C'est devenu une habitude. Herman Van Holsbeeck vante la formation de son club et prédit de grandes révélations. Après le titre, le manager a parlé d'une volée de talents " au frigo ". Il avait déjà effectué de telles déclarations il y a un an. L'inauguration du complexe moderne de Neerpede semblait avoir suscité une prise de conscience au sein de la direction bruxelloise. Lors de l'intronisation de John van den Brom, elle a insisté sur son passé de joueur et surtout de patron de la formation des jeunes à l'Ajax, des atouts qui allaient permettre à Anderlecht de faire éclore des jeunes.Dans la pratique, l'homme n'a pas vraiment répondu à l'attente. Dennis Praet avait déjà débuté sous la houlette d'Ariël Jacobs, de sorte que Massimo Bruno a été le seul à rejoindre l'équipe-fanion. Hormis ces deux jeunes, seuls Michaël Heylen et Leander Dendoncker ont pris place sur le banc, à une reprise et sans en décoller. Dans la dernière ligne droite du championnat, Praet et Bruno ont également disparu, Van den Brom faisant même appel à Marcin Wasilewski.
...

C'est devenu une habitude. Herman Van Holsbeeck vante la formation de son club et prédit de grandes révélations. Après le titre, le manager a parlé d'une volée de talents " au frigo ". Il avait déjà effectué de telles déclarations il y a un an. L'inauguration du complexe moderne de Neerpede semblait avoir suscité une prise de conscience au sein de la direction bruxelloise. Lors de l'intronisation de John van den Brom, elle a insisté sur son passé de joueur et surtout de patron de la formation des jeunes à l'Ajax, des atouts qui allaient permettre à Anderlecht de faire éclore des jeunes.Dans la pratique, l'homme n'a pas vraiment répondu à l'attente. Dennis Praet avait déjà débuté sous la houlette d'Ariël Jacobs, de sorte que Massimo Bruno a été le seul à rejoindre l'équipe-fanion. Hormis ces deux jeunes, seuls Michaël Heylen et Leander Dendoncker ont pris place sur le banc, à une reprise et sans en décoller. Dans la dernière ligne droite du championnat, Praet et Bruno ont également disparu, Van den Brom faisant même appel à Marcin Wasilewski. " Nous n'allons pas seulement aligner des jeunes ", a déclaré le coach à la reprise des entraînements, se fendant d'une déclaration étonnante, compte tenu de sa réputation. Pourtant, Jean Kindermans, le directeur technique des jeunes d'Anderlecht, prend la défense du Néerlandais. " Van den Brom a donné à Praet et à Bruno l'occasion de s'ériger en titulaires à part entière, à des postes difficiles. Titulariser Praet et lancer Bruno dans un match à la vie à la mort, contre Limassol, pour un billet en Ligue des Champions, c'est une preuve d'audace. Quand on m'aborde à l'étranger, c'est justement parce qu'Anderlecht a aligné deux teenagers en Ligue des Champions. Exception faite de Jordan Lukaku, je suis bien en peine de citer un joueur qui aurait dû bénéficier de temps de jeu. S'il n'a pu s'imposer entre OlivierDeschacht et BehrangSafari, c'est en partie sa faute et en partie celle du club. N'oubliez pas qu'il a en quelque sorte été engagé au titre de frèrequiestaussicapabledejouer, par un heureux hasard. Psychologiquement, Jordan n'a pas eu la vie facile. " Faut-il accorder plus de crédit aux propos de Van Holsbeeck cette fois ? Oui car le Sporting a atteint la finale du prestigieux tournoi pour espoirs de Viareggio, en Italie, et qu'il y a battu ses homologues de l'AC Milan 3-0 - sur deux buts de Frank Acheampong. Oui, parce que les U21 mauves ont atteint les huitièmes de finale des Next Gen Series, la baby Ligue des Champions. Oui encore, parce que les U17 ont enlevé l'Aegon Cup d'Amsterdam pour la deuxième fois et que deux joueurs, Youri Tielemans et Samy Bourard, s'y sont distingués. Et aussi parce que pour la deuxième année d'affilée, une