiller devant, tout en clean-sheetant derrière ! Perso, la sélection bosnienne de Jordan Lukaku m'a étonné, et aussi le repêchage de Sébastien Pocognoli. Roberto Martinez, sur le flanc gauche de sa défense, semble à tout prix désirer un vrai gaucher susceptible d'amener du danger offensif, quitte à concéder un peu d'olé olé défensivement : faudra lui dire qu'hélas, on n'a pas le double profil qu'il avait la chance d'avoir à Everton avec Leighton Baines. Perso secundo, foutons la paix à Bob quant à sa défense à trois ou à quatre, on a tort d'en faire un fromage tacticien, c'est un faux débat : quand il y aura en face trois mecs fortiches en front de bandière, faudra de toute façon que Thomas Meunier défende davantage à droite, et que Toby Alderweireld squatte davantage l'axe. Martinez est simplement dans l'air du temps. Un air qui se défait enfin de cette dictature de la défense à quatre prétendûment à plat : une mode bien plus qu'une trouvaille, faisant trop souvent des deux axiaux deux liberos glandeurs... Tertio, le côté obscur de la force des Diables : les brillants débuts ne vont pas enrayer la polémique concernant le poste de target man ! Contre la Bosnie, Romelu Lukaku confirme d'abord par un loupé la faiblesse de son pied faible (le droit), puis soigne ses stats en prouvant d'une jolie frappe que ce pied droit n'est pas faible tout le temps. Mais trois jours plus tard, outre qu'il s'y prend tôt face à Gibraltar, Christian Benteke fait 0-2 en concluant fastoche une occase quasi similaire à celle de son rival, puis s'offre un geste technique sophistiqué pour réaliser un triplé du gauche, son pied faible à lui : parce que l'adversaire était faible ? Enfin, gloire à Toby Alderweireld qui, face aux Bosniens, vient enfin d'acquérir la nationalité belge : par la grâce d'un but dit " d'attaquant ", impensable pour certains de la part d'un défenseur dit " de formation "... Dieu que ce fut dur, mais c'est enfin fini, Toby, il n'existe plus de détracteurs wallons ! Je n'en ai jamais fait partie, je le jure sur la tête de feu mon grand père ostendais. Dès 2010, quand tu vivais à droite les concurrences de Guillaume Gillet, Laurent Ciman ou Anthony Vanden Borre, tu fus pour moi un roc défensif fiable : ça m'irritait quand la presse du sud te filait de mauvaises cotes, j'y flairais l'allergie injuste. Quant à ton apport offensif potentiel, il n'était nullement nul, ça m'a même fait penser à ce que Branislav Ivanovic apportait à Chelsea. Et maintenant que tu es davantage axial, maintenant qu'on encense ton entente avec Jan Vertonghen, je persiste à dire que tu es l'atout/bunker de ce duo. Tu n'as jamais été " limité " comme on l'a prétendu en français, tu n'étais que sobre et Flamand, et y'a toujours du linguistique dans nos diableries... Tout ça, c'est fini pour toi : par la grâce d'une Madjer infiniment plus élaborée que celle de Rabah, tu es un Belge pour tous les Belges, et ce n'est pas encore donné à tous tes potes. Pour fêter ça, le 13 novembre face à l'Estonie, ça serait marrant que tu chantes la Brabançonne en français. PAR BERNARD JEUNEJEAN