A seulement 19 et 22 ans, Youri Tielemans et Leander Dendoncker sont déjà les patrons de notre championnat. Face à Bruges, ils l'ont une nouvelle fois démontré, à l'image de ce premier but, tout en puissance et technicité. Quatre jours plus tôt, le duo avait déposé sa carte de visite sur la scène européenne. Tant Dendoncker, dont les prestations lors des deux matches face à United furent titanesques, que Tielemans, sont prêts pour le haut niveau.
...

A seulement 19 et 22 ans, Youri Tielemans et Leander Dendoncker sont déjà les patrons de notre championnat. Face à Bruges, ils l'ont une nouvelle fois démontré, à l'image de ce premier but, tout en puissance et technicité. Quatre jours plus tôt, le duo avait déposé sa carte de visite sur la scène européenne. Tant Dendoncker, dont les prestations lors des deux matches face à United furent titanesques, que Tielemans, sont prêts pour le haut niveau. Babyface Youri a d'ailleurs déjà reçu son bon de sortie et s'apprête à rejoindre l'étranger dans quelques mois. En quatre saisons en pro chez les Mauves, avec au bout deux titres selon toute vraisemblance, l'enfant de Neerpede a fait le tour du propriétaire. Son départ lui ouvre les portes du club très select des icônes-maison. Davantage encore pour ce qu'il représente : un vrai Bruxellois, parfait bilingue, sorti tout droit du centre de formation, qui affiche régulièrement le T-shirt de la Mauves Army sous son maillot, un vrai clubman qui s'identifie à son club comme personne. A titre de comparaison, Dennis Praet n'a jamais pu espérer y entrer alors qu'il a pourtant quitté le club avec trois titres à son CV. Tielemans a, lui, marqué le club de son empreinte. Et s'il manque encore de personnalité - il suffit d'observer la moue d'ado boudeur à la sortie d'Old Trafford - rares sont ceux qui doutent de sa réussite au niveau international d'autant que René Weiler l'a physiquement transformé cette saison. Le match face à Bruges, où il fut présent dans tous les bons coups, l'a consacré roi. Aujourd'hui, on l'annonce avec insistance du côté de Monaco, demi-finaliste de la Ligue des Champions et favori pour le titre en France. Un gros calibre donc, mais un choix qui semble judicieux au vu de la politique monégasque envers les jeunes. Et un positionnement qui n'a rien d'étonnant puisque son agent, Christophe Henrotay, est un proche du vice-président de l'ASM, Vadym Vasilyev. Et comme dans le foot plus qu'ailleurs, on aime les échanges de bons procédés, la venue du phénomène " Tielemans " pourrait permettre à Henrotay de s'occuper des intérêts d'un autre phénomène, encore plus bankable, Kylian Mbappé, que l'on annonce dès cet été dans les plus gros clubs européens (Manchester City, Real Madrid, etc). Everton, autre club ami d'Henrotay de par ses relations privilégiées avec son président Bill Kenwright, aurait formulé une offre de 25 millions d'euros. Mais tout indique que le futur de Tielemans, à qui Roberto Martinez a demandé de choisir un club où il aurait un gros temps de jeu en vue de la Coupe du Monde en Russie, se situe sur le Rocher. Leander Dendoncker, lui aussi, suscite de plus en plus d'intérêt sur la scène européenne. Mais tant René Weiler que Herman Van Holsbeeck savent que la perte du duo cet été serait quasiment insurmontable. Là aussi, l'amitié qui lie Christophe Henrotay à Herman Van Holsbeeck devrait permettre d'accorder les violons. On imagine difficilement, le Sporting d'Anderlecht la prochaine saison avec Adrien Trebel et Mats Rits (dont le profil tout-terrain et buteur correspond aux standards de René Weiler) aux commandes. Surtout en cas de Ligue des Champions. Et plus encore que Tielemans, Leander Dendoncker, par son volume de jeu notamment, est devenu l'élément-clef du système Weiler.