demi-douzaine de gamins ont participé au stage estival du noyau A. Lors de la conférence de presse d'avant-saison, le manager des Mauves a en tout cas réitéré que la percée des jeunes était une priorité. Et Van den Brom abondait dans le même sens. " L'année passée, je me suis trop tenu à un onze de base. A présent, je compte lancer plus souvent un jeune dans la bataille. " Kindermans : " On ne peut nier une chose : les résultats en Next Gen. Nous luttons pour les prix à chaque tournoi international. Chaque année, des dizaines de nos joueurs remportent des trophées individuels. Du point de vue des résultats, la formation des jeunes d'Anderlecht émarge à l'élite européenne. La conclusion est donc qu'Anderlecht peut aussi effectuer un pas de plus vers une éclosion structurelle. En tant que membre de la direction, je pense que nous allons l'effectuer cette année, en tant que responsable des jeunes, je l'espère. N'oubliez pas que les jeunes ne collaborent aussi étroitement avec l'équipe-fanion que depuis deux ans. Un déménagement ne peut gommer comme ça tout un passé. Ce qui m'insuffle confiance, c'est que la saison passée, les jeunes Mauves ont attiré 8.000 spectateurs contre Tottenham et 10.000 contre Barcelone en Next Gen. À ma grande satisfaction, j'ai vu des banderoles In youth we trust. Cela veut dire que les supporters d'Anderlecht acceptent que leur club tente d'octroyer du temps de jeu aux jeunes. J'espère que le reste du club - staff technique, direction et scouting - va suivre. " Kindermans plaide en faveur d'un meilleur usage des concepts de formation et d'éclosion. " Romelu Lukaku était un athlète à son arrivée mais il avait une large marge de progression en football. Nous avons réussi. Praet était un bijou mais il fallait et il faut toujours le polir. Bruno, c'est une autre histoire. Il a déjà transité par le Sporting puis a rejoint des clubs qui n'ont pas de formation des jeunes. Nous l'avons redécouvert en U18 belges et l'avons récupéré. Donc, que représente la formation ? Je préférerais formuler la question de manière plus large : Anderlecht accorde-t-il leur chance aux jeunes, d'où qu'ils viennent ? " Il fournit lui-même la réponse. " Il y a encore du travail. Je pense que la direction va devoir adopter des points de vue que nous avons annoncés en début de saison mais que nous devrons tenter de conserver tout au long du championnat tout en osant nous remettre régulièrement en question, avec une saine dose d'autocritique. " Il est important de lancer les jeunes au bon moment. C'est tout un art, un art que l'Ajax, la référence internationale, maîtrise parfaitement, contrairement au Sporting. Quel est le bon moment ? Quand les jeunes sont dans une spirale positive, comme la saison passée en Next Gen Series, même si Van den Brom et ses adjoints n'ont pas fait appel à eux. Ou dans des matches qui sont plus abordables, sur papier, disons contre le Lierse ou Ostende, quand il faut ménager l'une ou l'autre vedette en prévision des play-offs. " Si nous voulons nous comparer à l'Ajax, c'est la prochaine étape. Je préfère voir entrer au jeu un jeune de 17 ans dépourvu d'expérience, à la 70', qu'un Bart Goor qui a largement franchi le cap de la trentaine et qui est sur le retour, ce qui est souvent arrivé dans le passé. L'Ajax a plus d'audace. Nous continuons à parler de joueurs chevronnés, plus âgés. " Kindermans comprend qu'il prêche pour sa chapelle et que celle-ci n'est toujours pas la même pour tout le monde à Neerpede. " Nous devons encore mieux communiquer. L'engagement de Van den Brom nous y conduit progressivement. Cette saison est très importante. Quand une équipe perd des joueurs-clefs, elle doit faire jouer des jeunes même quand, fin août, ses trois principales ambitions se profilent à l'horizon. Leur participation à