En Grande-Bretagne, le nouveau billet de 5 livres sterling est réputé indéchirable. Quel objet rêverais-tu de rendre indestructible ?

TIMOTHY CASTAGNE : Sans hésiter une seconde, ma manette de PlayStation. Contrairement à beaucoup de mes coéquipiers, je joue surtout à des jeux de basket ou de foot américain, mais je dois bien avouer que le résultat reste malgré tout le même après une défaite...
...

TIMOTHY CASTAGNE : Sans hésiter une seconde, ma manette de PlayStation. Contrairement à beaucoup de mes coéquipiers, je joue surtout à des jeux de basket ou de foot américain, mais je dois bien avouer que le résultat reste malgré tout le même après une défaite... CASTAGNE : On m'a répété pendant des années que j'aurais une bonne vue si je mangeais régulièrement des carottes. J'y ai longtemps cru avant qu'on m'opère l'an dernier d'une exophorie parce que mes yeux partaient vers l'extérieur. On ne me reprendra plus à ce petit jeu-là. D'ailleurs, c'est bien simple, je mange beaucoup moins de carottes que par le passé... CASTAGNE : Bien entendu si ça peut les aider. Ils y seront toujours mieux que dans la rue dans des conditions d'hygiène déplorables. Ce n'est pas parce qu'on est contre l'usage des drogues qu'on ne peut pas aider les autres à s'en sortir. CASTAGNE : J'ai toujours été quelqu'un de bon en façade avec un petit côté moqueur à l'arrière-plan. Mais une roublardise bien placée, quelque chose de discret. La plus arrondie possible donc pour faire croire à ma bonne foi (rire).CASTAGNE : Un cadeau non, mais refuser de me faire inviter au restaurant par mes beaux-parents, oui. Je crois que ça doit être une question d'éducation. J'estime que les autres n'ont pas à payer pour moi. Ce serait peut-être différent si j'étais comme d'autres jeunes adultes de mon âge encore aux études. J'essaie parfois de payer pour tout le monde, mais ils ne sont pas toujours d'accord. Le restaurant, c'est souvent une affaire de compromis. CASTAGNE : La veille d'un match jamais, mais je dors très mal le soir même par contre, victoire ou défaite. Et avec une saison comme celle de Genk cette année avec trois matchs par semaine, j'ai bien besoin de me rattraper en journée. Je suis devenu un vrai footballeur cette saison : je fais des siestes ! CASTAGNE : Je dois bien reconnaitre qu'il y aurait plus de buts, mais il y aurait surtout une belle inversion définitive de la courbe du chômage... Et dans ce sens-là, faites-moi confiance, personne n'en veut ! Longue vie aux défenseurs (rire) ! PAR MARTIN GRIMBERGHS - PHOTOS BELGAIMAGE" Je suis devenu un vrai footballeur : je fais des siestes ! " TIMOTHY CASTAGNE