D'accord, c'est un Flamand. D'accord, c'est un tâcheron. D'accord, c'est un obscur. D'accord que, balle au pied, il ne nous arrachera jamais les gémissements de plaisir dont nous gratifient les esthètes habilissimes. N'empêche que pour arracher les ballons et faire gémir de déception les esthètes en question, c'est un défenseur efficacissime ! N'empêche que Thomas Vermaelen - c'est de lui que je cause - est un de mes chouchous et qu'en cette fin de saison, je reçois comme un cadeau l'annonce de son transfert à Arsenal. Cadeau parce qu' euro-confirmation d'une impression nette de méga-défenseur que me donne l'Anversois depuis déjà trois ans,... mais impression si peu corroborée en Belgique francophone que je finissais par me sentir loufoque de l'éprouver !
...

D'accord, c'est un Flamand. D'accord, c'est un tâcheron. D'accord, c'est un obscur. D'accord que, balle au pied, il ne nous arrachera jamais les gémissements de plaisir dont nous gratifient les esthètes habilissimes. N'empêche que pour arracher les ballons et faire gémir de déception les esthètes en question, c'est un défenseur efficacissime ! N'empêche que Thomas Vermaelen - c'est de lui que je cause - est un de mes chouchous et qu'en cette fin de saison, je reçois comme un cadeau l'annonce de son transfert à Arsenal. Cadeau parce qu' euro-confirmation d'une impression nette de méga-défenseur que me donne l'Anversois depuis déjà trois ans,... mais impression si peu corroborée en Belgique francophone que je finissais par me sentir loufoque de l'éprouver ! Fin mars, avant l'épisode bosniaque double et triste, le site Actu24.be avait sondé ses internautes quant à leur onze de base issu des 24 joueurs retenus par René Vandereycken : et les footeux francophones du web avaient retenu un onze où ne figuraient que deux Flamands, Moussa Dembélé et Steven Defour... le capitaine de leur Standard ! Ce jour-là, pestant au moins sur l'absence de Vermaelen, je me suis dit que la Belgique supportrice ne transcenderait plus jamais son chauvinisme communautaire... Oserais-je à peine ajouter au passage, sans passer pour un traître à la cause de Tchantchès, que je chouchoute aussi Jan Vertonghen et que je lui vois un plus grand avenir qu'à d'autres qui causent la même langue maternelle que moi ? Faut pas y aller par quatre chemins : si la tâche essentielle d'un défenseur est de défendre (sans toutefois reperdre ensuite, trop vite et bêtement, les ballons ardûment reconquis), Vermaelen est de loin notre meilleur défenseur : force tranquille, vitesse tranquille, sang-froid, casse-cou, réalisme, sauve-qui-peut, les femmes et les enfants d'abord, tout est au top ! Vincent Kompany défend beau, Vermaelen défend bien. Daniel Van Buyten défend plus mou, Vermaelen défend plus dur. Sébastien Pocognoli défend en attaquant, Vermaelen défend en défendant. Marouane Fellaini (quand il est défensif) défend comme un sénateur, Vermaelen défend comme un TGV. Vermaelen, c'est le profil de Nemanja Vidic, je le vois éclore chez l' Arsène comme le Serbe a éclos chez l' Alex. Si je me goure, Thomas demeurera au niveau de Van Buyten : c'est-à-dire un des deux seuls footballeurs belges réussissant à fréquenter, mais avec difficulté, un club du super-top européen. Si je ne me goure pas, les actuels défenseurs centraux d'Arsenal ( Kolo Touré, William Gallas, voire Johan Djourou et Philippe Senderos de retour de Milan) peuvent trembler pour leur temps de jeu. Et Gaël Clichy l'arrière gauche aussi, car Vermaelen ne chichite pas sur une place axiale de prédilection : du moment que le mot d'ordre est DÉFENDRE, back gauche ou arrière central gauche d'une défense à quatre, pour lui c'est kif-kif ! Et ce serait même kif-kif-kif pour assurer comme un grand la couverture d'une défense à trois qui peut devenir défense à cinq... c'est même ainsi qu'il a débuté en équipe nationale à 20 ans à peine : remember en mars 2006 le premier amical sous VDE, contre le Luxembourg. Si ! Si ! Ce qui m'amène à généraliser pour conclure : en remarquant que, par rapport à Gallas ou Touré, Vermaelen a aussi l'avantage de sa gauche patte naturelle ! Car défensivement, aujourd'hui bien davantage que voici 4 ou 5 ans à peine, la mode est triple : elle est d'abord à la généralisation quasi sans exception de la défense à 4 ; elle est ensuite à l'adoption d'un positionnement où les deux défenseurs centraux se répartissent très clairement, l'un la moitié droite, l'autre la moitié gauche ; elle atteste enfin (en vue d'écarter au mieux le jeu une fois le ballon récupéré, quand démarre le processus de reconstruction) d'une volonté grandissante que l'arrière central droit soit vrai droitier, et l'arrière central gauche vrai gaucher. Tout ça, c'est du gâteau pour Thomas à Londres ! Sans même parler du fait qu'aujourd'hui au top, l'arrière latéral gauche qui serait droitier est devenu rare comme le loup blanc : à vue de nez, je ne peux guère vous citer que parfois Gianluca Zambrotta et souvent Philip Lahm. Et vous ? par bernard jeunejean