De ceux qui ont quitté notre championnat l'été dernier, c'est Vedran Runje, l'ancien portier du Standard, qui fait la plus forte impression à l'étranger. Le Croate de 30 ans s'était forgé une solide réputation en l'espace de cinq ans à Sclessin. Entre ses deux passages à Liège, Runje a passé trois saisons à l'Olympique de Marseille. Il y a été brillant avant que l'OM ne fasse appel à la figure de proue de la France, Fabien Barthez. De retour dans la Cité Ardente, Runje a joui pendant deux saisons d'une popularité inouïe. Il a gagné la reconnaissance des supporters,...

De ceux qui ont quitté notre championnat l'été dernier, c'est Vedran Runje, l'ancien portier du Standard, qui fait la plus forte impression à l'étranger. Le Croate de 30 ans s'était forgé une solide réputation en l'espace de cinq ans à Sclessin. Entre ses deux passages à Liège, Runje a passé trois saisons à l'Olympique de Marseille. Il y a été brillant avant que l'OM ne fasse appel à la figure de proue de la France, Fabien Barthez. De retour dans la Cité Ardente, Runje a joui pendant deux saisons d'une popularité inouïe. Il a gagné la reconnaissance des supporters, de la presse et de la direction. Ce n'est pas pour rien que, l'a saison passée, il a reçu, des mains de Michel Preud'homme, le trophée du Gardien de l'Année, au terme d'un suffrage organisé par notre magazine. Runje a alors estimé venu le temps de rentabiliser son talent. Il a abouti au Besiktas, un des trois grands clubs d'Istanbul. 17 journées plus tard, Besiktas est troisième derrière Fenerbahçe et Galatasaray (le championnat reprend le 27 janvier). L'équipe marque difficilement et doit surtout son classement à une dernière ligne quasi imprenable : elle encaisse moins d'un but par match et est la deuxième meilleure défense de Turquie. Mehmet Demirçan, journaliste au quotidien Fanatik, est élogieux à l'égard du portier croate : " Il a signé un contrat de deux ans. Il recèle suffisamment de qualités pour honorer ce bail jusqu'à son terme, au moins. Il prend des points et a sa part dans la solidité du Besiktas. C'est un des trois grands clubs de Turquie qui lutte chaque année pour le titre. Quand il embauche un gardien étranger, il doit vraiment être fort. La saison passée, l'Argentin Oscar Cordoba défendait le but. Il était davantage considéré comme une vedette que Runje, qui n'est pas encore un leader. Ce rôle est plutôt dévolu à Ibrahim Akin et à Ricardinho. Pour l'instant, Runje est seulement un verrou fiable... " En tout cas, il a réussi son entrée en championnat turc. Il n'a pas encore raté un seul match. Deux jeunes Turcs sont prêts à le remplacer, en cas de blessure, mais sans menacer la position de l'ancien Standardman. Selon Demirçan, les deux doublures n'en font pas un problème : " Runje et ses coéquipiers entretiennent des relations correctes. On entend peu de rumeurs à son sujet. Il apparaît d'ailleurs fort peu dans la presse. Il a été très critiqué durant ses premières semaines à Besiktas et depuis, il n'accorde guère d'interviews aux Turcs. Il avait coûté un million d'euros et a connu un début difficile avec quelques gaffes et des buts évitables. Le ballon lui est passé entre les jambes, il s'est fait surmonter sur des longs envois, des choses de ce genre... A l'époque, il a lui-même déclaré être stupéfait d'encaisser des buts aussi faciles. La presse et le public l'ont vivement critiqué, ont exigé un autre gardien mais le club n'avait pas d'alternative. Maintenant, il prouve qu'il mérite son statut de numéro un. L'entraîneur, Jean Tigana, croyait fermement en lui et il avait raison ". MATTHIAS STOCKMANS