Positif

Le nouveau transfuge d'Arsenal est un modèle de régularité car il cherche avant tout l'efficacité par rapport aux beaux gestes. En tant que défenseur, il sait qu'il est d'abord jugé sur son comportement en perte de balle et sur ses interventions homme contre homme, ceci le pousse à jouer sans fioriture et sans prise de risques.
...

Le nouveau transfuge d'Arsenal est un modèle de régularité car il cherche avant tout l'efficacité par rapport aux beaux gestes. En tant que défenseur, il sait qu'il est d'abord jugé sur son comportement en perte de balle et sur ses interventions homme contre homme, ceci le pousse à jouer sans fioriture et sans prise de risques. Sa force dans les duels fait également partie de ses grandes qualités car il peut se montrer très agressif dans les 1 contre 1. Son expérience accumulée à l'Ajax lui sert également énormément. Exemple : il ne se jette pas trop vite à terre quand il est en difficulté face à un attaquant véloce et dribbleur. A 23 ans, il possède encore une marge de progression très importante. En affrontant, chaque week-end en Premier League, des attaquants d'un tout autre calibre que ceux croisés en Eredivisie, il devrait prendre de l'envergure. Il est également doté d'un très bon mental. Il l'a démontré en s'imposant à Arsenal dès son arrivée. Son pied gauche est de très bon niveau et il est capable de frapper lourdement à distance. De sa position défensive, il parvient, dans la reconstruction, à être précis aussi bien dans les relances courtes que dans le jeu long. Son jeu de tête défensif est très efficace et l'expérience de plus de 150 matches officiels lui a appris à jouer des bras et à utiliser son corps dans les duels aériens. Excepté sur phases arrêtées, Thomas a peu l'occasion de démontrer la valeur de son jeu de tête offensif. La dizaine de buts inscrits prouve toutefois que ce n'est pas une spécificité de son jeu. Sa vitesse sur les premiers mètres est de très bonne valeur et quand il doit se retourner, il fait preuve d' une vitesse de pivotement d'excellent niveau. Sa relative faiblesse sur 30-40 mètres fait de lui un meilleur défenseur central gauche qu'un joueur de flanc. Son placement est d'excellente facture. Il est toujours bien positionné côté intérieur entre son opposant direct et le danger (le but). Sa position sur le flanc lui a appris à défendre avec son pied droit et à resserrer les distances avec ses 3 compères de la défense. Cela l'aide énormément dans sa position de défenseur central gauche. Thomas est un spécialiste du tackle (côté gauche) aussi bien dans les petits espaces que lorsqu'il est en pleine course. Il fait preuve alors d'une saine agressivité et n'hésite pas à mettre le ballon en tribune plutôt que de prendre des risques à vouloir récupérer le ballon coûte que coûte. Son pied droit, comme beaucoup de gauchers, constitue une faiblesse mais son envie de recherche d'efficacité fait qu'il masque cette lacune en ne l'utilisant que pour les transmissions sûres ou en le contournant en se servant de l'extérieur de son pied gauche, ce qui est toujours risqué. Ses qualités techniques sont très correctes pour un défenseur mais il ne sera jamais un monstre dans ce domaine. Sa volonté de ne prendre aucun risque en tant que membre du quatre arrière ne lui permet pas non plus de sortir de temps à autre des trouvailles techniques. Thomas ne sera jamais le chouchou des fans du club dans lequel il évolue et son côté peu spectaculaire n'y est certainement pas étranger. Qu'importe, ce qui l'intéresse, c'est de satisfaire son coach et, dans le foot pro, c'est évidemment la chose la plus importante. Ce n'est donc pas le type de joueur pour lequel les spectateurs se déplacent. Dans les 1 contre 1, son côté droit reste le plus vulnérable et il masque plus facilement ce défaut quand il évolue comme défenseur central gauche que comme joueur de flanc où la surface à défendre côté intérieur est beaucoup plus importante. Son tackle du pied droit est un point faible. Il le masque en utilisant l'extérieur de son meilleur pied (le gauche) mais il perd alors de l'amplitude dans son intervention. En diminuant les distances latérales avec son compère de la défense centrale, il diminue ainsi ses interventions côté droit. Il manque parfois de charisme pour commander sa défense. Si ce n'est pas dans son caractère, il doit prendre ses responsabilités dans ce domaine, non seulement pour coacher ses partenaires mais aussi pour ne pas se faire manger par la concurrence, qui, à ce niveau, est impitoyable. La taille de l'ancien joueur du GBA (1,80 m) est très moyenne pour un défenseur central. La plupart des arrières axiaux au top niveau culminent le plus souvent aux alentours du mètre 90. Une bonne détente, une saine agressivité, un bon placement ainsi qu'une dose d'expérience peuvent compenser ce déficit. Né en 1963, Etienne Delangre joua comme défenseur au Standard de 1981 à 1992 (267m en D1 et 6b, champion en 82 et 83). Ex-chargé de cours à l'Ecole du Heysel, il coacha de la P1 à la D1 (Charleroi).