Cette saison est marquée par de nouvelles étapes dans votre carrière : présence régulière à La Tribune, participation à l'émission quotidienne de la RTBF durant le prochain mondial, ...
...

Cette saison est marquée par de nouvelles étapes dans votre carrière : présence régulière à La Tribune, participation à l'émission quotidienne de la RTBF durant le prochain mondial, ... Oui et non. J'avais déjà travaillé sur l'Euro 2004, quand j'étais joueur à Genk. Depuis, j'ai accumulé de l'expérience. Nous serons plusieurs consultants à travailler sur la Coupe du Monde et le but sera d'apporter une analyse pointue aux téléspectateurs sans être trop technique. La Tribune, c'est effectivement nouveau. J'y étais déjà venu en tant que footballeur ou représentant de la Fédération et je connaissais bien le décor. " Vanhaezebrouck a eu une communication catastrophique dans l'affaire Deschacht ", " Weiler est une erreur de casting ", " Tout lui réussit à @mbatshuayi ! Même arracher un sourire à Kevin avec les Diables "... On a l'impression que, par rapport à votre début en tant que consultant, vous êtes plus incisif dans vos commentaires, en télé et sur Twitter. Dès la fin de ma carrière de footballeur, j'ai eu envie d'être plus libre par rapport aux consignes de communication imposées par les clubs. Mais suis-je pour autant plus incisif ? Je ne pense pas. Depuis quelques mois, je ne travaille plus pour l'Association francophone des clubs de football et j'ai davantage de temps à consacrer à la préparation des matches et des émissions. Ma visibilité a augmenté ( La Tribune, Le Grand Débrief sur Proximus, ...) et on met plus fréquemment en exergue certaines de mes déclarations. Pour ce qui est de Twitter, je l'utilise périodiquement. C'est un outil sympa, qui permet d'avoir un ton plus provocateur à condition de ne pas être trop excessif. Pourquoi avez-vous quitté l'ACFF ? J'ai commencé à y travailler après avoir été conseiller du ministre des Sports et j'ai pu y développer des projets : label de qualité pour la formation des jeunes, concept " Parents fair-play ", ...Mais le travail est devenu trop administratif à mon goût. Pour l'instant, je suis la formation pour devenir entraîneur. La Fédération m'avait proposé de prendre en charge une équipe nationale de jeunes mais je ne disposais pas des diplômes. Le cursus est complémentaire à mon activité de consultant puisqu'on se met à la place de l'entraîneur, on travaille sur le terrain, etc. J'aimerais me former dans différentes branches. Je vais suivre prochainement une formation sur la psychologie de la performance sportive à l'UCL. Actuellement, si je devais travailler dans un club, je me verrais plus dans un rôle de directeur sportif que de coach.