La semaine dernière dans Foot Mag, un lecteur pestait contre le discours de Wuillot, quinze jours plus tôt lors de Match Un sur la RTBF. J'avoue qu'au contraire, je m'étais réjoui d'un discours pour le moins détonnant : Delire exerçait son pressing pour que la langue de Wuillot ne soit pas de bois, de façon à ce que les téléspectateurs accros ne cassent pas tout dans leur salon tant ils s'impatientent d'attendre les résumés. Poussé à la faute (?) par le pressing de Marc, Laurent a été sincère... et la sincérité n'est jamais un délit! Wuillot a admis que le tirage de maillot avait intégré l'arsenal du footballeur pro, et qu'il avait lui aussi recours à l'arsenal vu qu'il était footb...

La semaine dernière dans Foot Mag, un lecteur pestait contre le discours de Wuillot, quinze jours plus tôt lors de Match Un sur la RTBF. J'avoue qu'au contraire, je m'étais réjoui d'un discours pour le moins détonnant : Delire exerçait son pressing pour que la langue de Wuillot ne soit pas de bois, de façon à ce que les téléspectateurs accros ne cassent pas tout dans leur salon tant ils s'impatientent d'attendre les résumés. Poussé à la faute (?) par le pressing de Marc, Laurent a été sincère... et la sincérité n'est jamais un délit! Wuillot a admis que le tirage de maillot avait intégré l'arsenal du footballeur pro, et qu'il avait lui aussi recours à l'arsenal vu qu'il était footballeur pro. Et si les tirages de maillot vicelardisaient trop le jeu, ce n'était pas son problème d'y remédier, disait-il, mais bien celui de la FIFA : à elle de trouver de nouvelles règles pour mieux enrayer cette vicelardisation croissante! C'est du cynisme mais du bon sens, et Wuillot a raison : tristement raison, mais raison quand même. Les lois existent parce que l'homme (la femme aussi) est naturellement faible, tricheur, pécheur et lamentable,... et Wuillot admet simplement qu'il ne vaut pas mieux qu'un autre : au foot comme partout, la tentation est permanente de s'engouffrer dans les failles des règlements lorsqu'ils sont mal foutus! Depuis tout ce pourri temps que je m'intéresse au foot, le crétinisme et l'immobilisme sont potes pour régulièrement ânonner en duo que "ce qu'il faut changer, ce sont les mentalités" : quelle couillonnade,... à quoi servent les lois s'il suffit d'un voeu pieu pour que l'Homme devienne Bon?Imaginez un pays joli où trucider son prochain serait chose courante et impunie mais où, après chaque meurtre, le chef d'état pleurnicherait en répétant que "ce qu'il faut changer, ce sont les mentalités"! Toutes proportions gardées, les décideurs du foot s'en tiennent depuis des lustres à pareilles pleurnicheries.Encore un truc à propos des tirages de maillot, faudrait pas croire que c'est un vice réservé aux pros : les amateurs adorent imiter leurs idoles! Voici peu, avec mon équipe, l'arbitre est venu papoter avant le match pour me confesser qu'il honnissait les tirages de maillot,... puis il a laissé deux gars d'en face tirer sur les miens pendant tout le match! Comme on a perdu ce jour-là, j'ai un peu hurlé : dans le feu de l'action et de la déception, je ne suis pas meilleur qu'un autre ou que Wuillot! Mais je raconte ça parce qu'à première vue, on pourrait penser que le tirage de maillot est encore plus lamentable en amateurs, vu qu'il n'y est pas question de gagne-pain et d'enjeu financier : eh bien si, justement, et par un biais inattendu! Ce jour-là, dans la hutte à bière d'après-match, j'ai papoté pacifiquement de ses tirages avec un des deux tireurs d'en face, et il m'a sorti un argument que j'avais déjà entendu : comme quoi c'est quand même plus chouette de tirer le maillot que d'y aller comme un sauvage en sliding-tackle, "vu qu'on doit tous travailler le lundi" (sic)! On en revenait au gagne-pain, comme chez les pros : à cette différence que, dans les petites divisions, le tirage de maillot devenait un acte civique, un geste moral parce que non-invalidant. Y'a vraiment des moments où je me demande si le foot aide réellement à mieux percevoir le monde créé par Dieu. De maillot tiré à relevé, je repense à cette mode qu'adoptent maintenant les buteurs lorsqu'ils ont buté, en se cachant le visage pour exhiber un t-shirt dédicacé.C'est une attention délicate,... mais c'est très injuste par rapport aux défenseurs : un Wuillot, par exemple, qui ne marque jamais, comment diable pourrait-il exprimer son amour à ses proches? Je ne vois qu'une chose, c'est tirer les maillots d'en face jusqu'à l'exclusion : et, en regagnant le vestiaire, se cacher le visage avec son maillot à soi pour qu'on puisse lire sur le t-shirt : "Pardon Maman". Ce serait fort émouvant.Bernard Jeunejean