la préparation ne peut pas constituer une fin en soi. " De la dizaine de jeunes qui frappe à la porte de l'équipe première, cinq sont issus de l'étranger - d'Espagne, du Honduras, de Colombie, du Ghana et du Congo. Selon Kindermans, Anderlecht continuera à chercher de nouveaux Suarez et Biglia, de jeunes étrangers, âgés de 16 à 18 ans, qui obtiennent un bon rendement sportif et offrent ensuite une plus-value financière. " Anderlecht veut posséder la meilleure formation des jeunes de Belgique tout en enrôlant de temps en temps, sans que ça devienne une constante, des joueurs qu'il peut revendre quatre ou cinq ans plus tard. " Dans un passé récent, l'exercice manquait d'équilibre. Les jeunes du cru souffraient d'une forme de concurrence déloyale. " Nous sommes beaucoup plus sévères à l'égard de nos jeunes qu'à celui des transferts. Diogo, PierBarrios et JanLecjaks n'avaient pas la moitié des qualités de Jordan Lukaku mais ils ont été protégés et ils ont reçu leur chance plus souvent. J'espère que l'époque de ces transferts est révolue. Si nous découvrons que BrunoGodeau et BryanVerboom font d'excellents joueurs de D1, c'est parce qu'ils ont reçu du temps de jeu à Zulte Waregem. Nous devons nous séparer de joueurs que quand nous sommes convaincus qu'ils ne sont pas assez forts pour devenir titulaires à Anderlecht, un jour. Mais quand pouvons-nous le savoir ? Quand ils ont joué. " Kindermans met deux éléments en exergue. L'un vient de fêter ses 19 ans et n'est plus un nouveau mais il a disparu de l'écran radar la saison passée, de manière inattendue. " Je suis un grand défenseur de Lukaku. Chaque fois que je me trouve à l'étranger, je m'entends dire que c'est un grand talent. Des ténors étrangers se sont déjà présentés pour lui, ce dont peu de jeunes peuvent se vanter. Jordan va certainement obtenir des minutes de jeu mais il doit faire en sorte de devenir incontournable en affichant ses qualités à l'entraînement, jour après jour, et aussi en dehors du terrain, dans son cas. Ponctualité, humeur et comportement sont à améliorer. Je sais qu'il travaille mais parfois, il fait preuve de nonchalance. Je suis convaincu qu'il peut devenir un arrière gauche moderne, offensif mais il ne doit pas oublier qu'un arrière a également une mission défensive, qu'il doit surveiller son jeu de position et rester concentré. Il peut également progresser dans son jeu de tête et homme contre homme. " L'autre a eu seize ans en mai. Il habite à Leeuw-Saint-Pierre, il est bilingue et a des origines multiculturelles. Il joue à Anderlecht depuis qu'il peut se passer de Pampers et il fait partie du projet Purple Talents depuis plusieurs années. " À mon humble avis, Youri Tielemans émarge à l'élite absolue, comme jadis AdnanJanuzaj et Musonda Junior. Le premier a rejoint Manchester United, le second Chelsea. Je peux déjà vous dire que cette saison, Tielemans doit jouer mais au moment adéquat. J'ai dit au staff de l'équipe première que je ne pouvais pratiquement plus rien lui apprendre sur le plan technique. Il maîtrise tout ce qu'un futur grand footballeur doit connaître. En s'entraînant jour après jour avec des gars qui ont parfois dix ans de plus, il va améliorer sa vitesse d'exécution et s'endurcir physiquement. J'aime à le comparer à Axel Witsel. Qu'on le place au six, au huit ou au dix, il aura toujours au moins 7/10. Tielemans aussi. Quand l'équipe domine, il peut être un deuxième numéro dix à gauche ou à droite du médian défensif et en perte de balle, un second six. C'est un brillant footballeur et un pur produit d'Anderlecht. C'est le nouveau Vincent Kompany. " ? PAR JAN HAUSPIE - IMAGES: IMAGEGLOBE" Diogo, Pier Barrios et Jan Lecjaks n'avaient pas la moitié des qualités de Jordan Lukaku. Mais ils ont été protégés et ont reçu plus souvent leur chance. "