Six ans après sa seule saison parmi l'élite, Eupen retrouve la Jupiler Pro League. Cette fois, le club s'appuie sur une organisation professionnelle bien rôdée.
...

Six ans après sa seule saison parmi l'élite, Eupen retrouve la Jupiler Pro League. Cette fois, le club s'appuie sur une organisation professionnelle bien rôdée. De l'ancien club de D1, il ne reste que le nom, les couleurs, le stade et quelques collaborateurs. Eupen est un projet dirigé depuis Doha, au Qatar. Il est destiné à faire émerger des jeunes talents, essentiellement venus d'Afrique et formés d'après la philosophie Aspire. Les meilleurs footballeurs des académies Aspire de Doha et du Sénégal effectuent leurs premiers pas professionnels en terre européenne, encadrés par quelques Européens chevronnés. L'académie met l'accent sur un football soigné et beau à voir. Il n'en ira pas autrement cette saison parmi l'élite. Van Crombrugge est normalement le titulaire dans le but, à moins que le club ne mise sur Niasse Babacar, selon sa philosophie. Il a remplacé Van Crombrugge quand il était blessé et a achevé la saison. Van Crombruggen sait que l'éclosion des joueurs d'Aspire prime sur les résultats sportifs immédiats. Diallo, revenu d'Espagne, va occuper le coeur de la défense aux côtés d'un des deux Belges d'expérience, le Brugeois Blondelle et le Bruxellois Timmermans ont transité par de nombreux clubs. L'Allemand Hackenberg est une alternative, comme le produit Aspire George.A gauche, le seul Qatari restant, l'international Al-Abdulrhahman. A droite, on s'attend à voir Diagne tant que l'état médical de Kennes n'est pas clairement établi. L'organisateur et le régulateur de la ligne, c'est le capitaine Luis Garcia, qui a acquis des tonnes d'expérience en Espagne. Le Limbourgeois Guy Dufour est utile par sa technique et son passing. On ne sait pas quel sera le poids des joueurs Aspire. Il faut en tout cas tenir à l'oeil Amani,George ainsi que le vif dribbleur Sanogo. A droite, Ocansey était une valeur sûre mais l'attaquant Onyekuru peut également occuper le poste. Ce sont les deux meilleurs d'Aspire. Une alternative, Bassey, qui reçoit une nouvelle chance après avoir été renvoyé en espoirs l'année dernière, pour raisons disciplinaires. A gauche, l'international vénézuélien Jeffrén,transféré avec beaucoup d'espoir il y a un an, éclate, depuis qu'il a surmonté de gros problèmes d'intégration. Outre Taulemesse, le meilleur buteur de l'an passé, l'Espagnol Cases et Onyekuru, qui a souvent joué en pointe - et raté le goal de la victoire dans les dernières minutes de jeu contre l'Antwerp - et intéresse beaucoup de clubs de D1, Eupen peut compter sur son seul véritable nouveau : il loue pour un an le rapide technicien de l'Espanyol, Mamadou Sylla (22 ans), qui a disputé 14 matches de Primera Liga l'année dernière. Jordi Condom, l'entraîneur, a confiance dans le noyau qui a forgé la montée, comme la direction. A une semaine du coup d'envoi de la saison, Eupen ne comptait que trois nouveaux, dont un seul vrai et deux joueurs qui connaissaient déjà Eupen et ses méthodes de travail. Le reste était déjà là la saison précédente, en équipe première ou en espoirs. Un choix délibéré. Les vieux serviteurs connaissent la philosophie du club et Eupen s'attend à ce que les nouveaux s'intègrent rapidement au projet et au style de jeu. Pas l'inverse. Sur le plan technique et footballistique, Eupen, avec douze talents de l'académie Aspire sur 25 joueurs, est certainement un plus pour la D1. Reste à voir si ce sera suffisant pour assurer le maintien ou si, à l'instar des académiciens du Lierse il y a deux ans, ils ne sont pas trop légers. Eupen a un avantage sur les autres clubs qui lutteront pour le maintien : une relégation éventuelle ne changerait rien au projet qatari, ce qui ôte une bonne dose de pression au club des cantons de l'Est. PAR GEERT FOUTRÉ