28/02/2015 06:45

Déjeuner. Rien que des fruits, sur le conseil de mon ostéopathe, Thomas D'Havé. Le chocolat et les pâtes augmentent le taux de sucre et provoquent une baisse de glycémie. Avec les fruits, pas de creux. C'est aussi plus sain.
...

Déjeuner. Rien que des fruits, sur le conseil de mon ostéopathe, Thomas D'Havé. Le chocolat et les pâtes augmentent le taux de sucre et provoquent une baisse de glycémie. Avec les fruits, pas de creux. C'est aussi plus sain. Je conduis mes filles, Margaux et Pauline, à l'école. De Maldegem, je me rends à Bruges, ce qui représente 40 minutes. Arrivée au Cercle. J'ai visionné nos matches et ceux de notre adversaire. L'entraînement est modelé en fonction de ça. Où sont les espaces, quels sont les points forts et les points faibles de l'opposant sur les phases arrêtées ? Avant la séance, je montre des phases de jeu à quelques joueurs. Je m'adresse généralement à eux un par un pour que le message passe mieux. Parce que c'est moins confrontant ? Un peu mais la question est plutôt de savoir si tout le groupe a besoin d'être au courant. Je peux être sévère sans crier. Il ne faut pas non plus être uniquement négatif. Début de l'entraînement. Me revoilà simple joueur. C'est étrange car je fais partie de deux mondes à la fois. Ça présente un avantage : je traduis mieux les idées du staff. Après cinq mois, je ne sais toujours pas quel poste je préfère. Jouer et être en compagnie des autres footballeurs est plus amusant mais le staff technique forme aussi une équipe. Différente, plus sérieuse. Un joueur a plus d'impact sur le résultat. Globalement, on me demande souvent pourquoi je joue aussi peu. La combinaison n'est pas toujours claire. Fin de la séance. Je m'attarde un quart d'heure avec GillesDewaele et MathieuMaertens. Nous travaillons les longs ballons et le passing. Après la douche, StipeBacelic-Grgicet Joey Godee nous offrent des lasagnes, à l'occasion de leur anniversaire. Je me rends à Malines pour les cours UEFA A, où je retrouve Denis Viane et Arnar Vidarsson. Je suis toujours pressé alors que quand j'étais joueur à temps plein, je pouvais me reposer. Je profite du moindre moment pour me détendre. Je prends également des vitamines, des compléments alimentaires. Juste à temps. L'agenda d'Arnar est encore plus chargé et il arrive souvent un peu plus tard. Les leçons sont plus spécifiques, plus orientées sur la tactique que lors des cours précédents. On nous présente une série de problèmes auxquels nous devons trouver des solutions. Nous devons aussi élaborer un entraînement. Un joueur a sa propre vision mais dans ces cours, nous sommes confrontés à des systèmes que nous connaissons moins. Par exemple, je n'ai jamais évolué en 3-4-3 et je suis donc heureux d'apprendre comment placer la pression ou initier une attaque au sein de cette tactique. Le cours ne s'achève que vers 22 heures mais j'arrête. La combinaison commence à me fatiguer. Je ne pourrai pas tenir cinq ans à ce rythme mais je veux à tout prix mon diplôme d'entraîneur. Ça me rassure. Enfin à la maison. Ma femme, Lies Maes, travaille dans une agence immobilière à Eeklo. Deviendrai-je entraîneur ou travaillerai-je avec elle plus tard ? J'essaie de garder ouvertes toutes les options. Je me couche avec un bon livre. J'éteins les lumières à neuf heures et demie, une demi-heure plus tôt que d'habitude. Je suis vanné. PAR CHRIS TETAERT